Une boucle à la Pointe par la Cascade Pigeon et la Ravine Jean Payet

Difficulté
Très difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h30
Distance 9.9 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 496 - 275 m
Dénivelé positif 450 m
Dernière mise à jour 28/03/2019

Nouvelle exploration de la Rivière d'Abord

Voici une courte randonnée atypique à deux pas du Tampon. Elle passe entre les habitations de la Pointe et les quitte très vite pour longer deux ravines aux fond rocheux afin de s'approcher de la Cascade Pigeon puis d'une autre presque aussi haute sur la Ravine Jean Payet. La partie la plus impressionnante longe une énorme canalisation de 90 cm de diamètre qui est en voie d'être remplacée ou doublée à en juger par les travaux acrobatiques qui ont débuté au plus près. La pente est si forte que des cordes sont nécessaires au maintien des ouvriers chargés d'y creuser des trous avant d'y poser des socles pour le nouveau tuyau. Chaque année, des travaux permettent de transporter le précieux liquide vers les villes. Suivre ce tuyau est plus facile que son installation mais les quelques minutes passées à marcher au plus près de la fonte laissent des souvenirs dans les jambes et sur les bras avec les centaines de piqures de fourmis qui ne semblent pas aimer être dérangées. Si la descente est presque ludique sur une pente à 60% en raison des arbustes qui aident au maintien, la remontée, sur l'autre versant, est très sportive et nécessite les 4 membres, également aiguillonnés par les insectes. Le reste de la boucle longe par deux fois des ravines sur d'énormes blocs rocheux où les passages s'effectuent toujours au plus facile quitte à faire des détours pour éviter les mastodontes de basalte. Enfin, après une longue portion sur piste à travers les cultures, la boucle se termine par le sentier de la Pente Gaétan, toujours aussi peu fréquenté par les randonneurs mais entretenu par des marcheurs allant vers l'oratoire allumer quelques bougies.

