Vers la Ravine Mal au Ventre à partir du sentier Bœuf

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 7h
Distance 17.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1907 - 1103 m
Dénivelé positif 1200 m
Dernière mise à jour 12/06/2018

Il vaut mieux avoir la pêche pour goûter toutes ces poires sauvages

J'ai accompagné Martial et René, qui avaient depuis longtemps l'idée de pousser plus avant vers l'Est en direction du Gîte Bargil. J'ai terminé seul cette boucle et les ai laissés poursuivre vers le sud mais ils ont été bloqués près du sentier de l'Îlet Marron par d'importants éboulis.

La région du Dimitile, du rempart qui domine le Bras de Cilaos à celui qui surplombe le Bras des Roches Noires, est sillonné de multiples pistes et sentiers. Il est possible d'y effectuer une dizaine de randonnées sans rarement passer au même endroit. Une région située plus à l'est abrite le gîte Bardil, une petite structure pouvant accueillir quelques randonneurs. Plusieurs pistes sinueuses entourent le gîte ou les cases isolées dans les acacias proches des Ravines Pieds de Cannes ou Mal au Ventre. Un ancien sentier, remplacé depuis par une piste en terre, contournait la Ravine Mal au Ventre au milieu des bois de couleurs ou tamarins des Hauts. Ce pèlerinage, effectué hélas en aller-retour, vaut absolument le détour car le parcours est étonnamment bien conservé et sans difficulté. Une fois arrivé à la ligne domaniale (voir carte), il faut faire demi-tour pour continuer la boucle vers le nord.
Heureusement que les pépins de poires ne donnent pas des fruitiers envahissants car ils auraient depuis longtemps remplacé les goyaviers qu'on rencontre si souvent ailleurs. On en trouve en effet un peu partout. S'ils sont faciles à repérer à la floraison et surtout à la fructification, ils savent se faire discrets le reste de l'année. Avant d'arriver à la Chapelle, on en rencontre près d'un quintal pourrissant au sol. Certains fruits, regardés de plus près, comportent d'inquiétantes traces d'incisives de rongeurs gris qui oublient de visiter à cette époque les pièges noirs aperçus le long du sentier.
Ce parcours utilise sept sentiers différents, deux pistes et une ligne domaniale qui pourraient nécessiter deux pages d’explications détaillées. Il est donc préférable de se munir d'un GPS et suivre au plus près la trace.

