La remontée du Bras Rouge à partir de Cilaos

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 6h30
Distance 12 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1381 - 912 m
Dénivelé positif 570 m
Dernière mise à jour 28/04/2022

Pour amateurs de chaussures mouillées

Quatre randonnées de ce site (1493,1043, 1288 et 1242) longent le Bras Rouge par de courtes aventures accessibles à tous les amateurs sans empiéter sur le domaine des canyonistes effectuant des descentes beaucoup plus dangereuses et munis de tout le matériel nécessaire à leur sécurité. Il ne restait plus qu'un court tronçon à explorer entre le Bassin Alfred et le pont de la route de l'Îlet à Cordes. L'expérience est agréable malgré le débit de l'eau encore élevé suite au passage de plusieurs épisodes humides. La remontée de la rivière débute symboliquement à la Cascade du Bras Rouge. Elle repasse donc près de ce magnifique Bassin Fouquet dont on peut admirer la cascade du bas comme du haut après avoir pratiqué un sentier abrupt pour remonter franchir le GRR2. La partie amont ne comporte pas plus de danger que l'aval mais certains contournements imposent de tirer sur les bras ou de grimper entre les gros rochers. Les petites cascades sont nombreuses et de superbes bassins pourront accueillir les randonneurs allergiques au goudron qui effectueront l'aller-retour aquatique pour éviter les 2 km de route du retour. En arrivant au confluent de la Ravine Pitsa qui termine sa course dans le Bras Rouge, ne surtout pas chercher à poursuivre dans le canyon en raison du danger. Pour cela, contacter un professionnel pour effectuer la descente très sportive qu'il proposera. Le retour par l'Îlet du Bois Rouge et le Plateau des Chênes est un classique s'effectuant sur le GRR2.
Cette boucle se prête très bien à un aller-retour en bus à partir de Saint-Louis. Il est vraiment conseillé de pratiquer ce voyage au moins une fois pour admirer les paysages depuis le bus, frissonner dans certains virages au-dessus du vide ou imaginer ce qui pourrait se passer pour un écart de 3 cm dans le tunnel de Gueule Rouge.

