La traversée de la Plaine des Marsouins par les Sentiers de la Rivière, des Mares et Bois de Couleur

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 13.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 11579 - 1337 m
Dénivelé positif 450 m
Dernière mise à jour 21/04/2019

Que d'arbres ! et que de boue !

Circuit refait début 2019 et raccourci jusqu'au Coteau Monique en raison de la boue qui ralentit et peut décourager.

La route forestière de Bébour-Bélouve relie le Col de Bébour au gîte de Bélouve par plusieurs séries de longs virages qui doublent la distance entre les deux points. Trois sentiers traversent cette immense surface de forêt primaire encore assez bien préservée même si les classiques invasives commencent à faire leur apparition. Celui de la rivière est très court mais permet d'éviter plusieurs longs lacets de la route. Il traverse la Rivière des Marsouins alors qu'elle n'est qu'un ruisseau qui deviendra un des plus fougueux cours d'eau de la Réunion, alimentant en partie l'usine hydroélectrique de Takamaka. Il est prolongé par une longue section du Sentier des Mares et des Bois de Couleurs qui monte et descend, souvent très boueux, au gré du relief. Il se termine par le sentier des Tamarins qui permet de rejoindre le Coteau Monique, près d'un grand parking utilisé par les randonneurs ou les visiteurs du gîte lorsque la route est fermée. Ce sera la journée de la verdure, des mousses, des orchidées et des fougères. Peu de points de vue sur les montagnes environnantes hormis dans quelques clairières pour apercevoir le Piton des Neiges ou le Mazerin. On traverse tour à tour de magnifiques zones couvertes de bois de couleurs, puis de fougères arborescentes ou de tamarins. Par temps sec, cette traversée est une merveille d'immersion dans la nature alors qu'on se lasse très vite de la boue après la pluie. La route n'est jamais loin du sentier s'il devient trop glissant ou trop boueux. La route traverse la même forêt, parfois à moins de 100 m du sentier et la végétation est donc la même mais il faut se méfier tout de même de la circulation car la route est étroite et les véhicules assez nombreux. De plus, loin du gendarme, les 40 km/h ne sont pas toujours respectés.

La randonnée débute par le sentier de la Rivière qui est facile à repérer sur la gauche de la route. Les parkings ne sont pas très marqués mais de vrais emplacements sont situés un peu après. Attention, il est important de stationner aux bons endroits sur cette route. Les fougères (Blechnum attenuatum) qui entourent les troncs au départ de ce sentier donnent très vite le ton : l'endroit est humide (Photo 1). Les fougères diminuent un peu mais ce sont les mousses qui prennent le relais en recouvrant tous les troncs (Photo 2). Le sentier est assez plat. Il est humide et parfois boueux mais des palettes ou bois posés au sol isolent de la boue. On parvient, les pieds assez secs à l'escalier qui rapproche des berges de la Rivière des Marsouins dont le fond est recouvert de grosses roches grises et glissantes. Un écart de quelques minutes permet de remonter le cours d'eau en sautant de roche en roche pour se rapprocher du bassin alimenté par une courte cascade (Photo 3). Franchir le gué et poursuivre sur le sentier juste en face. Il grimpe assez fortement au départ sur les mêmes pierres qui encombrent le passage et créent de hautes marches. Il se calme rapidement en traversant une belle forêt de bois de couleurs entourés de fougères (Photo 4). Plus haut, un plancher recouvre le sentier à l'approche de la route dans une magnifique forêt primaire telle qu'on en traversera jusqu'au Coteau Monique (Photo 5). Partir sur la gauche pour trouver rapidement le sentier des Mares et des Bois de couleurs, bien indiqué. Les abords de la route sont recouvert de belles essences végétales avec parfois des points de vue sur les pitons alentour (Photo 6). C'est parti pour 4 km qui n'ont pas besoin de beaucoup de descriptions car le paysage est toujours le même. La courte définition du sentier de la Rivière suffirait, ou presque, à résumer la sortie et la forêt traversée. Le sentier est parfois étroit mais ne se perd jamais entre les gros arbres moussus (Photo 7). Certaines portions, en général celles qui sont plates et humides, sont couvertes de jouvences qui peuvent cacher un peu le sentier (Photo 8). Bien malin le randonneur qui peut nommer tous les arbres tellement ils sont recouverts de toutes sortes de plantes (Photo 10). C'est plus facile pour le tan rouge et ses petites feuilles découpées ou le mapou avec les siennes rondes et très coriaces. Les autres demandent un sérieux entraînement. Par deux fois, il faut descendre puis remonter pour franchir des ravines, affluents de la Ravine Misère ou de la Rivière des Marsouins avant de parvenir au Plateau des Calumets. Ce bambou endémique se retrouve un peu partout le long du parcours. A partir du plateau, ce sont des plantations de jeunes tamarins qu'on traverse sur un sol herbeux très agréable au milieu des branles qui cherchent à repousser les tamarins. (Photo 11). Un sentier part sur la gauche à travers les herbes. Il permet à ceux qui ne connaissent pas le Plateau de Thym d'y faire un crochet si le chrono le permet. Il se situe en face, de l'autre côté de la route. On n'est pas obligé d'effectuer le circuit complet pour apprécier ce petit coin tranquille et ses mares au milieu des branles, joncs et fleurs jaunes… Les tamarins cessent comme ils ont débuté et on se retrouve en forêt classique avec ses arches végétales créées par des arbres couchés qui poursuivent leur croissance (Photo 12). Le sentier est moins tortueux, plus plat que précédemment (Photo 13). Il est assez proche de la route comme le prouve le bruit des véhicules qui y passent. Nouvelle petite descente pour franchir la Ravine Misère qui est bien modeste si près de sa source. Un détour amène à une stèle érigée dans les arums (Photo 16). Le petit monument, surmonté de sa croix rappelle l'assassinat du garde forestier Noël Belmas en septembre 1949 alors qu'il effectuait sa tournée habituelle. Situé au plus près de la route, le monument est facile d'accès par un escalier moussu visiblement peu utilisé (Photo 17). Le sentier des Mares et Bois de Couleurs prend fin à cette stèle et c'est le Sentier des Tamarins qui prend le relais. Si jusqu'à présent la boue s'évitait parfois par de rares planchers et les ravines se passaient à gué, ce nouveau sentier comporte quelques courte passerelles qui facilite le franchissement (Photo 18). Peu de différence avec les sentiers précédents (Photo 19). Il est plus rectiligne et devient plat après une pente faible de quelques centaines de mètres. Les tamarins y sont plus nombreux que depuis le départ mais rien à voir avec le magnifique sentier de la Tamarinaie qui se termine au gîte de Bélouve. Le sentier traverse parfois des zones où les fougères arborescentes (fanjans) sont plus nombreuses qu'ailleurs (Photo 21). En fin de parcours, les portions humides se multiplient au milieu des grands joncs et des fleurs jaunes (Photo 24). Les quelques marches qui finissent à la route sont un soulagement car elles marquent la fin de cette sortie débutée il y a 3 heures (Photo 25). Vingt mètres plus loin débute le parking du Coteau Monique sous les grands cryptomerias (Photo 26). On peut faire demi-tour immédiatement pour filer vers le sentier de la Rivière sur un terrain qui descendra plus qu'à l'aller et demandera un peu moins de temps. Il est possible également de partir sur la route vers Bélouve où on n'a que l'embarras du choix pour trouver son circuit (Photo 28).

