Hors des sentiers classiques de la Roche Ecrite à partir du gîte

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 7h30
Distance 21.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2276 - 1195 m
Dénivelé positif 1100 m
Dernière mise à jour 21/06/2019

Du tuit-tuit au cerf de Java

Plusieurs fiches sont présentées sur le site pour rejoindre la Roche Ecrite qui domine le Cirque de Mafate du haut de ses 2276 mètres. Celle-ci redonde un peu avec la fiche partant du Brûlé mais présente en plus quelques sentiers moins connus dont certains menant à de beaux points de vue sur Mafate, la Crête de la Marianne ou la vallée du Bras Détour. Il faudrait presque séjourner au gîte de la Plaine des Chicots pour pouvoir les parcourir tous. La carte comporte d'ailleurs de minuscules traits noirs qui sont le signe d'anciens tracés plus ou moins abandonnés. Tous sont en excellent état même s'ils sont étroits, non balisés et peuvent se perdre des yeux facilement. La Roche Ecrite est peuplée de cerfs de Java et l'on peut croiser des sentes créées par leurs passages fréquents ou d'autres utilisés par les chasseurs et rabatteurs (voir § ci-dessous). Ne nombreux autres sentiers se trouvent dans la montée entre Mamode Camp et le gîte mais ils traversent la réserve biologique de la Roche Ecrite. Ils sont en bon état car régulièrement empruntés par la SEOR pour la dératisation et surtout pour le suivi des tuit-tuit. Pour cette raison, aucune indication n'est donnée pour les trouver et chacun prend ses responsabilités en les parcourant. Une fois sur le haut de la planèze dénudée, on peut même effectuer à souhait du hors sentier à condition d'avoir le sens de l'orientation et de ne rien tenter en période de forts brouillards.

La randonnée débute à la toute fin de la route du Brûlé. Un grand kiosque très bien aménagé attend les pique-niqueurs du dimanche avec un foyer où l'on peut allègrement rôtir un mouton. Le sentier débute sur les racines de cryptomerias et emprunte un tracé bordé de planches pour traverser sous le couvert des conifères (Photo 1). Cent mètres plus haut débute le parc national indiqué par son poteau en bois. Tout près un grand panneau attire l'attention du randonneur sur le domaine du tuit-tuit, un oiseau endémique dont la population est parmi la plus faible au monde. Attention pour les non résidents car le point "Vous êtes ici" situe le départ à 5200 mètres à vol de tuit-tuit du point réel (Photo 2). Le sentier, toujours bien entretenu, montera constamment jusqu'à la Roche Ecrite avec seulement une demi douzaine de faux-plats de moins de 100 m. L'effort est donc à fournir durant les trois premières heures, sans échauffement depuis le parking. Jusqu'au gîte, on rencontre tous les types de végétation allant des branles, sabres et fougères du départ aux forêts de calumets, bois de tamarins et de bois de couleurs plus en hauteur. Le sol est tantôt terreux et glissant par temps humide, tantôt envahi de racines ou de boue sur de courtes distances. Les portions marécageuses se franchissent sur des planchers plus ou moins sophistiqués isolant de la gadoue (Photo 4). Des trouées sur la droite permettent parfois de voir la vallée de quelques Bras Sec ou Grand Bras ou de vastes clairières exploitées par l'ONF pour en débarrasser les bois morts (Photo 3). Plus on monte et plus les tamarins des Hauts sont nombreux (Photo 7). On parvient au gîte en moins de deux heures de marche (Photo 8). L'endroit est calme et reposant et sa position à près de 1900 m d'altitude procure de la fraîcheur. Si tous les autres sentiers de la forêt n'ont pas été repérés en montant, débute alors une exploration de la planèze dominant le gîte. Partir vers la gauche en suivant le petit panneau "Bâtiment Bois de Nèfles, 100 m". On passe près de la station météo, d'une réserve d'eau, d'une zone de posé des hélicoptères de secours avant de tourner à angle droit sur un large sentier herbeux pour une progression facile vers le sud (Photo 9). 500 mètres plus loin, partir sur la droite pour 20 mètres de zone dégagée et emprunter le sentier officiel de la Roche Ecrite. La première partie s'effectue sur un terrain terreux parsemé de petits cailloux (Photo 12) ou sur des planches pour les portions humides (Photo 11). Plus haut, on retrouve les larges plaques de lave où la marche est très facile. Les repères de peinture blanche sont si nombreux qu'il est impossible de s'égarer même avec un fort brouillard. On ne décrit plus les paysages sur les deux cirques quand les nuages ne sont pas trop installés (Photo 13). Une fois lues toutes les inscriptions présentant un intérêt littéraire, c'est à dire 5 secondes plus tard, reprendre le chemin inverse jusqu'au premier croisement. Poursuivre tout droit sur les plaques de lave et à travers les brandes réussissant à pousser jusqu'à la Caverne Soldats. Cette vaste cavité peut abriter plusieurs personnes en cas de forte pluie (Photo 14). Il arrive parfois qu'une petite chute d'eau coule de son toit pour la douche du soir en cas de bivouac ! Cette chute modeste est l'une des nombreuses sources de la Rivière des Pluies dont on aperçoit la vallée en repartant sur le sentier vers le gîte. Il est beaucoup plus étroit que celui de la descente et mérite de l'attention (Photo 15). Plus loin, laisser sur la droite le sentier menant à la Bretagne puis obliquer à gauche sur les larges plaques menant à la Mare aux Cerfs (Photo 16). Repérer dans la boue les traces de sabots des cervidés venant boire paisiblement si on ne leur tire pas dessus. La mare est minuscule au milieu des joncs et ses abords marécageux sont couverts de sphaignes (Photo 17). Un petit sentier part sur la droite vers un point de vue sur Mafate (Photo 18). Cet aller-retour ne prend que 5 minutes. Reprendre ensuite la descente vers la Caverne Dufour sur un sentier en pente assez forte à travers les branles (Photo 19). Profiter de la hauteur pour repérer les Pitons Plats qui dépassent à peine de la Plaine des Chicots. Après la traversée de larges prairies entourées de branles, on s'approche de la Caverne et de sa petite mare situées à la jonction des sentiers (Photo 20). La caverne est aussi vaste que la précédente mais elle est moins accueillante en raison de la hauteur de son plafond. On retrouve les plaques de lave usées par les semelles (Photo 21) jusqu'à un petit marécage à sec traversé par le sentier en planches. Chercher à ce moment le nouveau petit sentier qui file vers le rempart du Bras Détour dont on aperçoit la haute cascade à sec (Photo 22). Moins de 300 m plus loin, dans une clairière coupée en deux par une rigole profonde, essayer de trouver le début du sentier qui reliait celui de Dos d'Ane (Photo 23). Il a beaucoup souffert des cyclones et les arbres abattus empêchent de suivre sereinement son tracé. En revanche, les 100 premiers mètres sont aisés à suivre (Photo 24). Traverser une profonde ravine rocheuse et profiter d'un nouveau point de vue sur le Bras Détour et la Crête d'Aurère (Photo 25). L'endroit est prisé des cerfs comme le prouve les nombreuses fumées laissées au sol. Rebrousser encore chemin et reprendre la direction du gîte. Aux premières habitations, s'il n'est pas encore l'heure de revenir vers Mamode Camp, oser un détour de 500 m en partant sur la gauche vers Dos d'Ane. On frôle la Caverne Basse, modernisée en son temps par un mur mais qui décourage désormais tout candidat à un bivouac (Photo 26). Le sentier est très agréable dans les bois de couleurs et les tamarins au sol (Photo 27). Le sentier menant au point de vue est beaucoup plus étroit et permet d'admirer pour la dernière fois de la journée les paysages du cirque de Mafate (Photo 28). Le retour au gîte et la descente vers le Brûlé n'est qu'une formalité après ces multiples détours sur la Plaine des Chicots.
Les amateurs de sentiers oubliés repèreront sur la carte tous les traits fins de la carte au 25000ème autour de la Caverne Dufour. Certains se perdent un peu dans la nature mais d'autres se suivent allègrement pour, sait-on jamais, une rencontre avec une biche ?
D'autres photos ou explications sur la page de SophieM.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-Denis, rejoindre l’hôpital de Bellepierre puis entamer la longue montée au Brûlé - Poursuivre jusqu'à Mamode Camp et stationner à la fin de la route - Rejoindre l'aire de pique-nique puis remonter jusqu'au Gîte de la Plaine des Chicots - Au gîte, se diriger vers la DZ des hélicoptères puis emprunter le sentier en direction de la Roche Ecrite - Rattraper le sentier officiel et atteindre le sommet pour profiter des panoramas - Repartir en passant à la Caverne Soldats puis par la Mare aux Cerfs et son point de vue - Repartir vers le gîte en profitant de deux nouveaux points de vue sur la vallée du Bras Détour - Continuer vers le gîte en effectuant ou non le détour par le point de vue officiel sur Mafate - Rejoindre Mamode Camp en utilisant l'itinéraire de la montée.

