Le tour de Takamaka par la RF de Takamaka, le littoral et la Pointe de la Table

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h
Distance 12 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 256 - 4 m
Dénivelé positif 320 m
Dernière mise à jour 17/04/2021

De la canne aux pandanus en passant par les palmiers

Cette boucle, comme d'autres dans cette région, mélange portions de route, de pistes ou le sentier littoral pour créer une belle randonnée familiale qui peut se terminer à la Pointe de la Table par un bon pique-nique. Elle est courte et sans difficulté, propose quelques panoramas sur l'Océan et les Grandes Pentes depuis la route forestière ainsi que de belles falaises recherchées par les pêcheurs depuis le sentier. Les écailles laissées sur le bord montrent que les vagues démontées cachent de beaux spécimens qui nécessitent d'être adroit d'une part et un peu acrobate d'autre part car on voit bien que les sentes spéciales escaladent ces falaises qui nous font pourtant peur dès qu'il faut se pencher pour photographier des vagues.
Ne pas rentrer sans une nouvelle balade à la Pointe de la Table sur ces laves d'un peu plus de 30 ans déjà bien abîmées par les vagues et couvertes de filaos. Il est facile de descendre sur les plaques basaltiques en venant du Tremblet mais c'est plus délicat d'en ressortir car les falaises de basalte sont de plus en plus hautes vers le Sud. Il faudra un peu d'acrobatie pour franchir la muraille là où elle est la plus basse mais il est conseillé de faire demi-tour ou poursuivre pour retrouver le sentier en revenant sur ses pas.

