Le petit tour de Grand Coude

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 9.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1677 - 1086 m
Dénivelé positif 650 m
Dernière mise à jour 05/05/2020

Envahissement lent mais circuit toujours possible

Ce charmant village d'altitude coincé entre les deux remparts imposants de la Rivière des Remparts et celui de Langevin était parcouru de sentier au début de ce siècle. Certains ont été fermés par les agriculteurs, d'autres sont tellement envahis qu'il devient aventureux de s'y rendre. Cette boucle n'a pas échappé à cette règle et la balade de l'an 2000 est devenue une sortie sportive qui impose de prendre un pantalon plutôt qu'un short. Heureusement, les randonneurs continuent à monter visiter le petit village en venant de Grand Galet ou de la Rivière des Remparts par l'Îlet Dimitile. La montée au kiosque se pratique encore puisque de plus en plus de marcheurs tentent la montée au Morne Langevin. Mais il est toujours possible d'effectuer cette boucle en gardant toujours à l'esprit qu'il faut marcher en ligne droite depuis le kiosque jusqu'au rempart sur Grand Pays. Tous les randonneurs qui se sont égarés n'ont pas suivi cette règle. On y a toujours les sublimes points de vue sur la Rivière des Remparts et de la Rivière Langevin mais on se griffe un peu plus. Profiter pour visiter au passage les Trous de Cissia. Le très vieux et délabré sentier de découverte qui débute au même endroit est quant à lui déjà mis de côté tellement la végétation l'a envahi. Le clou de la randonnée se situe au point culminant offrant de splendides panoramas sur Grand Pays, Grand Coude ou le Morne Langevin.

La randonnée débute au parking situé à une centaine de mètres de l'église et file directement vers le rempart de la Rivière des Remparts en passant devant la piste d'atterrissage depuis longtemps envahie par les herbes. Depuis le départ, on profite du magnifique point de vue sur le Morne Langevin (Photo 1). Rejoindre le rempart et partir sur la droite sur un sentier envahi et déjà un peu griffant. Plus loin, ce sont les herbes qui ne bouchent pas totalement mais obligent à chercher le sentier (Photo 2). Des herbes et des plantes envahissantes, on en trouvera également sur le sentier montant au sommet mais on passe tout de même facilement. Après avoir longuement longé le rempart dans une pente parfois assez forte, constituée de longues séries de marches (Photo 3) on passe près du sentier des Trous de Cissia. Le détour, si on ne visite que le premier maar, prend seulement 30 minutes. La montée reprend sur le même type de sentier et laisse peu de possibilités de repos (Photo 4). Il devient plus plat, passe sous quelques cryptomerias (Photo 5) et termine sa montée au kiosque esseulé qui vieillit sans visites (Photo 6). On arrive au panneau du Département et de l'ONF marquant le début du sentier de découverte ou celui qui mène directement au sommet du Morne Langevin. Délaisser ces sentiers et filer tout droit sur le coupe-feu qui n'a d'utile que le mot car la végétation l'a totalement recouvert depuis des années. Il suffit, à partir du kiosque, de suivre le coupe-feu qui file en ligne droite jusqu'au rempart de Grand Pays. L'expression "ligne droite" est primordiale car tous les randonneurs qui s'égarent et finissent au gîte Malmany ou ailleurs n'ont pas respecté cette consigne : voir la vraie ligne droite sur la carte correspondant au coupe-feu. Le sentier peut en rebuter plus d'un, surtout lorsqu'on manque d'habitude de ce genre de traversée (Photo 7). On monte souvent, on descend parfois mais on ne change jamais de direction. Le sentier y est étroit, bordé de fougères et de vigne marronne (Photo 8). Impossible de s'en échapper tant la végétation est touffue (Photo 9 et 10). Il est parfois difficile d'accès et franchit de nombreuses petites ravines glissantes dont une avec une longue échelle. Les branles verts ont poussé et les branches peuvent frôler les membres et vêtements mais jamais interdire le passage. Profiter de la belle forêt qui longe ce sentier et éviter de prendre les deux autres sentes rencontrées sur la droite avant d'avoir contemplé Grand Pays. Les points de vue sont pour cette raison assez rares en direction de Grand Coude qu'on aperçoit pourtant par moments (Photo 12). Mais en règle générale, les bois de couleurs et les branles verts bouchent l'horizon (Photo 14). Après une dernière descente assez forte et une remontée tout aussi sportive, on arrive en vue de la vallée de Grand Pays qu'on va dominer un moment (Photo 16). Bien profiter du spectacle grandiose de la vallée (Photo 17) avant d'entreprendre la descente sérieuse qui rejoint, beaucoup plus bas la route bétonnée du Chemin des Géraniums. Si le début est facile sur un sentier nu entre les branles, il est de plus en plus envahi de végétation (Photo 20) et d'arbres tombés lors des derniers cyclones (Photo 21). Ce sont les acacias noirs, en fin de descente, qui sont les plus fragiles et tombent en premier. Prendre son temps pour chercher des yeux le sentier qui ne disparaît jamais mais peut parfois en donner l'impression, principalement lors de la traversée de parties recouvertes de sabres péi Machaerina iridifolia (paille sabre, sabre marron) Cyperaceae -Endémique des Mascareignes (Photo 24) ou de bois de négresse, très nombreux dans cette descente (Photo 23). L'arrivée à la route s'effectue par une traversée de 10 mètres de canne fourragère aux feuilles coupantes (Photo 25). A partir de cette route, il y a plusieurs manières de regagner le véhicule ; en prenant à droite vers "les Pentes" puis en marchant vers le Sud pour descendre à l'église ou en tournant à gauche pour retrouver aux premières cases la Rue Emile Mussard puis l'épicerie du carrefour principal et enfin l'église (Photo 28). Remarquer au passage les prairies d'élevage de laitières (Photo 26) ou les rares champs de géranium qui restent dans cette région qui fut jadis un haut lieu de la culture de cette plante aromatique. Le thé est encore présent à l'état sauvage en bordures de champs à qui saura le reconnaître mais il a été domestiqué dans le village où on peut aller le voir de plus près et le déguster au Labyrinthe en Champ Thé.
La région est une des plus pluvieuses du Sud mais elle est tellement charmante qu'il ne faut pas hésiter à la visiter. Elle offre quelques possibilités d'hébergement.
Rappel : On traverse le coupe-feu en totalité et on ne réfléchit à la manière de descendre qu'une fois atteint le promontoire vertigineux offrant des panoramas sur Grand pays.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Joseph et prendre la direction de Jean Petit et de Grand Coude - Se garer sur le parking au nord de l'église - Prendre la piste qui rejoint le rempart puis le sentier de droite qui longe le rempart de la Rivière des Remparts vers le nord - Suivre le sentier qui monte jusqu'au kiosque qui marque le début du sentier de découverte (ou ce qui en reste !) - Traverser la forêt primaire de Grand Coude en suivant la zone délimitée du coupe-feu (toujours tout droit) - Arrivé à l'aplomb de Grand Pays, tourner à droite et commencer la descente sur Grand Coude - Le sentier se termine au Chemin des Géraniums qu'on suit en partant vers la gauche jusqu'à la Rue Emile Mussard - Suivre la route jusqu'au parking.