Le cerf de Java à la Roche Ecrite

Ils sont une bonne centaine à parcourir la planèze de la Roche Ecrite mais, même en y passant souvent, on a peu de chances d'en rencontrer, à moins de marcher tôt (ou tard), seul et sans faire de bruit. En revanche, en sortant un peu du trajet officiel comme ici pour parcourir des sentiers officieux, on tombe souvent sur des fumées, nom donné à leurs crottes. Chaque année, des chasseurs viennent dans une zone règlementée pour abattre une quinzaine de ces animaux afin de réguler leur population qui comptait plusieurs centaines de têtes dans les années 70. On demande au randonneur de ne pas quitter le sentier afin de ne pas déranger le tuit-tuit mais on tolère facilement une dizaine de rabatteurs et autant de chasseurs sur le même territoire ! Le lobby des uns serait-il plus puissant que celui des autres ? Attention entre début juin et novembre de ne pas tomber dans la ligne de mire d'un de ces "Régulateurs de la nature". On rapporte même la présence de chasseurs à l'arc.


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Ousarsiph2, 22/06/2019 18:15
Randonnée complétée

Bonjour. Je recommande effectivement le sentier qui part à l'arrière du gîte pour rejoindre la plaine des chicots, plus agréable que la montée principale. Un détour par les pitons plats, à l'ascension facile, est aussi assez aisé.
Notons enfin le fin trait noir qui part du point 1440 en direction de la rivière St Denis : le sentier en dents de scie est bien marqué et suit des barbelés jusqu'au bout ou presque. Des poisons anti rats tous les 20 m empêchent de se perdre...

Sophie M, 22/06/2019 11:50
Randonnée complétée le 12/01/2019

Ce superbe circuit permet de découvrir des points de vue inédits et de profiter de grands moments de calme vu que l'on marche en dehors du flux de personnes qui se rendent directement à la Roche écrite. Tout simplement magnifique !

Randonnée ajoutée le : 21/06/2019