De le RF Vaudeville au gîte des Tamarins par Calebasse et Simambry

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h30
Distance 11.6 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1788 - 1391 m
Dénivelé positif 700 m
Dernière mise à jour 12/10/2017

Des cryptomerias, peu de tamarins et de plus en plus d'acacias noirs

Attention, ce parcours comporte deux difficultés : il est conseillé de se munir d'un GPS pour la traversée d'un bois de cryptomerias en utilisant une discrète sente peu utilisée. Cela, évitera de terminer comme Marguerite qui avait du laisser le sien à l'étable. En fin de boucle, un passage est particulièrement difficile, aléatoire et peut s'avérer dangereux. Les aventuriers ou sportifs se feront un plaisir de le passer tandis que les autres termineront sans effectuer le détour (voir paragraphe spécial ci-dessous).

Vue de loin, cette boucle ressemble à celle faisant le tour du Crédit Foncier mais en y regardant de plus près, quelques difficultés supplémentaires viennent ralentir le rythme. On croise tout au long du parcours des lignes domaniales qui n'ont pas trop souffert malgré leur abandon visible. Ces lignes grises sur la carte sont en réalité de larges pistes rectilignes censées servir de coupe-feu au moment où elles ont été construites. Abandonnées et couvertes de végétation, le feu se joue de ces obstacles comme l'ont montré les incendies volontaires déclenchés en 2010 et 2011. Si la ligne domaniale est rectiligne, ce n'est pas le cas du sol qui monte et descend au gré des ravines franchies. Si certaines sont un jeu d'enfant, d'autres sont impossibles à traverser comme la Grande Ravine offrant des à-pics de 20 mètres, des bassins tout aussi profonds et de larges plaques de basalte lisses et dangereuses. La première, utilisée durant la montée ne pose guère de problème mais il en est tout autrement pour la dernière (voir § ci-dessous). Chacun fait donc ce qui lui plait sur ce circuit (qui a été reconnu avec maints aller-retours infructueux) et prend ses responsabilités.

La randonnée débute à la pancarte indiquant la Piste Calebasse (Photo 1), du nom du quartier et de la ravine à sec qu'on longera bientôt. La pente est faible et régulière sous les vieux cryptomerias jaunissants (Photo 3). Certaines parties sont terreuses, d'autres herbeuses. Les fougères, bringeliers et acacias noirs envahissent doucement les sous-bois éclairés (Photo 2). Rien n'arrive à pousser dans les sous-bois sombres car les branchettes tombées rajoutent de l'acidité au sol où seules les mousses et longoses arrivent à s'installer. On coupe deux lignes domaniales qui se terminent à des à-pics insondables. Si on poursuit sur la Piste Calebasse, elle se termine sans avertissement. Un sentier part vers la droite ; un autre tout droit. Partir sur ce dernier sans hésitation au départ puis en cherchant des yeux les traces de pas un peu plus loin. On passe au plus près du crâne de Marguerite (Photo 4) qu'on a sans doute cherché longuement le jour de sa disparition. Il ne faut pas marcher trop vite et surveiller son GPS car d'autres sentes débutent et ne finissent pas toujours. Les branchettes de cryptomérias poussées sur le côté (Photo 5) sont une indication quand le sentier n'est pas trop repérable. Ailleurs, la marche arrive même à être rapide (Photo 6). Pour ne pas s'égarer, marcher en rive gauche du Bras Calebasse et ne pas le perdre de vue. Ce sentier discret se termine à une ligne domaniale. Comme le franchissement vers la gauche est impossible pour rejoindre la piste de Montvert, prendre à droite et franchir des ravines discrètes durant 500 mètres en direction de la ligne électrique qu'on voit au loin. Quand on se retourne pour voir le chemin accompli, on remarque que les bringeliers envahissent presque toute la surface de la ligne (Photo 7). La Ligne de la Grande Ravine est une autoroute comparée à ce qui vient de se faire (Photo 8). La montée est également constante et jamais forte. On devine bientôt les barrières du côté du gîte (Photo 10) qui demande un détour d'une centaine de mètres pour voir ses portes toujours fermées (Photo 11). Emprunter la route bétonnée, refaite à neuf récemment, pour une courte pause à plat. La Grande Ravine est toujours aussi sauvage et le projet de la descendre à pied a été vite abandonné en raison du danger. Après avoir franchi les ponts de deux nouvelles ravines rocheuses, tourner à droite et suivre des sentiers de vaches ou des pistes d'extraction de bois en marchant le plus droit possible dans les friches (Photo 12). A la première piste, tourner à droite et rejoindre le bassin sur la Grande Ravine (Photo 14). Il a souvent de l'eau mais sa cascade est épisodique car liée à la météo. Ces quelques mètres permettent de comprendre pourquoi la descente de la ravine est très sportive. Reprendre la piste puis tourner à gauche à la première bifurcation pour rejoindre le chantier de charbon de bois (Photo 15). Terminer à la RF des Tamarins pour une transition ombragée (Photo 16) vers la Piste Simambry (Photo 17). C'est parti pour une longue descente dans la terre, l'herbe ou les feuilles de tamarins en longeant parfois au plus près le sentier destiné aux VTT. Certains passages dangereux donnent une idée de la grande maîtrise de ces sportifs (Photo 20). A la RF Vaudeville, prendre à droite et longer les prairies (Photo 21) en direction du point de départ. Des troupeaux vivent ici paisiblement en profitant, sans les apprécier, des larges panoramas sur les villes balnéaires de la côte ouest (Photo 22). La jonction est courte et facile par cette route très peu fréquentée. Les amateurs de petits coins particuliers partiront sur la droite entre les kiosques de pique-nique rencontrés sur la droite. Cette piste, comme les autres, monte calmement, tantôt terre (Photo 23), tantôt herbe (Photo 24). Cette piste se termine aussi à une ligne domaniale. Prendre à gauche et rejoindre la Ligne de la Grande Ravine en utilisant cette ligne domaniale. La première ravine se passe assez facilement mais la seconde demande de la maitrise, de l'entraînement et de l'instinct pour retrouver le très ancien sentier recouvert de jouvences. Voir le § ci-dessous pour d'autres détails. Une fois cet obstacle franchi, la descente de la Ligne de la Grande Ravine est une balade sur un sentier étroit, fréquenté, ombragé et charmant par endroits (Photo 25). Il se termine à la RF Vaudeville (Photo 28) à cinq minutes de la Piste Calebasse, fin de cette boucle sportive.