La randonnée débute sur le Chemin Auguste de Villèle, tout en pente et bordé d'une demi-douzaine de terrains de sport. Suivre cette rue en direction du sud et poursuivre par le Chemin de la Pointe jusqu'au radier qu'on rencontre après quelques lacets serrés de la route (Photo 1). Rien n'oblige à aller au sommet de la cascade Pigeon mais l'aller-retour ne prend qu'une vingtaine de minutes et permet de voir, outre les nombreux pigeons sur les rochers, le terrain qu'on traversera après avoir atteint le bas de la canalisation (Photo 2). On aperçoit la rivière qui file sur la droite et la Ravine Jean Payet sur la gauche (Photo 3). Rejoindre le radier en sautant de caillou en caillou. Poursuivre sur l'étroit chemin de la Pointe qui effectue plus loin un grand virage à droite pour rejoindre le Tampon. Dans le virage, sur la gauche, des palmiers et une large grille ouvragée servent de repères pour trouver le sentier (Photo 4) qui part en direction de la voie rapide venant de Saint-Pierre . L'endroit, très proche de la forte pente où les véhicules peinent à monter, est très bruyant mais le sentier est facile à suivre (Photo 5). Il longe sur près de 500 mètres un immense verger abritant surtout des letchis et manguiers. Il est en excellent état car fréquenté par les sportifs venant de Saint-Pierre pour effectuer leur footing. Ce sentier se termine à une piste qui continue la descente dans les cannes à sucre. Partir par la première piste à gauche et rejoindre le bord du rempart à une station intermédiaire de la canalisation. Avant d'entamer la descente, repérer sur l'autre rive la trouée qui abrite la suite du tuyau qu'on longera après avoir rejoint les cascades. Des travaux sont entrepris, parallèles à la canalisation actuelle, certainement en vue de la doubler ou de la remplacer. La descente peut débuter. Elle n'est pas longue mais très sportive (Photo 6). Il faut constamment freiner à l'aide des arbres qui encadrent le tuyau en fonte de 90 cm de diamètre ou grâce aux poignées soudées tous les 3 ou 4 mètres. On parvient, essoufflé, à la rivière à sec près d'un bassin. Une cascade infranchissable sur la droite mérite un petit détour de 20 mètres. Repartir vers l'amont en contournant le bassin par la rive droite et entamer une remontée de la rivière en sautant sur les galets ou en évitant les gros rochers usés par le courant des crues. Si la rivière est à sec, aucun problème pour la longer, on remarque la profondeur des bassins aux traces de boue laissées sur les parois basaltiques (Photo 7). S'il y a de l'eau, trouver dans le sous-bois, souvent en rive gauche, des passages assez faciles dans la végétation pour contourner les bassins (passages testés). La marche est assez aisée malgré la végétation qui envahit le fond de la ravine. On parvient ainsi à un cassé qui semble infranchissable d'où l'on a de belles vues sur la cascade Pigeon (Photo 8). Pas de difficulté pour escalader les quelques roches qui obstruent la rive à travers les lianes et les chocas (Photo 9). Une fois passé l'écueil, la cascade Pigeon n'est qu'à 5 minutes. Sa hauteur est impressionnante et la falaise friable abrite des dizaines de pigeons qui vivent là à l'année (Photo 10). Sur la droite, on remarque une grotte obstruée par quelques rochers. Son approche est délicate dans les plantes mais sans danger. On peut s'y abriter facilement malgré l'impressionnant stock de savates apporté là par les crues de la Rivière d'Abord (Photo 11). Redescendre la ravine, franchir le cassé par le même goulet et entamer la remontée de la Ravine Jean Payet (Photo 12). Même type de sol rocheux et même végétation sur ce tronçon qui se termine après 25 minutes de marche à une nouvelle cascade à sec (Photo 16). Une grotte est située au pied de la falaise (Photo 15). Comme l'endroit est un cul de sac infranchissable, reprendre le chemin inverse sur les roches chauffées au soleil (Photo 17). Avant d'arriver à la canalisation, la rivière est composée de deux bras distincts. Prendre celui de gauche, en face des travaux de réalisation de la nouvelle canalisation, en grimpant un peu sur la roche (Photo 19). On se retrouve sur la même pente le long de la même canalisation mais le passage est plus difficile car étroit et encombré de chocas (Photo 20). De plus, les fourmis demandent un droit de passage assez urticant. Il faut tantôt tenir les plantes ou les poignées soudées au tuyau, tantôt se frotter les bras pour éliminer les insectes. On parvient à la lisière du bois, couverte de hautes herbes qui se terminent à des plantations. Ne surtout pas pénétrer dans la propriété privée mais suivre les cannes fourragères jusqu'à la piste située à moins de 20 mètres sur la gauche. Une fois sur la piste, les portions sportives sont terminées et on va pouvoir entamer la jonction avec la pente Gaétan en marchant facilement (Photo 21). On passe près de cases isolées avant de poursuivre à gauche sur une piste secondaire et d'arriver aux premiers champs d'ananas (Photo 22). Ces champs alternent avec de vastes étendues plantées de canne à sucre (Photo 23). On profite tout le long de la piste de larges panoramas sur les Makes, le Dimitile, Le Tampon et les flancs du rempart de la Ravine Jean Payet (Photo 24). Partir à gauche au croisement de deux pistes, marcher dans les plantes et hautes herbes qui la recouvrent, enjamber la chaîne qui interdit aux véhicules de passer puis repérer le discret sentier de la Pente Gaétan qui débute à droite près d'une grosse touffe de bananiers. Le sentier, bien marqué, descend en quelques lacets vers la Ravine Jean Payet (Photo 25). La traversée est aisée sur les larges plaques lisses. On peut remonter la ravine pour profiter des bassins et cascades s'il y a de l'eau (Photo 26). Pour redescendre la ravine jusqu'au prochain cassé - facultatif -, trouver la trace presque invisible en rive droite, au plus près du sentier. Entamer la remontée dans une végétation touffue où le sentier reste toujours visible (Photo 27). On comprend pourquoi il est toujours praticable en passant près de l'oratoire qui comporte plusieurs niches abritant Saint-Expédit. On atteint les cannes pour rejoindre la piste sans jamais chercher le sentier malgré les feuilles coupantes qui en cachent une partie. La fin du trajet rejoint le Chemin des Papangues en traversant le champ de canne (Photo 28). Le véhicule n'est plus qu'à 400 mètres que l'on effectue facilement entre cases et jardins fleuris.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre au Tampon et rejoindre la Route Hubert Delisle (D3) en direction de Bérive et Mont Vert les Hauts - Prendre la direction de la Pointe et stationner près des nombreux terrains de sport sur les parkings situés dans la rue en pente - Marcher vers le radier de la Rivière d'Abord et longer la ravine jusqu'au haut de la Cascade Pigeon - Faire demi-tour et poursuivre sur le Chemin de la Pointe jusqu'à un portail de propriété - Repérer le discret sentier qui débute dans les herbes sous les palmiers - Longer le sentier qui descend entre la voie rapide et le grand verger sur la gauche - A la fin du sentier, emprunter la piste et tourner au premier croisement à gauche pour arriver au rempart proche des installations de pompage - Longer la tuyauterie jusqu'à la Rivière d'Abord - Remonter la rivière et trouver le passage vers le bas de la Cascade Pigeon - Rebrousser chemin et effectuer dans les mêmes conditions la remontée de la Ravine Jean Payet - A la cascade, rebrousser chemin et revenir à la canalisation - Remonter en rive gauche par la forte montée étroite le long du gros tuyau - Rester en lisière sur 20 mètres près des cultures privées - Récupérer la piste et la suivre longuement jusqu'aux champs d'ananas et de canne à sucre - Repérer la piste qui part sur la gauche vers la Ravine Jean Payet - Ne pas manquer le sentier de la Pente Gaétan qui débute discrètement dans les futaies - Emprunter la totalité du sentier qui coupe la ravine - Traverser les cannes jusqu'au Chemin des Papangues - Rejoindre le véhicule par le Chemin des Bengalis.

