Boucle Redoute-Colorado-Grande Chaloupe et ancienne Route du Littoral

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 7h
Distance 22.6 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 720 - 8 m
Dénivelé positif 860 m
Dernière mise à jour 12/06/2024

Vues imprenables sur la NRL

Merci à Christian dont les articles m'ont donné envie de créer cette boucle pour emprunter uniquement cette ancienne route laissée à la nature.On peut même envisager une autre fiche de Saint-Denis à La Possession par cet itinéraire.
Pourquoi les autorités ne mettraient-elles pas ce deux fois 6 km à la disposition des pousseurs qui pourraient s'adonner à leur passion, certains jours, sans gêner leurs voisins ?

Cette longue boucle ne comporte qu'une seule difficulté, la montée au Colorado, mais la longueur du circuit impose cependant un entraînement correct. Une fois parvenu à cette belle aire de loisirs, presque tout le reste de la boucle s'effectuera en descente ou à plat. La carte OpenStreetMap affiche une multitude de sentiers en pointillés rouges. Sur place, on se rend compte que certains sont abandonnés ou rarement empruntés, ce qui facilite l'invasion des herbes et des faux poivriers. Le parcours proposé ne tient pas compte de plusieurs échecs de reconnaissance ; préférer les sentiers usés par les passages. Attention, certains sentiers empruntés sont pratiqués par les vététistes qu'il ne faut pas gêner dans leurs descentes folles. Les portions de routes sont inévitables mais des raccourcis pavés permettent de couper les virages et de rester dans la nature. On y croise souvent des sportifs à l'entraînement. La descente sur les pavés disjoints du Chemin des Anglais est un grand classique du Nord et la Grande Chaloupe se rejoint le plus souvent les yeux au sol pour garder ses deux chevilles intactes. La route du Littoral, rendue à la nature, se couvrira vite de plantes envahissantes qui ont déjà commencé leur invasion. Elle était déjà dangereuse alors que plus de 50 000 véhicules y roulaient quotidiennement et la chute d'une roche n'est pas à exclure. Officiellement, le passage n'est pas interdit mais chacun prendra ses responsabilités pour effectuer le parcours. Les lendemains de précipitations donnent naissance à de belles cascades que l'on peut admirer sans crainte de finir sous les roues d'un camion. Même les marcheurs habituellement allergiques aux sorties sur goudron apprécieront ce parcours atypique offrant de beaux panoramas sur l'océan, sur la route la plus chère du monde ou sur les falaises recouvertes de grillages de sécurité. Les rencontres sont nombreuses avec les pêcheurs profitant de l'absence de véhicules, les cyclistes, les chèvres qui ont pris possession de la falaise et même les pompiers s'entraînant pour le défilé du 14 juillet, le jour de cette reconnaissance. Le plus amusant est le réflexe de regarder à droite ou à gauche pour traverser la route afin de se rapprocher du littoral ou de la falaise pour profiter des cascades.