Le géranium

Le géranium rosa, l'espèce cultivée à la Réunion est originaire d'Afrique et a été introduite sur l'île au 18ème siècle. Même si les cultures ont beaucoup diminué depuis quelques décennies, on trouve tout de même un peu partout cette plante odorante (si on écrase une feuille entre les doigts) principalement dans les hauts de l'Ouest.
Les huiles essentielles sont obtenues par distillation des jeunes tiges et des feuilles dans des alambics. Les plantes sont enfermées dans un récipient (la cucurbite) contenant près d'un tiers d'eau. L'eau est séparée des feuilles à distiller par une plaque de cuivre trouée et le tout est porté à ébullition. Les vapeurs ainsi dégagées sont dirigées en haut de l'appareil dans un col de cygne puis dans un serpentin constamment refroidi par de l'eau. La vapeur se transforme alors en liquide véhiculant l'huile contenue dans la plante. Le liquide est recueilli et l'huile décantée de l'eau servira plus tard à fabriquer des parfums.
Les restes, transformés en fumure, servent ensuite d'engrais et donnent parfois naissance à une espèce de champignons très recherchée pour la cuisine.

Comment ne pas manquer le sentier de descente

Une reconnaissance de ce circuit a permis de constater que plusieurs sentiers avaient été créés à force de petites erreurs d'aiguillage. RAPPEL : A la fin de la ligne domaniale venant du kiosque, on franchit une petite ravine assez profonde. Il faut remonter la pente assez rude et poursuivre sur le sentier qui fait un coude vers la droite en se rapprochant au plus près du rempart. Ne pas chercher à tourner à droite tant qu'on a pas atteint ce gros caillou à l'arête assez vive qui siège au milieu du sentier (Photo 1). Ne pas tourner à droite avant ce caillou (trait rouge) mais remonter pour atteindre le rocher dénudé entouré de branles verts (trait bleu). De ce rocher, on a un panorama de 180° sur Saint-Joseph et Grand Coude (vignette de la photo 2). Tant qu'on n'a pas admiré ce panorama, on ne réfléchit pas. Après le panorama, poursuivre dans la même direction vers le Chemin des Géraniums en longeant, au début, au plus près du rempart.


