La remontée complète de la Ravine Goyaves depuis Roche Maigre

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 7h
Distance 10.3 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 327 - 53 m
Dénivelé positif 360 m
Dernière mise à jour 02/11/2017

25 bassins et 17 chutes d'eau

Pour les amateurs d'aventure, cette randonnée prolonge la plus courte boucle qui remonte le long de la même ravine et se termine à la passerelle décrite sur la fiche.
Les dangers sont rares mais le sentier n'est pas toujours présent, l'effort et les griffures sont inévitables. Comme pour la randonnée plus facile, il faut tenir compte du fait que le niveau de l'eau est très variable.

Cette nouvelle remontée de cours d'eau emprunte une bonne portion, déjà décrite, le long de la Ravine Goyaves. Le départ est situé au même endroit et la première partie, jusqu'à la passerelle, n'est pas décrite ici. Les explications commencent donc au bassin situé à quelques mètres de la passerelle rustique.
La remontée s'effectue en grande partie en rive droite ou de belles traces de sentier alternent avec des parties moins visibles ou des passages plus délicats. Quand le niveau de l'eau est faible, le parcours peut s'effectuer à même le lit de la rivière si le sentier a disparu. Si le niveau est plus important, il faut chercher un peu plus les passages. Inutile de préciser que ce parcours ne s'adresse pas aux randonneurs qui rentrent à la maison quand il n'y a plus de balises peintes sur les arbres et les rochers. Les griffures et quelques morsures de fourmis font également partie de la balade. L’intérêt réside bien sûr dans la découverte de nouveaux bassins ou chutes d'eau dont trois sortent du lot par leur taille et leur hauteur. Il y en a partout et il faut bien choisir son jour et partir lorsque les lâchers de l'usine sont plus importants afin de régaler les amateurs de photos. Quand il n'y a pas de délestage, on trouve tout de même de l'eau provenant des modestes sources qui, accumulées, offrent de petits filets d'eau comme ceux rencontrés le jour de la création de cette fiche.
Quatre manières de rejoindre le point de départ sont possibles : 1 - avec un retour par la rivière qui permet de découvrir autrement tous ces bassins rencontrés à la montée, 2 - en rentrant par la route à partir du Parc du Gol mais avec les risques liés à la circulation routière, 3 - en employant la fin de la première randonnée ou enfin : 4 - en remontant vers le Gol les Hauts afin de rallonger le parcours et descendre vers Saint-Louis par les champs de canne comme expliqué ici.

La randonnée débute au parking de la Rue Jean XXIII et au pont qui enjambe la ravine Goyaves (Photo 1). Remonter la rivière dans une végétation constituée très souvent de chocas (Photo 2) et passer les différents bassins, de manière souvent acrobatique (Photo 3) en direction de la passerelle en bois qui a été sommairement jetée sur la rivière (Photo 8). Le sentier est parfois large et propre (Photo 4) mais il faut pourtant passer par moments au plus près des bassins en escaladant les rochers qui les bordent (Photo 6). A partir du bassin le plus proche de la passerelle, poursuivre vers l'amont en marchant le plus souvent en rive droite. Certains passages sont faciles et instinctifs. D'autres s'effectuent en passant sur les rochers en prenant garde à la glissade (Photo 9). Quand il n'y a plus de sentier et que le niveau de l'eau est fort, suivre la rive en passant au plus facile (Photo 10). Repérer, à la hauteur du Parc du Gol, le sentier discret qui débute sur la rive droite (Photo 13 - voir § ci-dessous pour plus de détails). On rencontre ça et là de beaux petits bassins alimentés ou non avant de parvenir au Bassin Pilon. Il est entouré d'un cadre sauvage et alimenté par une agréable chute d'eau (Photo 14). Du bas, on distingue la petite échelle qui confirme que le sentier passe à nouveau par les rochers. Le lieu permet une halte casse-croûte à l'ombre des grands arbres qui dominent le bassin. Grace à l'échelle, la montée vers le haut de la cascade ne pose pas de problème (Photo 15) et la progression se poursuit. 15 minutes plus tard, on parvient à des murettes laissant penser à la présence d'un îlet au siècle dernier (Photo 16) même si aucun autre vestige ne vient le confirmer. On passe un nouveau bassin avant de parvenir en quelques minutes à la Source Pierre Noël, un autre endroit sauvage aux hautes murailles franchissables par la rive droite. D'autres bassins (Photo 18), ou petites cascades (Photo 19) rajoutent au charme de cette montée sportive. Les coqs et les chiens se font entendre de plus en plus. Leurs cris proviennent des habitations situées au-dessus de nos têtes. La fin de la montée approche. Il faut franchir un passage recouvert de végétation (Photo 22) pour arriver au clou de la Ravine Goyaves : un grand bassin alimenté par la plus haute chute de la journée surgissant d'une quinzaine de mètres de hauteur. Même en cherchant bien, impossible de remonter et le demi-tour s'impose. 200 mètres en aval, un passage permettrait d'atteindre le village au-dessus mais traverse une propriété privée. Poursuivre donc de 500 mètres et retrouver le passage repéré en montant (voir § ci-dessous). Bifurquer sur la droite et emprunter cette trace qui grimpe assez fortement vers le Parc du Gol. La végétation n'a pas tout envahi et on devine d'anciennes marches bétonnées (Photo 24). Plus haut, on est arrêté par les tas des habituels immondices laissés là en fin de pique-nique. On a supprimé de toutes les aires les poubelles afin de ne pas attirer les rats alors qu'ils évoluent bien plus à l'aise dans ces ordures jamais ramassées ! Prendre à droite vers un palmier puis rejoindre l'aire de repos bordée d'une énorme bougainvillée mauve de près de 10 m de haut. Prendre la route vers la droite, longer le lotissement de la Cité Colombe en profitant des magnifiques panoramas sur les Makes et le Dimitile (Photo 25). Préférer la petite route à droite dans les cannes pour éviter la circulation. Elle se finit à un grillage qu'un petit sentier longe pour rejoindre la route. Le détour à la Chapelle Sainte-Thérèse ne prend que quelques minutes (Photo 26) avant de poursuivre vers le pont qui franchit la Ravine Goyaves. Un coup d’œil sur la droite permet de repérer le haut d'une cascade non atteinte durant la marche. Prendre à droite sur l'Allée des Gerberas et cheminer sur une étroite ruelle qui rejoint par la gauche le Chemin Concession qu'on abandonne rapidement pour emprunter des chemins un peu terreux mais qui évitent les rares véhicules empruntant le raccourci des cannes. La pente est douce et régulière et permet de nouveaux panoramas sur Saint-Louis et l'océan (Photo 27). Poursuivre, toujours au plus facile jusqu'aux premières cases de Plateau Goyaves (Photo 28). Le véhicule est très proche en direction du pont emprunté en début de boucle.

