De Roquefeuille à Vue-Belle par Fond de Puits

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h30
Distance 18.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 532 - 37 m
Dénivelé positif 510 m
Dernière mise à jour 03/12/2018

Dans les savanes du Far West réunionnais

Eviter cette boucle le dimanche en période de chasse car les cartouches vides au sol indiquent qu'il ne fait pas toujours bon être un lièvre !
La carte a été modifiée pour éviter de passer chez Cyril même s'il est d'accord. En attendant, suivre cette trace de Martial qui permet le même résultat en suivant une petite ravine qui coupe à travers la savane arborée pour rejoindre la piste décrite ci-dessous.
L'image satellite, les photos et les texte tiennent toujours compte du passage chez Cyril.

Cette nouvelle boucle de près de 20 km dans la région surchauffée de l'Ermitage emprunte un peu de route, beaucoup de pistes et de sentiers difficiles à suivre par moments. Grand nombre d'entre eux sont créés par les chasseurs qui semblent nombreux à en juger par les étuis de cartouches vides laissés au sol. Les lièvres et cailles ont ici un terrain idéal pour se cacher. La région est couverte d'épineux qui peuvent facilement égratigner au passage et de hautes herbes qui interdisent toute envie de fumer. Comme le montre la trace ci-dessous, le circuit part dans tous les sens. On marche sur des sentiers n'apparaissant plus sur les cartes. Inversement, on cherche vainement des yeux le sentier dont on a la trace sur la carte. Il est sans doute impossible de se perdre mais il semble facile de s'égarer. La meilleure solution pour les amateurs de randonnées surchauffées et parfois aléatoires, est de se munir d'un GPS et télécharger la trace qui présente l'avantage d'avoir été reconnue. Ne pas oublier l'eau même si l'on sait pouvoir se ravitailler au village à mi-parcours. Si des centaines d'hectares sont plantés de canne, de prairies ou de légumes, on traverse des milliers d'hectares abandonnés qui ont, en leur temps, produit canne à sucre, café ou coton dont on retrouve des pieds revenus à l'état sauvage. Il faut aux agriculteurs qui travaillent encore cette terre comportant 80% de cailloux, plus de courage que dans bien d'autres régions de l'île. La description ci-dessous nécessiterait plusieurs pages si on désirait être très précis, aussi, est-il de nouveau conseillé de se munir de la trace.