La randonnée débute ici à La Rue des Glycines, terminus du bus venant de Saint-Louis. Rejoindre la Rue des Thermes et le début du sentier des Porteurs. Ce sentier, d'une dizaine de lacets qui peuvent s'éviter par des raccourcis, est parfois boueux en descente vers le Bras des Etangs (Photo 1). Rejoindre la RD242 au pied des lacets et partir à gauche. Marcher jusqu'au sentier de la Cascade du Bras Rouge qui descend en quelques lacets avant de filer plein ouest en longeant le Bras des Etangs. Le sentier est large et facile avec une pente faible (Photo 2). Il reste familial jusqu'au Bras Rouge malgré quelques marches empierrées assez hautes. En fin de descente, le parcours traverse la Ravine Ferrière près d'un petit bassin. Plus loin, il est possible de se rapprocher de ce ruisseau pour apercevoir de petites chutes ou profiter du point de vue sur la Cascade de Bras Rouge qui je jette bruyamment dans le vide (Photo 4). Après une visite à cette dernière depuis le haut de la falaise basaltique, entamer la remontée de la première partie se terminant à la cascade Fouquet. La randonnée aquatique longe tour à tour un torrent écumant et des portions plus paisibles (Photo 5). On profite, même depuis le fond de la vallée, de beaux panoramas en direction du Grand Bénare et du col du Taïbit (Photo 6). Une bonne partie du cheminement s'effectue entre de grosses roches qu'il faut parfois escalader ou sur les rives caillouteuses en longeant des bassins plus ou moins profonds (Photo 7). Lorsque le courant est assez fort, prendre son temps pour les traversées inévitables afin de trouver le meilleur passage (Photo 8). Profiter des beautés de la nature, des petits pisse en l'air ou des coulées ferrugineuses jusqu'à la falaise barrant le passage. Repérer le début du sentier d'échappatoire avant de rejoindre la Cascade en escaladant de nouveaux rochers. On se retrouve près du Bassin Fouquet alimenté par une superbe cascade. Tout près, la Ravine Aurélien finit sa course par une ultime cascade (Photo 9). Profiter du magnifique spectacle avant d'entamer la remontée vers le haut de la chute. Redescendre d'une cinquantaine de mètres et rechercher le sentier (voir § ci-dessous). Une fois les quelques chocas traversés, le sentier grimpe parfois fortement d'une cinquantaine de mètres. Vérifier la solidité des lanières en place. Il est possible de monter sans les utiliser à condition de prendre son temps (Photo 10). Nouveau spectacle en arrivant au sommet à deux pas de la cascade (Photo 11). Se pencher pour voir le bassin est tout aussi dangereux qu'à la Cascade de Bras Rouge (Photo 12). Poursuivre jusqu'au Bassin Alfred qu'on contourne en rive droite pour traverser le GRR2. La deuxième partie, de la même longueur que la précédente, débute dans les mêmes conditions aquatiques (Photo 13). Plus on monte et plus la rivière devient fougueuse en raison de la pente. Repérer les petites chutes d'eau et leur bassin dans le cas d'un retour par la rivière. Le lit ne se transforme jamais en canyon mais il se rétrécit par endroits (Photo 14). Un rétrécissement oblige à grimper une barre rocheuse en s'aidant d'une longue branche de filao ayant souffert des crues. Attention donc et tester la solidité pour éviter la glissade (Photo 15). Les bassins succèdent aux bassins (Photo 16). Il est possible de nager dans certains, assez profonds pour ne pas se cogner les genoux (Photo 17). Lors de la traversée de certains, ne pas oublier de protéger téléphones et appareils photos (Photo 18). Une escalade d'une dizaine de mètres est nécessaire pour franchir un bassin alimenté par deux petites chutes (Photo 19). Gare à la glissade en entamant la très courte descente vers l'eau. Plusieurs passages techniques se franchissent en prenant un maximum de précautions (Photo 20). La falaise est si verticale par endroits qu'il y a peu à chercher pour trouver le passage sur la rive opposée (Photo 21). C'est dans un paysage chaotique qu'on approche de la fin de la remontée de rivière (Photo 22). Plus loin, débutera le canyon que l'on peut admirer depuis le pont de la RD242. Un bassin semble bloquer le passage. On peut l'éviter en filant tout droit sur la falaise en rive gauche. Mais il est également possible de s'en approcher sans déraper sur le basalte pour atteindre une zone fréquentée des canyonistes (Photo 23). Un toboggan leur sert de jeu pour plonger dans le bassin (Photo 24). Revenir sur ses pas, franchir la falaise oblique en rive gauche et se rapprocher de la cascade de la Ravine Pitsa qui se déverse dans le Bras Rouge (Photo 25). On voit bien en amont qu'il est très dangereux de s'aventurer plus loin. Deux solutions s'offrent alors pour rentrer à Cilaos. Revenir de 600 m vers l'aval jusqu'au bassin Alfred en profitant des bassins repérés lors de la montée ou entamer la grimpée vers la RD242. Le sentier, plus pentu que celui du Bassin Fouquet, est facile à deviner dans le sous-bois (Photo 26). La grimpette de 10 minutes se termine sur la petite route. Partir sur la droite vers Cilaos en profitant des beaux paysages sur la Cascade Pitsa (Photo 27) ou sur le canyon sous le pont. La marche est facile sur la route assez peu fréquentée qui coupe plusieurs petites ravines dont la Ravine de Zitte, un des plus violents assassins que La Réunion ait connu. En arrivant au GRR2 qui coupe la route en direction de l'Îlet de Bois Rouge, emprunter le sentier qui remonte fortement sur quelques centaines de mètres. Ce sentier, très fréquenté, serpente dans la végétation en se dirigeant vers le Bras des Etangs qu'on traverse à gué avant de plonger vers Cilaos à partir du Plateau des Chênes (Photo 28). Il se finit à un énorme eucalyptus proche des Thermes de Cilaos. Rejoindre le véhicule ou la gare routière puis prendre le bus pour une descente spectaculaire vers Saint-Louis.