Balises


Peu de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

En roulant sur la route des Plaines, rejoindre la Plaine des Palmistes puis la Petite Plaine - Gagner la forêt de Bébour et passer le Col de Bébour - Laisser à droite le sentier du Cassé de Takamaka et celui du parcours botanique - Poursuivre 1500 m sur la route forestière en direction de Bélouve - Se garer au début du sentier de la Rivière qui démarre à gauche de la route avant un grand virage à droite - Suivre le sentier de la Rivière jusqu'à la jonction de la route forestière et prendre à gauche - 150 m plus loin, le sentier des Mares et des Bois de Couleurs commence sur la droite et traverse la forêt durant quatre kilomètres - Emprunter ensuite le sentier des Tamarins jusqu'au Coteau Monique et faire demi-tour par le même itinéraire, par la route si c'est trop boueux ou poursuivre vers le gîte de Bélouve pour d'autres directions.


Commentaires sur cette randonnée (7)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Nathalie Marie, 13/05/2019 17:49

D'accord, merci beaucoup :-) J'espères pouvoir la faire ce week-end du 18 mai 2019 :-), car, il y a plein de sentiers sur cette route. C'est bien avant le sentier de l'école normale donc ? :-)

Sophie M, 13/05/2019 07:32
Randonnée complétée

bonjour, je me permets de rajouter que sur cette route en béton on est limité à 40 km/h donc vous ne pourrez pas louper le panneau, il sera sur votre gauche dans un léger virage à droite. De plus sur une carte IGN il est très bien matérialisé. Si ça peut vous aider c'est 3,133 km à partir de la table d'orientation du Col de Bébour

JPG, 12/05/2019 22:06

Nathalie Marie : Je viens de relire mon paragraphe itinéraire ci-dessus et très modestement, je le trouve très clair. Je ne rajoute rien. Imprimez ce § et suivez-le à la lettre et vous tomberez forcément sur la pancarte du sentier, sur la gauche de la route, avant la Rivière des Marsouins, en direction du gîte de Bélouve.

Nathalie Marie, 12/05/2019 21:49

Bonjour, Le début de ce sentier se trouve où s'il vous plaît ? Il se trouve sur la route de la forêt de Bélouve ? A combien de km environ de la première aire de pique nique de la forêt de Bélouve, le sentier débute t-il s'il vous plaît ? Merci de votre réponse :-)

Sophie M, 25/08/2018 17:42
Randonnée complétée

Nouveau commentaire un an et demi après : le sentier est propre, nettoyé, dégagé, on a plusieurs vues sympas. Et surtout, on cherche la boue ! Deux ou trois endroits où il faut un peu réfléchir où marcher pour ne pas s'embourber mais c'est tout ! Un régal cette forêt primaire... par contre les rochers dans les ravines sont hyper glissants.

Jean-Noël, 26/04/2017 15:10
Randonnée complétée le 24/04/2017 en 6h00

Très sympa, glissant mais très verdoyant

Sophie M, 08/01/2017 20:41
Randonnée complétée

Fait ce jour sous un beau soleil. La végétation pousse, je n'ai pas pu voir le piton des Neiges, les trouées sont rares. Le sentier est généralement en bon état, même si parfois on se fait griffer par la vigne marronne en travers, ou on doit se frayer un chemin entre les hortensias qui ont bouché le passage. Se méfier des trous masqués par les hautes herbes. Si c'est glissant et si on veut faire des photos (il y a beaucoup d'occasions !) on a vite fait de rajouter une heure... Le sentier de la Vierge est absolument fabuleux. Au retour, j'ai alterné sentier et route forestière, pour voir un peu l'horizon et la canopée, c'est plus roulant, mais ça rallonge de 3 km environ.

Randonnée ajoutée le : 11/03/2019