La randonnée débute ici au croisement de la Route Forestière de Takamaka quelques dizaines de mètres avant la piste descendant à la Pointe de la Table. On peut stationner avant ou après le premier virage à gauche. Cette route goudronnée monte régulièrement en forêt jusqu'à la Ravine de Takamaka puis traverse ensuite les champs de canne. Elle est étroite et sans circulation, hormis quelques producteurs de vanille, et monte à peine entre les fougères et bois divers de ces altitudes (Photo 1). Très vite, on remarque dans les sous-bois des centaines de pieds de vanille qui grimpent sur les poteaux naturels créés par les arbres laissés là à cet effet (Photo 2). Si une voiture, un scooter ou une bicyclette est en stationnement sur l'accotement, tenter de rencontrer la personne venue le matin pour fertiliser les fleurs. Sans prendre trop sur son temps compté, ces explications sont toujours intéressantes. Moins de deux kilomètres plus loin, on traverse la Ravine de Takamaka au fond basaltique glissant à cause de la mousse (Photo 4). Cette ravine a vu son cours chamboulé par la coulée de 1986. C'est également là qu'on trouve le sentier montant vers le Piton de Takamaka dans les fougères et les bois de chapelets. Les cannes remplacent les bois et les plans de vanille dans les Hauts du village de Takamaka. (Photo 5). Le goudron a souffert des passages des tracteurs et des radiers profonds empêchent d'y passer avec des voitures basses sur roues. Comme il n'y a plus d'arbres, le regard porte jusqu'au Piton de Takamaka (Photo 6) ou vers les Grandes Pentes (Photo 7). Plusieurs pistes cannières redescendent vers la mer qu'on aperçoit dans les trouées, même si la canne est haute. La petite route traverse la Ravine Pavée, plus belle que la précédente (Photo 8). Le paysage alterne petits bois non cultivés et champs de canne à sucre. Traverser la Ravine Rencontre et tourner quelques mètres plus loin sur une piste constituée de cailloux et surtout de larges plaques de basalte (Photo 9). On comprend mieux, en voyant ce sol, pourquoi les cannes sont si petites à côté ; elles n'ont rien pour se nourrir et même l'eau abondante de la région ne suffit pas à leur développement puisqu'elle file vers le bas au lieu de s'infiltrer. La piste est un peu envahie d'herbes qui sont régulièrement écrasées par un 4x4 ou les tracteurs. Le planteur passe également du désherbant. Effectuer la boucle en hiver assure de bons panoramas et la piste, très utilisée, aura perdu toutes sa végétation. On arrive à une palmeraie traversée par la piste encore plus défoncée qu'ailleurs puis on parvient très rapidement à la route à l'arrêt de bus des Pandanus. Prendre à gauche et marcher moins de 2 km sur la RN2. C'est moins agréable que sur routes forestières ou sur les pistes cannières mais ce tronçon est obligatoire si on veut effectuer une bonne sortie en bord de mer (Photo 10). On traverse ainsi les habitations du Tremblet, on marche sur le tunnel de lave du Brûlé des Citrons Galets et on emprunte aussitôt la petite route qui redescend en lacets vers le Quai de Sel à la Pointe du Tremblet avec encore quelques pieds de vanille sur les arbres. La descente est faible et constante, toujours à l'ombre (Photo 11). Quand le bruit des vagues est au plus fort, prendre à droite le sentier qu'on suivra sans beaucoup de difficultés jusqu'à la Pointe de la Table. Le trajet commence entre les goyaviers et leurs racines (Photo 13). Puis ce sont les vacoas qui l'emportent avec parfois de beaux spécimens ou d'autres aux racines interminables (Photo 14). Des petites sentes de pêcheurs partent souvent vers la falaise. Il n'est pas toujours facile d'en suivre quelques unes pour mieux voir la mer ou surtout les endroits où passent les pêcheurs pour rejoindre les rochers en bas (Photo 15). De plus, ils effectuent ces escalades en savates deux doigts ! Plus loin, ce sont les fougères qui bordent le sentier herbeux sous de multiples filaos (Photo 16). Quand c'est l'herbe qui est majoritaire, elle a vite fait de recouvrir le sentier mais les multiples passages la domptent un peu (Photo 17). Peu après la Roche à Jacquot on commence à apercevoir les falaises créées en 1986 par la coulée de la Pointe de la Table (Photo 19). En fonction de la fatigue, on peu effectuer toute la boucle de la Pointe de la Table, une moitié seulement par l'Ouest ou comme ici une balade hors sentier sur les coulées et sous les filaos (Photo 20). A la fin de la zone, on est bloqué par de hautes falaises. Partir sur la droite et les longer à l'ombre des filaos (Photo 21). Il n'y a pas de danger et on a l'assurance de rencontrer de beaux paysages le long des falaises ou trouver des crabes qui aiment se cacher dans les fissures (Photo 22). Deux manières de s'échapper de ce cirque : en escaladant 2 mètres de la falaise en face du sentier de la boucle mais il faut se méfier de la chute ; ou en filant vers le point d'entrée utilisé 10 minutes avant. Avant de poursuivre en suivant cette trace, ne pas hésiter à marche sur les autres plaques basaltiques plus au sud. En cherchant un peu on peut dénicher de plus ou moins belles arches basaltiques en bord de mer (Photo 23). Revenir sur la boucle officielle où il est toujours aussi agréable d'emprunter les coulées de 1986 qui ressemblent parfois à de véritables routes (Photo 24). Dans un virage du sentier Ouest, débute un sentier qui rejoint la route en moins de 500 mètres (Photo 25). Il monte sur des larges plaques de lave noire et il faut absolument se méfier des fissures en partie couvertes de plantes dans lesquelles il est très facile de se briser une cheville ou un tibia si on marche le nez en l'air (Photo 26). Plus haut, il est de très bonne qualité sous les bois de couleurs et l'on entend déjà passer les véhicules sur la RN2 (Photo 27). Ce sentier se termine par un panneau de l'ONF donnant des explications sur l'agrandissement de l'île en 1986 (Photo 28) et c'est 200 mètres plus loin qu'on retrouve le véhicule.
A noter qu'on peut raccourcir cette boucle en employant la coulée de 1986 après la Ravine Coco Dalleau (voir § ci-dessous) mais on quitte là la randonnée familiale. La parcours s'adresse aux pêcheurs et aux randonneurs habitués.