Balises

Balisage uniquement sur le GRR2

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Cette randonnée a été testée avec un départ de Saint-Louis par le bus de 5h30.
Se rendre à Cilaos puis rejoindre le départ du Sentier des Porteurs, soit en véhicule, soit à partir du terminus, Rue des Glycines - Descendre vers le Bras des Etangs par le sentier ou ses raccourcis - Rejoindre par la route le départ du sentier de la cascade du Bras Rouge - A la cascade, laisser le sentier puis entamer la remontée de la rivière jusqu'au Bassin Fouquet - Emprunter le sentier pour atteindre la Bassin Alfred et continuer vers l'amont - Franchir bassins, chutes jusqu'à la dernière cascade accessible par la marche - Remonter vers la route de l'Îlet à Cordes par un nouveau sentier escarpé - Prendre à droite et rejoindre le GRR2 vers le Plateau des Chênes - Terminer en descendant vers les Thermes puis en rejoignant le départ du bus ou le véhicule.

Le sentier pour quitter le Bassin Fouquet

Après avoir admiré la cascade entourée de belles roches rouges, revenir sur ses pas une cinquantaine de mètres et repérer, en rive gauche, une zone boisée de filaos (dont certains couchés par Batsirai en février 2022) au moment où le lit de la rivière se rétrécit entre deux barres rocheuses. Un rocher est surmonté d'un cairn, mais attention, les cairns sont vite balayés par les crues ou les indélicats. Se fier plutôt à une touffe de chocas qu'il faut traverser sans danger sur moins de 10 m. Après cet écueil qui peut se rafraîchir au coupe-coupe, la sente parfois abrupte ou glissante sur des pierriers, est facile à suivre même par des novices. Après la forte montée, le sentier oblique à gauche et rejoint facilement le haut de la chute.


Commentaires sur cette randonnée (3)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian L, 29/04/2022 15:06
Randonnée complétée le 29/04/2022 en 6h30

J'avais fait avec mes dalons du jour en avant-première cette rando estampillée à juste raison 4 coeurs dans le sens de la descente et avec beaucoup moins d'eau, donc un parcours moins difficile à gérer. Que de beautés à découvrir donc à consommer sans modération!

Martial, 28/04/2022 10:28
Randonnée complétée le 30/03/2022

Je rejoins tout à fait le commentaire de Walking Dog 974; j'avais déjà pratiqué la descente, route d'Ilet à Cordes à bassin Alfrred, la remontée impose des réactions différentes, surtout avec un niveau élevée, comme c'était le cas ce jour.
Pour ceux qui ne trouvent pas le sentier de contournement de la cascade Fouquet, plus d'excuse avec les explications de la fiche; par contre attention, ce contournement peut présenter des risques pour des randonneurs non expérimentés.

Walking Dog 974, 27/04/2022 22:02
Randonnée complétée le 13/04/2022 en 6h30

Bonjour ! C'est avec grand plaisir que je relis cette fiche, tentée (et réussie !) avec JPG et Martial..
J'ai tout aimé : la structure de la boucle, qui commence et finit doucement, avec comme corps principal un festival de bassins, cascades, toboggans, et rivières coulant de tous les côtés, soit fougueusement soit tranquillement, mais en tout cas indifférents à l'intrusion de notre visite passagère..
Comme l'a dit Martial cette partie est fantastique. Et cette cascade Fouquet !
Quelle force ! Quant au bassin Alfred, quelle élégance !

Je ne savais où poser mon regard tant le spectacle était foisonnant et ravissant.

Une très belle boucle, comprenant son lot de difficultés et donc à certains moments cela demande de la prudence et du calme comme le souligne bien la fiche - j'ai moi-même eu quelques petits moments "émotionnants" lol avec mes chaussures saturées d'eau et de limon....mais ça fait partie du jeu !

Beau travail sur la fiche qui explique très bien comment quitter le Bassin Fouquet avec photo et flèches explicatives.

Dernier point (évoqué dans la fiche) , la très bonne idée de Martial d'utiliser le bus : cela ajoute un peu de sel à l'aventure et de façon pratique, cela évite la fatigue du déplacement en voiture (surtout au retour, durant lequel j'ai apprécié d'être conduit plutôt que de conduire !).

MERCI à JPG et à Martial !

Randonnée ajoutée le : 27/04/2022