La randonnée débute à la fin de la longue route de la Ravine des Citrons, départ de la piste permettant d'accéder aux gîtes et au musée Capitaine Dimitile. La montée débute dans les sous-bois par quelques lacets puis se poursuit sur des parties terreuses ou des marches (Photo 1). On arrive, en une trentaine de minutes à la piste proche d'une bifurcation marquée d'une pierre gravée. Suivre la piste en terre en partant sur la gauche. Elle comporte une longue portion bétonnée (Photo 2) depuis laquelle on profite de beaux panoramas sur la région du Tampon et de la Plaine des Cafres (Photo 4). Le sentier Mal au Ventre débute sur la droite par une volée de marches. Très vite, il devient plat et agréable dans une forêt d'acacias noirs détruits par des cyclones (Photo 3). On en verra ainsi durant toute la boucle. Il effectue ensuite plusieurs descentes pour franchir des ravines ou de belles remontées pour passer des crêtes. On rencontre ça et là de magnifiques tamarins des Hauts. Après avoir franchi la Ravine Tabac (Photo 5) et grimpé quelques lacets, le sentier officiel est fermé d'un grillage et il faut bifurquer à droite pour utiliser la nouvelle trace nettoyée en descente dans les branles verts (Photo 7). Reprendre la piste au bas de la pente et remonter vers le Gîte Emile. On comprend très vite la raison de la fermeture en voyant le grand panneau qui indique l'éboulis ayant endommagé le sentier habituel. On quitte la piste pour emprunter un sentier en direction du Gîte Emile. On passe tout d'abord près d'une case en tôle. Une première halte est possible près de cette case bordée de hauts poiriers qui ne sont pas les premiers rencontrés depuis le départ (Photo 8). Le sentier se poursuit vers le nord en laissant plusieurs accès vers le gîte Emile. Puis ce magnifique sentier, un peu abandonné parfois, contourne la Ravine Pieds de Cannes par des portions plates, encombrées de jouvences (Photo 9) ou bordé d'acacias couchés au sol. La ravine Pieds de Cannes présente un fond rocheux et glissant qui ne peut se remonter toute l'année. Il faut pour cela attendre que le basalte soit le plus sec possible. Quelques haltes sont recommandées près d'énormes tamarins aux troncs respectueux et aux branches couvertes de fougères et orchidées (Photo 10). D'autres portions sont recouvertes de courtes mousses mélangées à des lichens donnant au sol un aspect de tapis vert clair du plus bel effet avec les rayons du soleil (Photo 12). Après quelques nouveaux poiriers, on arrive à un coin charmant entouré d'arbres fruitiers et offrant sur les alentours de magnifiques panoramas sur la Plaine des Cafres jusqu'au Piton Textor (Photo 13). C'est le gîte Bardil, petit écrin de calme à près de 1800 m d'altitude (Photo 14). La propriété étant privée, on regarde de loin, surtout s'il n'y a personne. Dans un virage très proche du gîte, débute un sentier à l'ombre des branles verts juste en face d'une borne (Photo 16). Ce sentier part plein nord pour contourner un maximum de la longueur de la Ravine Mal au Ventre avant de filer plein sud en longeant de loin le rempart des Roches Noires. Le sentier qui devait être le seul lien avec la civilisation pour les habitants des îlets perdus au siècle dernier n'est plus utilisé car une piste coupe désormais la ravine un peu plus bas et se termine à une propriété privée. Il coupe la large ligne domaniale qui se termine au sentier Jacky Inard. Ce remarquable sentier, qui continue après la ligne domaniale, mérite d'être connu même si on a l'obligation de faire demi-tour en arrivant à la fin où l'on trouve d'ailleurs un panneau indiquant la direction du Bord de Cilaos. Après un coup d’œil dans les deux directions de la ligne domaniale qui s'achève au rempart (Photo 18), repartir sur le sentier dans le sens inverse ne prendra qu'un bon quart d'heure. On revient à la ligne domaniale qu'on emprunte en partant vers la droite. Elle est large et bien dégagée. Quelques traces indiquent des passages réguliers mais on peut cheminer n'importe où. Remonter durant 650 mètres cette large allée entrecoupée de ravines qui imposent de courtes descentes ou montées (Photo 20). Le sentier vers la Chapelle débute sur la gauche près d'une nouvelle borne. Commence alors une longue descente entre les branles sur un terrain très glissant toute l'année et notamment par temps humide (Photo 21). Privilégier le bâton ou les branches en bordure de sentier pour ralentir ou maintenir. Même les quelques marches taillées dans la terre n'empêchent pas les glissades. Couper une première fois la piste et poursuivre plein sud en direction du gîte Emile. Au prochain croisement avec la piste partir légèrement vers la droite puis entamer la jonction avec la Chapelle sur un sentier le plus souvent herbeux qui débute sur la gauche. Il faudra couper dix ravines plus ou moins marquées (Photo 22), dont une sur une passerelle, pour rejoindre le petit édifice religieux à 100 mètres d'une tombe fleurie. Quelques nouveaux poiriers laissent au sol des quantités importantes de fruits (Photo 26). En raison de la présence de rats, il vaut mieux éviter de goûter aux poires qui pourraient être contaminées. La descente à partir de la Chapelle est un classique de la région qui débute agréablement près de magnifiques tamarins (Photo 27), coupe plusieurs fois la piste, comporte de longues portions extrêmement glissantes (Photo 28) avant de terminer par les lacets humides sous les bois de couleurs.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à l'Entre Deux à partir de Pierrefonds - Traverser le village et prendre la direction de la Ravine Citrons - Remonter jusqu'au terminus de la route - Débuter la randonnée par le sentier Bœuf puis par le sentier Mal au Ventre - Poursuivre jusqu'au Gîte Emile puis jusqu'au Gîte Bardil - Remonter la Ravine Mal au Ventre et la contourner jusqu'au coupe-feu - Faire demi-tour puis remonter la ligne domaniale jusqu'au sentier du Gîte Emile - Poursuivre par le sentier rejoignant la Chapelle - A la Chapelle, redescendre vers la piste forestière.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 05/04/2018 08:37
Randonnée complétée le 03/04/2018 en 8h00

Agréable rando à travers les pistes et sentiers du Dimitile avec un indice quasi bon hormis les nombreux panneaux arrachés par des imbéciles. Ai poursuivi jusqu'en bas puis jusqu'en haut de la ligne domaniale: un véritable + pour des vues grandioses sur tout le cirque de Cilaos, si l'on part très tôt en évitant brouillard, pluies et orages (je suis passé bien juste...) et en évitant alors les glissades "casse gueule" sur le sol de terre glaise, typique de la région. Long (8h) mais aucune grosse difficulté. Beauté des paysages et des panoramas.

Randonnée ajoutée le : 30/03/2018