La remontée du Bras de Cilaos du Ouaki jusqu'au Pavillon

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 9h
Distance 25.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 407 - 107 m
Dénivelé positif 330 m
Dernière mise à jour 01/09/2018

De nouvelles gorges à découvrir

Voici une longue et difficile randonnée, totalement hors sentier, qui permet de rejoindre Bois d'Olive au Cirque de Cilaos sans emprunter la route qu'on longe pourtant tout au long du parcours. Comme tous les fonds de rivières, le sol est jonché de milliards de galets de toutes tailles ou de sable dans les parties plus plates. Les trois premiers kilomètres ne présentent aucun intérêt, sauf pour quelques vététistes qui y ont laissé des traces profondes dans les parties sableuses ; le plaisir commence à la passerelle de l'Ilet Furcy. La vallée y devient de plus en plus étroite, le torrent plus fougueux par endroits et c'est là que cette randonnée gagne ses trois étoiles, principalement grâce aux trois gorges rencontrées de Furcy jusqu'au Pavillon. La falaise devient totalement verticale, les bords se rejoignent presque parfois et il n'y a pas d'autre solution que de passer par la rivière. Si jusque là, la dizaine de gués a pu se franchir sans même mouiller les semelles, il en va tout autrement dans les portions des gorges. On peut parfois passer sur les coulées de basalte qui dominent la rivière à condition de se méfier des parties glissantes. Ici, pas de chutes d'eau ni de grandes cascades comme à la Rivière du Mât, mais de beaux petits bassins alimentés par des toboggans qui incitent à la baignade . En plus des gorges, on a le plaisir d'apercevoir assez fréquemment les Salazes dans les trouées et plus souvent, les contreforts du Dimitile. On imagine au-dessus de sa tête d'autres randonneurs en train de parcourir le sentier Bayonne et l'on espère qu'ils ne jetteront pas de cailloux tellement la falaise est rectiligne et verticale.

