La Cascade de Mahavel depuis Grand Coude

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h
Distance 20 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1384 - 489 m
Dénivelé positif 1600 m
Dernière mise à jour 25/04/2020

Méconnue : la Vallée du Bras de Mahavel

Il y a de grandes chances que la Cascade de Mahavel n'existait pas en 1964 ou elle était fort différente (voir § ci-dessous). Aucun sentier officiel ne permet de s'en approcher mais aucun obstacle n'empêche de la faire. Cette randonnée inhabituelle en grande partie en hors sentier, assez difficile, permet de relier Grand Coude à la Cascade en passant par l'Îlet Dimitile. La distance parcourue n'est que de 20 kilomètres mais la difficulté vient de deux points importants : la descente et la remontée par l'Ilet Dimitile et la vallée du Bras de Mahavel qui n'offre jamais assez de place à plat pour y poser le pied. Heureusement, une partie effectuée en aller-retour sur la piste de Roche Plate permet de se reposer sans toutefois se régaler des paysages de ce fond de vallée. Malgré le demi-siècle qui nous sépare de l'effondrement de plusieurs millions de mètres cubes de roches, le Bras de Mahavel n'a jamais réussi malgré les cyclones, à évacuer totalement les milliards de roches accumulées au sol. Mais que sont cinquante ans au regard des autres bouleversements géologiques de l'île qui se mesurent en millions d'années. La cascade surgit d'une haute cassure rocheuse infranchissable qui signe la fin de la randonnée.