Profil

Plan de l'itinéraire

Cliquer sur (coin supérieur droit) pour la carte logo IGN.

Itinéraire

Se rendre à Trois Bassins par les Colimaçons ou l'échangeur de Trois Bassins à partir de la Route des Tamarins - Rejoindre la Route Hubert Delisle et rouler en direction de la Saline les Hauts - Après le lycée-collège de Trois Bassins, tourner à droite sur la route qui remonte vers la Route Vaudeville - A la route Vaudeville, prendre à gauche et rouler une centaine de mètres jusqu'au départ de la Piste Calebasse - Se garer et entamer la remontée de cette piste - Poursuivre en hors sentier sous les cryptomerias et rejoindre la ligne domaniale à 1600 m d'altitude - Prendre à droite jusqu'à la Ligne de la Grande Ravine et bifurquer à gauche jusqu'au gîte - Emprunter la RF des Tamarins vers le Tévelave et tourner après le pont sur la Grande Ravine - Rejoindre le bassin puis les charbonniers avant de reprendre la RF des Tamarins jusqu'à la Piste Simambry qu'on descend en totalité jusqu'à la Route Vaudeville - Tourner à droite et marcher vers les kiosques à pique-nique - Partir entre les kiosques sur la piste qu'on utilise en totalité - Prendre à gauche sur la ligne domaniale et passer deux ravines dont une dangereuse avant de retrouver la Ligne de la Grande Ravine - La prendre vers la gauche et rejoindre la RF Vaudeville puis le véhicule laissé au début de la piste Calebasse.

Le passage très délicat de la ravine

En fin de boucle, pour voir de plus près la piste qui remonte entre les kiosques et en la suivant jusqu'à la fin, on se retrouve sur une ligne domaniale. En partant sur la gauche vers la Ligne de la Grande Ravine, on est obligé de traverser deux ravines. Si la première est aisée et ne pose aucun problème, la seconde est impressionnante (point rouge). Il faut descendre d'une trentaine de mètres en lacets dans les jouvences qui ont recouvert le sentier. Cette descente passe encore en prenant garde. La traversée de la ravine est étroite et assez facile, toujours sur les jouvences qui cachent le sol. En revanche, on utilise un acacia noir tombé au sol sur les trois premiers mètres de la remontée. Il faut faire TRES attention à la chute car le tronc est glissant. En cas de doute en haut de la butte, faire demi-tour et retraverser la forêt de cryptomerias. Si on décide de ne pas effectuer cet écart, ne pas partir entre les kiosques et filer tout droit sur la route (itinéraire bleu).


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian L, 12/10/2017 14:34
Randonnée faite le 12/10/2017 en 4h00

Déjà de retour pour la suite de cette belle randonnée (voir les commentaires du 09/10/2017). Sans problème la montée dans le bois de cryptomérias avec la rencontre nez à nez avec Marguerite: sentier assez net en restant le long du bras de Calebasse; détour au grand bassin de la Grande Ravine et pour ne pas faire l'aller retour, remontée assez facile de la ravine jusqu'à la RF des Tamarins avec même des balises bleues tout le long .Pour le reste RAS au milieu de mille pistes, chemins ,lignes domaniales; De quoi faire mais bien loin si l'on n'habite pas dans l'Ouest; Un détail pour l'itinéraire: après le lycée collège de Trois Bassins , d'abord tourner à gauche (non précisé sur le site) avant de "tourner à droite sur la route qui remonte...".etc, ce qui évite de perdre du temps pour chercher sa route.

Christian L, 09/10/2017 17:46
Randonnée faite le 12/10/2017 en 4h00

Intrigué par le passage délicat en fin de parcours je me suis dit que le mieux était de commençer par lui ! Personnellement mais cela n'est que mon avis je n'ai pas trouvé cela trop ardu par un temps sec et donc l'acacia à franchir pas du tout glissant.Auparavant je suis parti à droite le long de la ligne domaniale pour explorer en amont et en aval la Grande Ravine et idem pour parcourir la ligne domaniale suivante et partir également à droite vers cette merveilleuse Grande Ravine étonnamment facile à parcourir autant en aval qu'en amont sur de grandes dalles de basalte et tres photogénique !: bassins,gouffres effroyables ,marmites!...dommage très peu d'eau! Que du bonheur! ce ne sera que plaisir de parcourir une autre fois tout ce qui n'a pas été fait aujourd'hui A réserver quand même aux aventuriers amateurs de ravines sauvages !

Randonnée ajoutée le : 13/08/2017