La randonnée débute au croisement de la route de Roquefeuille où quelques emplacements entourés d'ordures attendent les courageux marcheurs habitués à la chaleur. Après 200 m de route assez passante, bifurquer à droite sur la première piste rencontrée à la fin de la murette longeant la partie goudronnée. La piste est en très bon état (Photo 1) jusqu'à des installations où l'on est accueilli par la bande de chiens de Monsieur Cyril Jean-Jacques (Photo 2, voir § ci-dessous). Le sentier, très net sur la carte l'est beaucoup moins sur le terrain et il est difficile à trouver malgré les conseils du sympathique agriculteur. Ce sera la partie la plus difficile et aventureuse de la boucle. Le but est de dénicher ce sentier, ancienne piste pavée du siècle dernier, appelé ici le Chemin des Anglais. Un hors sentier s'avère souvent nécessaire (Photo 4). Une fois sur cette piste rejointe en suivant les multiples traces laissées par les chasseurs, on ne rencontrera plus de difficulté de terrain après avoir franchi la Ravine de l'Ermitage au fond rocheux (Photo 6). En revanche c'est plus délicat avec l'orientation. Une fois sur le Chemin Pavé, bien visible (Photo 7), le suivre longuement en profitant des vues sur Bruniquel, sa cheminée et l'océan tout proche (Photo 11). Partir sur la gauche à angle aigu et marcher jusqu'à une échelle franchissant les clôtures (Photo 14). A partir de là, suivre pistes et sentiers jusqu'à la piste principale passant sous la Route des Tamarins. Après le tunnel, préférer partir à droite pour être certain de marcher sur de belles pistes (Photo 17). Suivre de nouvelles pistes plus ou moins envahies de hautes herbes (Photo 15). Après les champs de canne, ne pas manquer le départ très discret du sentier qui se termine dans le hameau de Fond de Puits (Photo 19). Le sentier est agréable malgré les hautes herbes qui le bordent. Détourner les yeux en arrivant près des habitations car les ordures ne manquent pas .... Le village de Fond de Puits, dans les faubourgs de l'Ermitage est situé à la fin d'une voie sans issue (Photo 21). Le premier raccourci débute à gauche d'une chapelle rectangulaire sans architecture particulière. Les autres sont faciles à trouver ou deviner si l'on n'a pas de carte (Photo 22). Le village de l'Ermitage les Hauts est beaucoup plus petit que celui de la Saline de l'autre côté de la ravine et sa traversée s'effectue très rapidement. La deuxième partie de la boucle débute en passant près du lycée qu'on remarque de loin à la taille imposante des bâtiments modernes. La cheminée qui apparaît derrière le lycée est celle encore intacte de l'usine sucrière de Vue-Belle, bâtie en 1874 et fermée en 1969, d'où son apparent bon état (Photo 24). Elle produisait jusqu'à 400 tonnes de sucre par an avant d'être revendue ou réorientée dans sa production. Elle vient de subir un bon nettoyage en juillet 2018 qui laisse augurer d'une nouvelle vie pour les bâtiments dont certains ont déjà été employés pour le parc nautique et la piscine attenants. Longer la piscine et poursuivre vers la RD4. Marcher vers le nord et franchir la très discrète Ravine de l'Ermitage avant d'entreprendre une longue descente sur piste presque rectiligne jusqu'à la RD6 (Photo 25). A mi-descente, la piste est moins employée sur une centaine de mètres mais on ne perd jamais la trace. Une fois sur la RD6, attention à la circulation car on emprunte la seule vraie portion de route de la boucle sur 2800 m. A l'aire de déchargement de la canne, c'est le grand échangeur de l'Ermitage qu'il faut traverser. Passer un rond-point et bifurquer à gauche au deuxième pour emprunter sur quelques mètres une piste en terre et cailloux. Très vite, prendre sur la droite et alterner pistes herbeuses, parfois herbues (Photo 26) ou terreuses à travers d'anciennes cultures depuis longtemps abandonnées et recouvertes d'épineux. Quelques plantations tentent tant bien que mal de vivre malgré l'arrosage (Photo 27). On se retrouve ainsi après une demi-douzaine de bifurcations à la belle piste qui se dirige vers la route du départ (Photo 28). Cette piste, parallèle à celle employée au départ passe devant les cultures de Cyril, annonçant ainsi la fin proche de la boucle. Il ne reste qu'une courte portion de goudron pour retrouver le véhicule au début de la route de Roquefeuille.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à la Saline les Bains - Rejoindre le rond-point près du Jardin de l'Eden et prendre la direction de Villèle et l'Ermitage - En début de montée, partir à gauche vers le Piton de Roquefeuille puis stationner aussitôt à gauche - Entamer la boucle en poursuivant sur la route et en bifurquant à droite sur la première piste - Rejoindre le Chemin Bruniquel - Suivre pistes et sentiers jusqu'à la RN1 et poursuivre dans le même paysage jusqu'à Fond de Puits - Poursuivre jusqu'à l'Ermitage puis au lycée professionnel - Repérer l'usine sucrière en ruine de Vue-Belle et poursuivre sur la D4 - Après la Ravine de l'Ermitage, emprunter la longue piste qui se termine à la D6 - Poursuivre sur la D100 sans raccourcis dans les cannes pour rejoindre l'échangeur - Au 2ème petit rond-point, prendre à gauche et suivre la piste avant de tourner à droite sur des sentiers et pistes en rive droite de la Ravine de l'Ermitage - Terminer par la dernière piste jusqu'à la route puis le parking.

Passionnante rencontre

A 250 m de la route, en début de boucle, on est accueilli par les aboiements d'une demi-douzaine de chiens. Ils font un peu de bruit mais ne sont pas du tout méchants. On arrive chez Cyril JEAN JACQUES, un très sympathique agriculteur qui travaille la terre dans cette savane presque inculte. Il a planté là des arbres fruitiers "lontan", des plantes médicinales et beaucoup de pieds de pitayas. Il élève également quelques animaux de ferme et de basse-cour. Il a entamé un projet de longue haleine pour mettre en place une ferme pédagogique qui pourra recevoir des familles, des élèves, des curieux et pourquoi pas des randonneurs. Quand tout sera en place, un parking accueillera voitures et bus près d'une petite boutique où il compte commercialiser des produits de sa ferme (confitures, fruits, légumes, etc...). La rencontre avec ce passionné très accueillant est un pur plaisir. Souhaitons-lui beaucoup de courage. En lui téléphonant un ou deux jours avant, il organise même un repas "péi" où, comme il le dit, seule l'huile et le sel ne sont pas de sa ferme. Cyril 06 92 11 47 22.


