De Saint-Louis à Bois Court par le Bras de la Plaine et Grand Bassin

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 8h30
Distance 27 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1380 - 30 m
Dénivelé positif 1500 m
Dernière mise à jour 14/08/2017

Hors sentier, aquatique, difficile, mais sans danger

Attention : un passage délicat à la fin des Gorges du Bras de la Plaine, rendu difficile par la modification des lieux suite à Dumile en début d'année 2013, intensifié avec Béjisa en début 2014, peut créer un ralentissement. Voir cette fiche pour plus de précisions ou emprunter le sentier de l'Îlet Tata pour contourner cette difficulté.

Voici près de 25 km très aquatiques pour rejoindre Saint-Louis à Grand Bassin par une pente faible mais les pieds souvent dans le fond de la rivière ; les deux km restants sont en montée assez forte pour rejoindre Bois Court. La difficulté provient de l'absence de sentier qui rend le trajet très aléatoire dans un lit de rivière qui avoisine parfois le kilomètre de large. On emprunte au départ une large piste ayant servi aux camions du chantier de construction du nouveau pont. Hélas, même si cette piste est poussiéreuse, elle est relativement courte (1 km) et il faut ensuite chercher le passage le plus plat, soit sur les galets, soit dans les hautes herbes, soit carrément dans le lit de la rivière. On aperçoit ça et là des traces de pistes oubliées ou de sentiers de pêcheurs qui permettent de marcher sur des surfaces plus planes. On franchit une trentaine de gués jusqu'au Voile de la Mariée et il est fortement conseillé de se chausser et se vêtir en conséquence. C'est un peu la journée des ponts : on emprunte tout d'abord un ancien pont en ruine, on longe le viaduc de la RN, on passe sous le pont métallique près du Ouaki, sous le pont de l'Entre-deux érigé plus de 60 mètres au-dessus, sous une passerelle portant un impressionnant tuyau de transport de l'eau. Le dernier pont, celui de la Liane, peut se franchir par dessus ou par dessous en fonction de la saison qui peut faire varier la hauteur d'eau sous l'ouvrage. C'est compter sans les passerelles situées au-dessus des gorges.
Le niveau de l'eau n'est jamais important et le courant supportable, sans danger. Il est évident qu'on ne pensera même pas à s'y rendre après certains épisodes pluvieux.