Le sentier de la Pente Gaétan

Dans le sens proposé ici, on sort du sentier de la Pente Gaétan par les cannes. Le passage est totalement instinctif et ne pose aucun questionnement. Dans l'autre sens, suivre la piste herbeuse sur 280 mètres à partir du Chemin des Papangues et repérer le virage à gauche de la piste. Ne pas partir sur la gauche mais emprunter le sentier assez large qui pénètre dans les cannes et se perd très vite en raison des rameaux qui se touchent. Chercher sur le sol le passage sans herbe créé par les fidèles se rendant à l'oratoire et regagner la lisière du bois. Le sentier la longe une vingtaine de mètres avant de descendre vers l'oratoire puis la Ravine Jean Payet.

Quand les ravines ont de l'eau

En regardant les photos de Martial qui va souvent sur ce circuit après les pluies, on a envie de faire comme lui. Remonter la ravine pour se trouver face à la grande cascade ou la traverser par le sentier de la Pente Gaétan permet de voir ces bassins et petites chutes en s'éloignant un peu du gué.


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 29/03/2019 08:35
Randonnée complétée le 29/03/2019 en 5h00

J'avais testé cette rando depuis quelques mois (merci Martial). Les points forts qui m'ont fait aimé cette boucle: le point de vue du haut de la cascade Pigeon, les galipettes le long de la canalisation-il n'y avait encore pas de travaux et ce gros tuyau moussu est un vrai plaisir..., le parcours dans la rivière d'Abord , surtout intéressant vers l'aval pour les photos et enfin le cassé de la ravine Jean Payet. Surement à faire plutôt lorsqu'il y a de l'eau qui anime les rivières, les bassins et les cascades. Je conseille vivement à ceux qui aiment un peu d'aventure mais sans trop de risques.

Martial, 28/03/2019 15:32
Randonnée complétée

Un de mes circuits fétiches autour du Tampon, après la pluie les cascades y sont magnifiques. Photos jointes, elles sont prises principalement dans la ravine Jean Payet, en aval et amont du sentier de la pente Gaétan

Randonnée ajoutée le : 28/03/2019