La randonnée débute au très classique parking proche de l'église, point de départ de plusieurs circuits dans la région. On peut aussi se lancer dans l'aventure par la piste qui débute 20 mètres en-dessous de l'arrêt de bus "Sentier Rosat", en montant vers l'église. Comme la randonnée est longue et difficile, partir tôt, ne serait-ce que pour voir les premiers rayons éclairer le plateau de Grand Coude et le Morne Langevin (Photo 1). Une piste rejoint le rempart de la Rivière des Remparts et se poursuit vers le sud en longeant les prairies. Quelques points de vue permettent de voir le fond de la rivière, recouvert de galets. Si on suit correctement le rempart, on n'a aucune difficulté pour trouver le sentier. Profiter d'un beau panorama vers Saint-Joseph avant d'entamer la plongée par le sentier du Dimitile. Ce sentier abrupt, souvent fermé officiellement par arrêté est encore en assez bon état malgré son étroitesse. C'est un sentier qui descend vertigineusement vers la vallée de la Rivière des Remparts. Seules quelques échelles en bon état viennent aider au franchissement des parties plus abruptes (Photo 2). On descend en lacets ou de manière rectiligne à 50 % par endroits dans une belle forêt de bois de couleurs envahie de diverses orchidées et habitée par des centaines d'énormes araignées (Bibe - Photo 5). Dans la descente, quelques trouées entre les arbres permettent d'apercevoir la vallée, les pitons qui la bordent (Photo 3) ou l'Îlet Dimitile sur les berges du Bras Îlet Dimitile (Photo 4). Pas de très grands dangers sur le sentier étroit si on regarde bien où poser les pieds. A l'approche de la rivière, le sentier oblique sur la gauche et on trouve facilement la forte descente vers les galets. Prendre quelques repères pour le retour car ce sentier n'est pas toujours facile à trouver du premier coup. La deuxième partie, qui longe la rivière des Remparts, s'effectue sur la piste 4X4 qui rejoint Roche Plate et permet de se reposer en marchant presque à plat sur un sol très poussiéreux et bordé d'hectares de galets (Photo 6). Le fond de la rivière est toujours sec car l'eau est depuis longtemps souterraine, infiltrée dans les mètres d'épaisseur de galets dont beaucoup issus de l'effondrement de 1965. Pourtant, les quantités qui coulent du Bras de Mahavel, représentent plusieurs mètres cubes par seconde. Les paysages ne sont pas exceptionnels puisqu'on longe la muraille de la caldeira de la Rivière des Remparts, haute et verticale (Photo 7). Après ce périple tout en douceur et en pente douce, on se retrouve face au Barrage de Mahavel, vestige de l'effondrement de 1965 (Photo 8). Le Rein de Bouc, vu du confluent des deux rivières, semble une pyramide alors qu'il n'est que la fin d'une longue crête. La rivière qui vient de droite coule à peine malgré le débit important de la cascade qui éclaboussera de ses embruns dans une bonne heure. Il n'y a pas besoin de beaucoup chercher pour voir les derniers litres d'eau filer dans le sable et les galets (Photo 10). Commence alors la première difficulté de la journée à travers les filaos et les galets (Photo 11). Jamais on ne trouve trace de sol meuble. Le sable accumulé par la rivière est friable et remplit les chaussures. Le reste du terrain est recouvert de millions de cailloux allant du pavé au rocher de plusieurs tonnes. On longe des mètres d'épaisseur de terre mêlée de sable et de roches issus de l'effondrement (Photo 12). L'érosion en vient à bout, année après année, en créant des centaines d'éboulis aussitôt emportés par les crues. La vallée est de plus en plus étroite, bordée de falaises de plus de 800 m de hauteur en direction du Morne Langevin (Photo 14). L'eau des sources et torrents plus au nord coule également sous les cailloux. Ce n'est qu'en se rapprochant de la cascade qu'on peut suivre le torrent sur près d'un kilomètre. Il s'est frayé plusieurs passages sur les éboulis qu'on franchit par de petits bonds. Aucune piste, aucune balise pour aider à la progression. La marche se fait à l'instinct mais ne présente aucun danger, surtout qu'il est impossible de s'égarer dans ce fond de vallée bordé par de très hautes murailles (Photo 16). La chute d'eau, d'une bonne trentaine de mètres se dessine bientôt dans le cul de sac de la vallée qu'on aperçoit (Photo 17). Le spectacle est agréable à l'œil et donne envie de poursuivre. La vallée se rétrécit et l'eau coule encore car elle n'a pas eu le temps de s'infiltrer (Photo 18). Dès qu'on est au pied, on peut admirer la chute et se rafraîchi de ses embruns (Photo 19). On peut facilement aller sous la chute et même y pique-niquer si le vent n'est pas trop fort. La vallée, très sauvage, mérite à elle seule ce déplacement, surtout qu'elle est très peu fréquentée (Photo 20). Atteindre le haut de la chute sans matériel est une autre histoire quand on voit les roches qui l'entourent (Photo 21). On peut tout à loisir apprécier la chute avant d'envisager un retour (Photo 22). L'eau s'infiltre dès son arrivée au sol et il n'y a même pas un bassin pour une petite baignade (Photo 24). Le retour s'effectue en reprenant le chemin inverse et en s'éloignant du bruit de la cascade (Photo 25). C'en est presque fini de la visite du sud du Rein de Bouc et le très rocheux Cap des Oiseaux Verts. Les perroquets ont depuis fort longtemps disparu mais ils sont remplacés par des myriades de salanganes. Partir sur la gauche en direction d'une retenue d'eau au pied des Sources Michel (photo 26) qui se remplit doucement des alluvions apportées par les fortes précipitations ou les cascades toutes proches. Elle mérite le détour mais n'engage que très peu à la baignade ! Les cascades qui l'alimentent ne coulent vraiment qu'en période de fortes précipitations (Photo 27). Le retour s'effectue par le même itinéraire en poursuivant sur les cailloux du Bras de Mahavel, la piste vers Saint-Joseph et la deuxième difficulté de la journée par la remontée à Grand Coude. Après cette longue marche sur les cailloux les jambes sont fatiguées et il est primordial d'avoir gardé des forces pour rejoindre le plateau. On bénéficiera, durant la montée, de quelques panoramas sur la rivière et on sera heureux, par endroits, de retrouver les échelles descendues le matin.