Commentaires sur cette randonnée (3)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Martial, 09/11/2018 16:49
Randonnée complétée le 09/11/2018 en 5h10

Réalisée ce matin en 5h10 pour un peu plus de 22 kilomètres, étant parti de l’arrêt de bus car jaune « filaos-st gilles » à l’Hermitage. Pour ceux qui tentent de préserver un peu la planète et se rabattent sur les transports en bus, il est facile de rejoindre le départ de la rando, depuis l’arrêt mentionné ci-dessus, par l’œil de bœuf, l’ancienne piste gtoi et quelques sentes visibles dans les herbes et épineux, on arrive directement vers la bifurcation de Roquefeuille. Le début de la sortie est assez étrange, on se heurte tout de suite à une piste privé avec chaîne, plusieurs panneaux par la suite font bien comprendre qu’on est dans une propriété privé ; si on continue comme je l’ai fait, on arrive directement dans la cour de Cyril Jean Jacques, personne décrite sur la fiche. Et aussi sympathique que soit cette personne, à 5h45, il ne doit pas être levé, par contre la meute de chien dans sa cour, si, et à cette heure matinale, ils ne portaient pas leur écriteau «pas du tout méchant ». De plus, se retrouver dans la cour de quelqu'un à cette heure matinale peut être très mal interprété. J’ai donc fait demi-tour, ayant déjà testé la morsure dans d’autres lieux, et mon conseil, comme je l’ai fait ce matin, revenir sur la route, prendre la piste de la fin de la rando un peu plus loin, marcher jusqu’au premier radier, et rejoindre la trace un peu plus loin en restant dans la ravine et donc, en évitant la propriété de Cyril et surtout de la meute. Le chemin Bruniquel est sympa, dommage que tout soit laissé à l’abandon. Je ne connaissais pas Fond de Puits, on y arrive directement dans un dépôt d’ordure, et l’agglomération est assez sale, entre déchets semés partout et voiture brulé ; on pourrait facilement y tourner un épisode de « The Walking Dead ». Les raccourcis sont faciles à trouver et envahis de canidés, genre chien qui attendent le passant, munissez-vous quand même pour cette sortie d’un bâton de marche qui vous permettra de les repousser. D’ailleurs, la zone d’agglomération de l’Hermitage, la Saline est assez sale malheureusement. L’usine de Vue-Belle vaut le détour, le retour se fait sans trop de difficultés. On trouve par terre des dizaines de douilles de cartouches de chasse en plastique de nos amis les chasseurs, les 1ers écologistes de France. J’ai comme Christian, bien apprécié le jeu de piste de recherche des sentiers, mais il est certain que suivre la trace précise de la fiche sans gps sera très compliqué. En conclusion, cette sortie présentant quelques intérêts historique est à réaliser pour la connaissance de la zone, mais après bien d’autres du site. Photos Jointes : nr1 impossible de ne pas voir que l’on rentre dans une propriété privée, nr2 le chemin Bruniquel qui reverdit après la pluie, nr3 l’échelle mentionnée sur la fiche, vous n’êtes pas perdu, nr4 fresque géante sous la route des Tamarins, nr5 Fond de Puits ou Zombieland.

Christian Léautier, 14/10/2018 08:10
Randonnée complétée le 13/10/2018 en 6h00

Rando pour les " inconditionnels ": ceux qui aiment le soleil -20° à 6h et 30° à 12h-, les hautes herbes et "zépines" dans du hors sentiers , des pistes et des chemins qui se multiplient...Fait sans l'aide de Cyril absent (ses chiens aussi!) et sans gps. Tout au "feeling" avec le sens de l'orientation car pas de problème , on se retrouve toujours...bien sûr plus ou moins griffé à l'arrivée. Pas de chasseurs avant l'ouverture des hostilités en mai 2019. Prêt à parier que beaucoup d'eau coulera sous les ponts -ça tombe bien car la savane est bien jaune-, avant que certains tentent cette aventure, non sans charme d'ailleurs quand on sort un peu de "sa zone de confort", cela lorsqu'ils auront épuisé le stock de beaucoup d'autres randos un peu plus géniales malgré tout. J'ai préféré la première partie plus aléatoire -j'ai toujours aimé les jeux de pistes!-même si la seconde , avec la découverte du village animé de la Saline les Hauts n'est pas sans intérêt.(commerces lontan, temples, vieille usine sucrière).

jpv97410, 25/09/2018 09:44
Randonnée complétée le 22/09/2018 en 5h30

Bien suivre les indications de JPG mais le GPS est presque obligatoire pour éviter de chercher le chemin. Une boucle originale à faire en hiver.

Randonnée ajoutée le : 22/09/2018