Balises


Rien sur les routes

Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Rouler vers Saint-Philippe et prendre la direction de la Pointe de la Table ou du Puits Arabe - Poursuivre vers le Tremblet et se garer dans les 20 premiers mètres de la Route Forestière de Takamaka - Suivre la RF sur presque toute sa longueur - Tourner à droite sur une piste cannière quelques mètres après la Ravine Rencontre et rejoindre la RN 2 - Prendre à gauche et marcher sur la route jusqu'à la Route du Vieux Port vers la Pointe du Tremblet - Au littoral, prendre le sentier vers Saint-Philippe et marcher jusqu'à la Pointe de la Table - Suivre le sentier ou faire du hors sentier sur les plaques de basalte de 1986 - Escalader la falaise ou revenir au point de départ pour prendre le sentier Ouest et trouver le sentier qui rejoint la RN2 - Tourner à droite vers le départ de la Route Forestière de Takamaka.

Le raccourci par la coulée de 1986

On imagine bien qu'un pêcheur né au village ne marchera pas jusqu'à la Pointe du Tremblet pour pêcher au Quai Plat. Il existe des sentiers qui relient la route à la mer qui ont été créés par les passages incessants.
S'il n'y a pas d'enfants pour effectuer cette boucle et pour la raccourcir, on peut traverser l'espace entre la route et la mer par la coulée de 1986 en tournant à droite quelques mètres avant le rond-point du Tremblet situé à 100 m de la Ravine Coco Dalleau. Le sentier très étroit débute dans les fougères à l'emplacement des vendeurs de fruits et rejoint le sentier littoral de manière parfois acrobatique. Le sentier, utilisé par les pêcheurs, est très difficile à suivre dans les fougères malgré quelques traces de peinture orange et des rubalises. Le sol est instable si on dévie un peu. Les fougères sont plus hautes dans le bas et le mieux consiste à finir les 50 derniers mètres dans le fond de la Ravine Coco Dalleau. A réserver aux initiés.


Commentaires sur cette randonnée (5)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Tiki Diver, 13/09/2021 14:55
Randonnée complétée le 14/09/2021 en 6h00

La partie qui part à droite de la ravine rencontre et qui descends jusqu’à l’arrêt de bus Pandanus est très encombré difficile dans coupe coupe , plus de piste visible très délicat, idem pour une partie le long de l’océan, certaines parties on se retrouve au bord de la falaise et plus d’accès visible … 2 h de plus pour sortir de ces difficultés… certainement pas familiale… dommage car de beaux points de vue… à revoir je pense… et je ne suis pas sortie de la trace GPS … c’est à ne rien y comprendre parfois
Merci quand même pour votre application qui permet de belles sorties

JPG, 17/04/2021 11:14

Partie de la Pointe de la Table refaite lors de la remise à jour de la randonnée 1061. La trace qui rencontre la falaise permet de monter sans grand danger sur un spot de deux mètres où les mains ont de bonnes prises. En cas de vertige ou de craintes, poursuivre jusqu'au point d'entrée sur le platier. Quant au sentier qui débute à la RN2 près du panneau de la photo 28, il existe bel et bien, il est toujours identique aux photos proposées même si quelques fougères ont grandi un petit peu.

AnneRun, 26/09/2020 15:00
Randonnée complétée le 19/09/2020 en 4h00

Faite le 19.09.2020. Trace gps mauvaise: à la pointe de la table, la trace passe du rivage à la falaise brusquement, aucun passage possible pourtant ! Le chemin qui longe la mer est envahi par la végétation (mais magnifique). Quant au chemin qui va de la coulée de lave à la route, il n'existe plus!
Rando à revoir, dommage car c'est un bel endroit

Delahalle, 18/11/2017 18:32

Parcours effectué ce jour, sans problème sauf entre la cote 19 et la N2 (en pointillé sur la carte). Sur sa partie Est, il est totalement envahi par la végétation donc impossible de le trouver à partir de la côte 19, même avec le GPS. On a donc fait le circuit dans l'autre sens et donc à partir de la N2, on trouve bien le sentier sur la 1ere moitié, puis un peu à travers et enfin débroussaillage pour récupérer le sentier de découverte.

Yvan974, 24/09/2017 19:04

Pas toujours évident de trouver les chemins indiqués... indications trop vagues ("quand le bruit des vagues est au plus fort, prendre à droite le sentier" => il faut préciser que ce sentier est AVANT le parking, sinon on descend jusqu'à la mer, qu'on longe jusqu'à ne plus pouvoir avancer, et on fait demi-tour en ayant perdu 30 bonnes minutes !)

Randonnée ajoutée le : 01/04/2015