La randonnée débute en rive droite de la Rivière Saint-Etienne par quelques dizaines de mètres qui permettent de rejoindre les berges. Après cette ruine, la meilleure solution consiste à se rapprocher du milieu du lit qui est extrêmement large à cet endroit pour bifurquer à gauche et suivre les traces des pistes qui ont longuement été utilisées pour les longs travaux de réhabilitation ou de construction du nouveau pont. Les 4 km qui suivent sont les moins agréables de toute la sortie car le climat est chaud, la poussière omniprésente, les hautes herbes chargées de graines qui viennent se piquer dans les vêtements et le paysage est sans intérêt. Tout change quand on voit le Pont du Ouaki (Photo 7). Un sentier passe en dessous et la seule difficulté consiste à le repérer. Trop à droite amène à l'aire de pique-nique ; trop à gauche vers le radier du Ouaki. Quand ce pont métallique sera franchi, on peut dire que marcher jusqu'à Grand Bassin sera une partie de plaisir malgré la longueur du circuit. On a quitté la Rivière Saint-Etienne pour remonter le Bras de la Plaine. On passe tout d'abord assez près de l'impressionnante chute provenant de l'usine hydroélectrique (Photo 8). Les grandes herbes diminuent, le sable et les galets sont de plus en plus visibles. On aperçoit déjà le pont de l'Entre-deux sous-lequel on passera dans 10 minutes. Il est imposant lorsqu'on le visite depuis la route en se rendant à l'Entre Deux. Vu du bas, on se demande comment il peut tenir lorsqu'un lourd camion franchit le canyon (Photo 9). 5 minutes plus tard on passe proche de l'îlet abandonné de Mahavel où trône encore une grande roue à aube faisant, à l'époque, tourner un moulin (Photo 11). Plus on monte et plus la vallée se rétrécit. On alterne toujours les portions sableuses pour emplir les chaussures de sable et les traversées de rivière pour bien loger le sable entre les orteils. Il faut donc s'arrêter de temps en temps pour rincer pieds et chaussettes. Le bruit d'une chute permet de repérer sur la gauche de superbes "pisse en l'air" qui rafraichissent de leurs embruns (Photo 12). Bien étudier au passage l'ingénieux système qui permet de faire passer l'eau d'un rempart à l'autre par une tuyauterie totalement verticale qui franchit la rivière sur une passerelle qui l'éloigne des crues en cas de cyclones. Les remparts continuent de se rapprocher et on atteint, quelques gués plus loin, la passerelle de la Liane. La meilleure manière de la passer et de grimper sur les plaques de basalte en rive gauche et utiliser le petit sentier pour atteindre le pont. On retrouve quelques mètres plus loin une sente qui rejoint la berge. Le cheminement est toujours le même : sable, galets et gués. Il y a longtemps qu'on ne les compte plus. On passe au plus près de l'arche naturelle la plus connue de l'île pour arriver, un peu plus loin, aux magnifiques gorges du Bras de la Plaine. Remonter ces gorges spectaculaires en prenant bien son temps car c'est le clou de la journée. C'en est fini de ces gorges lorsqu'on aperçoit la Caverne de la Petite Ravine. La vallée redevient plus large sur ce circuit déjà décrit pour venir du Bras de Pontho et rejoindre Grand bassin. On passe ainsi le barrage du Bras de la Plaine en choisissant entre le sentier rive gauche ou rive droite. Plusieurs îlets sont encore habités, du moins occasionnellement, le long des berges ou dans les premières pentes. Le Contour Vaquérois est quant à lui totalement inhabitable tellement les falaises sont verticales. Lorsque cette nouvelle petite gorge est franchie, on aperçoit déjà le Voile de la Mariée qui marquera la fin de la sortie aquatique en pente douce avant de retrouver la montée plus abrupte jusqu'à Bois Court. Les chaussures sont encore mouillées mais il faut pourtant franchir la forte pente qui sépare Grand Bassin de Bois Court, 700 m plus haut. Rejoindre le village de Grand Bassin où plusieurs gîtes en bord de sentier permettent de se ravitailler ou de boire un bon verre. Il ne reste plus qu'à remonter la longue pente souvent décrite pour quitter Grand Bassin et rejoindre Bois Court par d'interminables lacets comportant des marches très hautes.
Cette sortie (3 étoiles dues aux gorges et à Grand bassin et sa montée) est à réserver aux bons marcheurs qui désirent courir un semblant d'aventure hors sentier, aiment patauger dans l'eau claire et n'ont pas peur de terminer une longue journée par une forte pente.

Balises

Aucune balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Louis en venant de Saint-Pierre - franchir l'ancien pont de la Rivière Saint-Etienne puis entrer dans la ville aussitôt le pont franchi - Se garer au premier parking rencontré à moins de 50 m de la RN - Débuter la randonnée par le sens interdit qui rejoint les berges de la rivière - Descendre dans le lit par la ruine d'un vieux pont détruit parallèle à celui de la RN - Longer l'ancien pont de la RN sur une centaine de mètres et bifurquer à gauche sur une large piste poussiéreuse - A la fin de la piste, longer la falaise en rive droite jusqu'au franchissement de la rivière en direction du pont qui enjambe le Bras de la Plaine (photo 7) - Passer sous le pont au deuxième pilier et longer le Bras de la Plaine jusqu'au pont de la Liane (photo 16) - Poursuivre par les Gorges du Bras de la Plaine puis rejoindre le Voile de la Mariée avant de traverser Grand Bassin - Attaquer la montée vers Bois Court et rejoindre le parking à l'horloge à eau.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Soho, 14/08/2017 12:01
Randonnée complétée le 23/06/2017 en 5h00

randonnée faite au départ de Grand Bassin jusqu'au Bras de Pontho en 5h avec un jeune. pas mal de traversées de la rivière à prévoir à cette époque de l'année (eau jusqu'à mi-cuisse).

Randonnée ajoutée le : 01/06/2011