La randonnée débute au Quartier Lambert ou au parking du stade de La Redoute. Pour éviter la route, bifurquer à droite en direction de l'église de Notre Dame de la Délivrance et poursuivre en montant vers le Mausolée français avant de descendre au mausolée anglais (Photo 1). A partir du parking du stade, traverser la route et la longer sur l'agréable sentier bordé de décorations en fascines de goyavier (Photo 2). A la fin du sentier, continuer en direction des piles du pont puis remonter un peu vers la route avant de bifurquer en direction du Colorado prévu en 2 h par l'ONF. Les premières pierres font leur apparition pour quelques escalades. Il y en aura bien d'autres tout au long de la montée (Photo 3). Le sentier effectue d'abord des lacets, passe la canalisation et se poursuit par des portions plus droites. Les points de vue sont nombreux vers la ville, les casernes ou Bellepierre, juste en face (Photo 4). La montée comporte quelques raidillons, de nouveaux lacets, beaucoup de marches hautes à travers les lianes papillon qui envahissent le rempart. Plus haut, les filaos se font plus nombreux avec un sol désormais envahi de racines (Photo 5). Après une courte descente, la pente reprend sur de longues séries de marches (Photo 6). Plus haut, elle s'assagit et le sentier, tout d'abord dans l'herbe est remplacé par des pistes longeant le rempart pour de belles vues sur la vallée (Photo 7). Après ces 2 h de montée, une table de pique-nique en béton marque le début de la zone de loisirs du Colorado. Poursuivre sur la piste et oser une balade sur le sentier de découverte qui ne ralentira pas la progression. On y rencontre quelques panneaux et des essences indigènes ou endémiques (Photo 8). Passer devant de grandes installations ludiques et traverser toute l'aire en prenant la boule blanche comme point de repère. Aux toilettes publiques, obliquer à droite, passer la barrière et poursuivre sur une piste menant aux réservoirs. Elle contourne la station météo à travers un bois de jamrosats (Photo 9). Suivre la petite route, laisser les réservoirs sur la droite puis entamer une forte montée sur un sentier constitué des premières terres rouges de la journée (Photo 10). Continuer sous les goyaviers sur un sentier ombragé (Photo 11). On retrouve très vite les terres rouges et les sentiers marqués par les pneus de vélos (Photo 12). Le parcours repasse à nouveau à l'ombre des futaies de jamrosats cette fois (Photo 13). On traverse une petite ravine avant de continuer encore un peu à l'ombre. Le sentier remonte plus loin le long d'une canalisation. On aperçoit l'océan à l'horizon qu'on aura désormais très souvent sous les yeux. Un sentier bordé de goyaviers jaunes et de branles débute dans les terres rouges qu'on traversera à plusieurs reprises (voir § ci-dessous). Il est creusé tellement profondément dans la terre qu'il faut parfois marcher sur le côté pour ne pas frotter les hanches (Photo 14). La boule de la station du Colorado apparaît souvent à l'horizon (Photo 15). Un petit panneau avertit du passage des VTT ; en tenir compte durant les week-ends. Le parcours est d'ailleurs usé par les centaines de passages (Photo 16). Quelques magnifiques arbres dépassent de cette savane inculte (Photo 17). On entend de plus en plus le bruit des véhicules depuis le sentier devenu plus étroit (Photo 18). Prendre à droite au lotissement puis à gauche sur le Chemin des Fucréas. Traverser le carrefour, emprunter l'escalier qui descend à la passerelle enjambant la Grande Ravine et remonter sur la route par un beau chemin pavé (Photo 19). Continuer sur de nouveaux pavés après avoir traversé la route. Emprunter la totalité du Chemin de la Ruelle des Bambous, partir à droite sur le Chemin des Anglais puis sur un nouveau sentier pavé traversant cette fois la Ravine à Jacques. Profiter des points de vue sur le canyon de cette ravine jusqu'au départ du Chemin pavé des Anglais. Il débute par de nouvelles terres rouges ravinées et parfois glissantes (Photo 20). Une longue descente se présente, tantôt herbeuse, tantôt pavée d'énormes pierres. Comme le sol n'est pas totalement plat, préférer les pierres centrales pour marcher (Photo 21). Au premier virage à gauche, ne pas manquer le petit détour de 30 m pour atteindre le point de vue sur les deux routes du littoral (Photo 22). La descente du classique Chemin des Anglais se poursuit sur une pente pavée sous de grands tamarins (Photo 23). Une fois sur les rails de la voie de chemin de fer, partir vers la gare de la Grande Chaloupe et marcher en direction du rond-point. Partir sur l'ancienne route qui est ouverte à la circulation jusqu'au hameau de la Ravine à Jacques entouré de hautes falaises (Photo 24). Si les véhicules ont disparu le bruit des moteurs demeure à quelques mètres de là, 15 m au-dessus de l'océan. Des chèvres escaladent les pentes des falaises à la recherche d'herbes fraîches. La végétation, le sable apporté par le vent, les cailloux tombés de la falaise ou des gabions éventrés recouvrent petit à petit l'asphalte (Photo 25). Le muret est facile à enjamber pour passer d'un côté ou de l'autre des 4 voies afin de discuter avec les pêcheurs ou se rapprocher des cascades (Photo 26). Le kilométrage pratiqué est inscrit sur les petits panneaux ou peint sur les murs. On parvient rapidement et facilement aux potences (Photo 27). La longue boucle prend fin sous le tunnel qui n'a pas changé depuis son abandon (Photo 28). Les derniers mètres frôlent les casernes avant de retrouver les véhicules.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Denis et stationner au Stade de la Redoute ou, comme ici au plus près de la caserne Lambert - Partir vers le Pont Vinh San en longeant le sentier paysager - Entamer la montée au Colorado - Au Colorado, emprunter le sentier de Découverte puis poursuivre en évitant l'observatoire météo par le nord - Emprunter un des nombreux sentiers de la zone pour rejoindre la RD41 - Poursuivre par de nouveaux sentiers et des raccourcis jusqu'au Chemin de la Ruelle des Bambous - Rejoindre le Chemin des Anglais et descendre jusqu'à la Grande Chaloupe - Prendre ensuite la route du Littoral, abandonnée depuis la mise en service de la NRL - Marcher jusqu'au tunnel puis rejoindre le point de départ.

Les terres rouges du Colorado

Le nom "Colorado", donné par les espagnols aux terres rouges d'un état des USA du même nom, justifie très bien qu'il ait été employé dans les hauts de Saint-Denis pour désigner ces étendues de terres ocre, orangées ou rouges que l'on traverse lors des randonnées. La plus importante se situe à Fleurié mais toutes les zones en général dépassent rarement les 20 mètres. Souvent creusées et sculptées par l'eau, ces terres colorées changent de la verdure traversée et offrent la possibilité de beaux clichés en fonction de la lumière du soleil. Les amateurs apprécieront donc particulièrement ce circuit qui en propose entre le parc du Colorado et le début du Chemin des Anglais.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian L, 13/06/2024 17:12

Cette randonnée est classée difficile essentiellement par sa longueur mais si vous la fractionnez il n'y aura aucun problème. J'ai bien aimé l'originalité de parcourir l'ancienne route du littoral

Randonnée ajoutée le : 12/06/2024