Commentaires sur cette randonnée (19)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Martial, 16/05/2022 17:05
Randonnée complétée le 24/03/2016

Alixheyraud, votre commentaire est très humoristique mais me pose question; je me demande en fait si vous avez bien été au bord du rempart , et surtout si vous n'avez pas, au vu de ce que vous décrivez, pris un sentier qui descend vers la forêt avant le bord ? avez vous été voir sur le site internet Randopitons, qui est plus complet que l'application et qui présente une photo et des indications pour trouver le sentier de descente. Ce genre de sortie ne s'improvise pas et ne se prépare pas à la va vite; je l'avais fait lors de la refonte de la fiche, il faudrait effectivement que nous y retournions pour se rendre compte.
Et surtout, un grand oui à votre question, on aime se perdre dans la forêt et escalader des ravines, et surtout, ce qu'on préfère c'est bien de se griffer; trêve de plaisanterie, vous allez trouver votre bonheur sur les plus de 600 autres sorties du site.

Alixheyraud, 16/05/2022 14:12
Randonnée complétée le 15/05/2022 en 5h00

Cette rando est parfaite si vous aimez vous perdre dans la forêt, escalader des ravines au péril de votre envie de vivre et vous écorcher une bonne partie des jambes sur les ronces qui jonchent le sol de cette forêt primaire.
Tout était pourtant bien parti. Jusqu'au milieu de la forêt primaire le sentier est plutôt facile et dégagé.
Mais ça se corse sur la dernière moitié du sentier en forêt jusqu'au point de vue sur la grotte de grand coude (point de vue magnifique mais pas l'ombre d'une grotte).
On entame la redescente vers grand coude et c'est la désillusion.... Sentier introuvable, sol glissant et boueux, racines partout, sans oublier les branches que vous vous prenez dans la figure parce que vous êtes dernier de la ligne et vous prenez le retour de branches de vos amis devant.
On a tenté de suivre le tracé rose de l'application mais avons du nous résigner à 500m de l'arrivée à la route pour bifurquer en plein sur la droite dans l'espoir de retrouver la route plus vite. De toutes façons, vu qu'il n'y avait déjà plus de sentier, prendre un autre cap ne pouvait pas être pire.
Détrompez-vous, ça l'a été...
Après nous être embrouillés avec toute l'équipe sur la direction à prendre, toute détermination et espoir pour retrouver le sentier nous ayant quitté, nous sommes arrivés dans une petit clairière un peu plus dégagée mais entourée par les ronces. Nous avons repris espoir lorsque nous avons aperçu des toits se dégager de la cime des arbres. Qui dit habitation, dit sentier qui rejoint une route me direz-vous. Mais notre joie fut de courte durée lorsque nous sommes tombés sur des habitations abandonnées, partiellement détruites, avec des objets et des jouets pour enfants devant dater d'avant la chute de l'URSS. Flippant à souhait, mais passionnant pour les amoureux d'urbex et de paranormal.
Mais nous n'avions pas tort, nous avons finalement retrouvé un sentier nous permettant de retourner à nos voitures. Ce fut d'ailleurs surement la meilleure partie de la rando car nous avons croisé la route de très jolies vaches en train de paître.
Enfin bref, maintenant vous avez une idée de ce que cette rando peut-être... bon chance...

Christian L, 07/03/2022 14:26

@debo25 puisque personne ne s'est manifesté sur randopitons depuis presqu'un an, il serait intéressant que vous tentiez cette belle boucle pour ensuite poster vos commentaires. Merci d'avance et bonne rando.

debo25, 07/03/2022 08:53

Bonjour est ce que quelqu’un l’a refait ?

Laurie anne, 27/06/2021 19:31

Faite (en partie) ce dimanche 27/06/2021
On est parti à 5, on a galèré à suivre la trace car beaucoup de petits chemins qui partent dans tous les sens. On a décidé de rebrousser chemin au bout de 4h de marche car impossible de continuer le sentier redescendant sur grand coude, trop de végétations, trop à pic, trop boueux ....
Vraiment je déconseille si vous ne voulez pas vous faire de frayeur.

Algebar, 23/05/2021 22:57
Randonnée complétée le 23/05/2021

Le sentier est en très mauvaise état. Des fois le chemin devient impossible à trouver. La vigne marronne a complètement envahi plusieurs sections du sentier ce qui le rend impraticable. Je le déconseille absolument.

Suepairpiénu, 17/01/2021 16:48

Pour arriver au point de vue sur Grand Pays, deux idées à retenir : aller "tout droit" (même si le sentier est parfois sinueux) et traverser les ravines. Arrivé en bord de rempart, prendre le sentier entouré de branles qui descend et rester "sur le bord".
Pour une vue sans nuage, arriver avant 10h00 en "été".

delphine89, 11/11/2020 11:38

Capture d'écran pour situer le point de vue derrière les gros rochers. Qd vous arrivez au rempart allez vers la gauche sur 150m pour trouver ce point de vue

delphine89, 11/11/2020 11:27

-21,2748200, 55,6457268

delphine89, 11/11/2020 11:13

Le point de vue se situe à ce point GPS sur la capture d écran. A 11h, ce jour nuageux +++ au point de vue

Randonnée ajoutée le : 01/09/2011