Cette randonnée débute au Ouaki et ne quitte jamais les berges ou le lit de la rivière jusqu'au Pavillon, en amont. Elle ne doit être entreprise qu'en saison de basses eaux car les traces sur les falaises des goulets indiquent que l'eau peut y être haute et très violente lorsqu'elle s'y engage en période cyclonique.
On quitte le radier du Ouaki en cherchant le passage le plus facile dans les galets. La vallée est large durant un kilomètre et va en se rétrécissant au fur et à mesure de la montée jusqu'à devenir très étroite au moment des gorges. On passe au plus près des maisons de la Roche Suspendue sans pour autant apercevoir le rocher qui a donné le nom à cet endroit retiré des faubourgs de la Rivière Saint-Louis. Plus haut, une pile de pont emportée par les crues annonce le départ du sentier de l'Ilet Armand qui permet de rejoindre l'Entre Deux et le sentier Bayonne. En arrivant plus haut et si on a décidé de revenir en bus, perdre quelques minutes pour remonter dans le village de l'Îlet Furcy vers la passerelle. Après cette visite, la marche sur les galets reprend pour parvenir ensuite à la route emportée qui desservait l'Îlet avant la construction de la passerelle. On imagine aisément les difficultés de franchissement durant les forts épisodes pluvieux. La falaise est verticale à partir de ce radier emporté. Sur la gauche on devine la très longue aire de repos située le long de la route de Cilaos. On suit ainsi 2 km de cette haute falaise sur laquelle serpente le sentier Bayonne avant qu'elle s'assagisse en arrivant à l'Îlet Alcide Ti-Charles où la rivière fait un grand coude. On devine, malgré le courant du Bras de Cilaos, les bruits de la vie quotidienne dans le village du Petit Serré, 50 mètres au-dessus de la rivière. La vallée s'étrécit a nouveau et il faut passer une petite chute sans difficulté s'il n'y a pas trop d'eau, jute en face de l'Îlet à Bouc. C'est 200 mètres plus loin qu'on rencontre la première gorge étroite. Elle n'est pas très longue mais sauvage. C'est le royaume de l'eau et du basalte sombre et déchiqueté. Pas de dangers particuliers. Il n'y a qu'une chose à faire c'est se régaler du spectacle. La rivière effectue un nouveau lacet vers la gauche et on se rapproche de l'Îlet Augustin pour une nouvelle petite gorge agréable. On imagine au-dessus, sur la route de Cilaos, les gens arrêtés aux différents points de vue qui regardent passer ces randonneurs qui aiment se mouiller les pieds. On franchit également un superbe endroit très sauvage traversé de part en part par une étroite passerelle. On retrouvera plus loin une petite gorge au niveau de l'Îlet Ti-Sel et une autre vers l'Îlet Palmiste avant de rencontrer un pont au-dessus de la rivière. C'est en voyant passer des voitures qui font bruyamment vibrer le pont qu'on sait qu'on est parvenu au Pavillon. Profiter de ces nouveaux paysages sauvages et des grottes avant de rejoindre la fin du sentier qui descend de l'Îlet Haute et regagner la route pour mieux apprécier la fin du parcours depuis le pont ou pour attendre un bus qui redescend vers la Rivière Saint-Louis.
A l'occasion, ne pas hésiter à s'arrêter aux quatre points de vue en montant au Pavillon pour admirer les gorges en-dessous. Une seule courte halte décidera d'y venir dans les jours qui suivront tellement les gorges semblent inaccessibles. Quand la randonnée est finie, on s'étonne d'être arrivé au Pavillon en à peine 5 heures.
Il est très facile de n'effectuer que la douzaine de kilomètres de la montée et d'emprunter les bus qui redescendent vers Saint-Louis (1 par heure) afin de ne pas subir les galets au retour. Dans ce cas, il est possible de rallonger cette sortie en débutant la randonnée à Saint-Louis en en suivant la première partie du circuit de Saint-Louis à Grand Bassin.
Dernière solution qui peut raccourcir le périple : se garer sur la route de Cilaos au départ du sentier qui grimpe vers l'Entre deux. On évite ainsi toute la première partie sans intérêt et on peut effectuer l'aller-retour, soit à pied, soit avec retour en bus sans avoir à traverser à pied la ville de La Rivière pour rejoindre le Ouaki.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Bois d'Olive en venant de Pierrefonds - Se garer à quelques mètres du radier du Ouaki après le pont métallique qui enjambe le Bras de la Plaine - Suivre le Bras de Cilaos dans les galets vers l'amont pour passer plus tard le sentier qui monte à droite vers l'Entre Deux puis sous le pont de l'Ilet Furcy - Contourner, toujours par les gorges de la rivière le village du Petit Serré et rejoindre plus haut le Pavillon - Faire demi-tour et emprunter le même itinéraire pour retourner au Ouaki. Il est possible, si la distance est trop longue ou le niveau d'eau trop haut, de monter sur la route de Cilaos en arrivant au Pavillon et de prendre le bus en direction de Saint-Louis en s'arrêtant à la Rivière pour rejoindre directement le radier du Ouaki puis le véhicule. On peut dans ce cas emprunter le sentier du Canal des Aloes pour gagner du temps.


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Fanch, 01/09/2018 15:30

Les gorges du Petit Serré ne se traversent pas sans se mouiller intégralement en ce moment

Martial, 13/08/2016 08:29
Randonnée complétée le 12/08/2016 en 5h30

Réalisée hier, superbe sortie très ludique que nous avons faite avec femmes et enfant (11 ans); arrivé au pavillon en 5h30. Le niveau d'eau est bas en ce moment et permet le passage partout sans soucis. Ne pas rater la passerelle pays de l'ilet ti-charles qui est solide et se franchit sans problème, juste pour le fun puisqu'il n'est pas obligatoire de l'emprunter et la grotte de la source de la caverne ou nichent de nombreuses hirondelles. Prévoir le pique nique au pavillon et reprendre le bus jusqu'au ouaki, effectivement le retour par les gorges qu'on vient de monter n'aurait pas un grand intérêt. Pour ceux qui voudrait rallonger la sortie, une bonne option serait de continuer le bras de cilaos jusqu'au croisement du burel, et continuer sur l'ilet à cordes puis cilaos, ou alors de continuer sur l'ilet haute, palmiste rouge et rejoindre également cilaos; possibilité d’attraper le dernier bus de 18h.

Randonnée ajoutée le : 01/12/2011