Balises


Balises jaunes sur piste 4x4 uniquement

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Joseph puis à Grand Coude - Garer le véhicule au parking un peu plus loin que l'église - Marcher vers le rempart puis le suivre en tournant sur la gauche - Au bout de 500 mètres plonger à droite sur le vertigineux sentier de l'Ilet Dimitile jusqu'à la Rivière des Remparts - Bifurquer à droite et remonter vers Roche Plate en suivant la piste 4X4 - Avant le barrage de Mahavel et ses filaos, prendre à droite le fond de la rivière du Bras de Mahavel et marcher sur près de 4 km jusqu'à la retenue d'eau des Sources Michel - Remonter l'éboulis en longeant le bois bordé de goyaviers jusqu'au ruisseau qui n'est pas encore sous-terrain (par infiltration) et le suivre jusqu'à la cascade - Le retour s'effectue par le même itinéraire mais peut également se poursuivre jusqu'à Roche Plate ou au Nez de Bœuf.

Mahavel : 6 mai 1965

Sur l'île de La Réunion, le 6 mai 1965, vers 4 heures du matin, un pan de la falaise du bras de Mahavel s’est effondré, obstruant son embouchure dans la Rivière des Remparts deux kilomètres plus bas. L’éboulis n’a pas fait de victimes bien que les déblais de 30 millions de m³ se soient accumulés sur plusieurs mètres de haut jusqu’au pied des maisons du village de Roche Plate. Le bruit fut entendu de la Plaine des Cafres jusqu'à Saint-Joseph. Les habitants ont d'abord pensé à une éruption volcanique. Le lac de boue qui s’est formé a été source d’inquiétude pour les habitants de la ville Saint-Joseph située en aval. Pendant un temps l’évacuation a été envisagée. Le creusement d’un chenal pour vider le barrage a été entrepris. En fin de compte, il s’est érodé naturellement, et le lac s’est vidé au fil des mois.


Commentaires sur cette randonnée (3)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Hippoval, 04/10/2019 10:32
Randonnée complétée le 03/10/2019 en 8h00

Randonnée faite ce jeudi 3 octobre en 8h AR, je confirme que la descente est très sportive, sentier abrupt et dangereux sur certaines portions (J'ai glissé et me suis retrouvée la tête en bas dans une pente à 45°), la végétation commence à bien recouvrir le chemin très étroit. Prudence donc ! La piste dans la rivière permet de se reposer, quoiqu'avec ce soleil... mieux avoir prévu une bonne quantité d'eau. La rivière coule très peu donc la remontée se fait sans danger, rochers qui se décrochent tout de même ! Fort débit à la cascade Mahavel. La remontée vers Grand Coude est une formalité, une fois qu'on a survécu à la descente 😊.

Stoned, 08/03/2019 21:41
Randonnée complétée le 08/03/2019

Bonjour, faite aujourd'hui!! 1h10 pour descendre (désolée pour le monsieur qui a mis 4h lol)
Je voulais quand même préciser, même moi qui suis habituée j'ai trouvé toute la 1ere partie du sentier en descendant le rempart très dangereux! Je comprends que certains se retrouvent en difficulté! Sentier très tres étroit, très glissant à flanc de falaise! Attention donc!! Moi je m'en fou j'adore 😆

Thierry62, 29/05/2016 10:20

Bonjour, rando effectuée le 28/05/2016 celle-ci éprouvante en ce qui me concerne (randonneur moyen). Donc départ aux environ de 7h30 direction le sentier Dimitile et entame la descente, le sentier est propre utilisation à quelques endroits de la machette. Par contre celui-ci est ardu, très étroit certain passage faire très attention ou l'on pose ses pieds et aussi glissant de par les feuilles, la mousse et l'humidité. Il m'a fallu 4h pour le descendre en toute prudence sans m'arrêté... Arrivée sur la piste 4/4 là pas de grande difficulté c'est plat hormis le sable et les graviers qui entre dans les baskets. Ensuite la partie Bras de Mahavel et remontée de l'éboulis là encore pas de difficulté juste un bon travail des genoux. En haut de l'éboulis j'apercevais la cascade malheureusement la distance qui restait à parcourir et le temps m'ont obligé à faire demi tour, j'ai d'ailleurs fini la remontée du sentier Dimitile à la frontale redoublant encore plus d'attention qu'à la descente. En conclusion très belle sortie avec un temps magnifique, pour ceux qui seraient tenté de le faire ne pas négligé les difficultés du sentier. En tout cas une belle expérience à refaire mais en partant plus tôt...

Randonnée ajoutée le : 01/04/2011