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Louis par la voie rapide en direction de l'Etang-Salé - Sortir à l'échangeur du Gol et prendre la direction des Makes en bifurquant à gauche après les concessionnaires auto du Gol puis en prenant immédiatement à droite - Rouler vers les Makes et franchir le radier de la Ravine du Gol - Poursuivre en direction des Makes jusqu'au rond-point du groupe scolaire - Prendre la Rue des Goyaves et immédiatement la Rue Jean XXIII pour se garer au petit parking sur la gauche - Reprendre la Rue des Goyaves à pied et rejoindre le pont sur la Ravine Goyaves - Descendre en rive droite et longer la rivière vers l'amont en profitant des bassins et cascades – Marcher jusqu'à une passerelle rudimentaire et poursuivre en rive droite pour rencontrer d'autres bassins et chutes - A la dernière cascade, faire demi-tour et marcher jusqu'au sentier remontant vers le Parc du Gol - Au parc, prendre la route et remonter vers le Gol les Hauts pour regagner Roche Maigre par les cannes à sucre.
En fonction de l'heure, on peut gagner du temps en rentrant directement par la route à partir du Parc du Gol mais il y a de la circulation.

La remontée au Parc du Gol

Si on choisit de passer par le Parc du Gol pour effectuer cette boucle il est fortement conseillé de repérer le sentier qui le rejoint lors de la remontée de la rivière. Quelques heures plus tard, avec la fatigue et les dizaines de bassins rencontrés, on est moins attentif. Veiller tout d'abord à se situer par rapport au parc en regardant la carte (et le GPS même si la trace zigzague un peu parfois).  A cet endroit, la rivière est étroite et ne comporte pas de bassin. Des gros rochers recouvrent le fond (Photo 13). Repérer tout d'abord le grand choca de 3 mètres en rive droite près d'une petite touffe de papyrus. On distingue une trace partant vers le rempart. Un arbre au tronc gris (Je n'ai pas pensé à l'identifier !) pousse près des rochers de la rive. Un autre, tout proche, supporte plusieurs lianes dont deux sont entremêlées. Passer sous les lianes. Le reste de la montée est facile car le sentier est assez bien marqué jusqu'au palmier (genre dattier).


Commentaires sur cette randonnée (5)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian L, 17/10/2017 13:54
Randonnée complétée le 16/10/2017 en 4h00

Du bassin Pierre Noēl jusqu'au fond de la ravine avec la grandiose dernière cascade! souvent de l'eau jusqu'aux cuisses dans un univers sauvage,végétation luxuriante avec lianes papillon,papyrus, hautes zerbes ,chocas gigantesques, tout cela entrecoupé de bassins, toboggans,rochers à escalader.Vous avez compris: que du bonheur.! Presque dommage de faire en une fois toute la ravine, aussi bien de diviser en deux au niveau du petit pont de fortune en bois!Pour ceux qui aiment avancer au milieu de la jungle réunionnaise envahie de petites fourmis bien agressives!

Christian L, 08/10/2017 15:46
Randonnée complétée le 16/10/2017 en 4h00

Bassin le Roche, bassin Cascade, bassin Marie, bassin Jean, bassin Savonnette, bassin Pilon, bassin Pierre Noel...j'en passe et des meilleurs... Ludovic connait ça par coeur! un super guide pour une merveilleuse rando : la première partie peu d'eau,des filets de cascade puis ô miracle un bon lâcher d'eau , alors une 2è partie semi -aquatique (quel plaisir!) et de grosses cascades.Pressé d'y retourner pour terminer "la totale" en amont de la source Pierre Noël jusqu'à la photo 23. Belle aventure dépaysante,jamais trop difficile tout en restant très prudent,impossible de se perdre mais ce n'est pas un GR....Oui, pour les amateurs du genre. J'ai adoré!

orando974, 07/10/2017 14:50

Faite avec Christian Léautier ce matin uniquement dans la portion entre le pont et le Bassin Pierre Noël en environs 4h30 A/R. C'est toujours un régal d'arpenter cette grandiose ravine. Faire attention cependant aux lâchés d'eau dues au déversoir du Gol les Hauts comme c'est le cas pour ce matin. Cela peut en surprendre plus d'un ! Une ravine comme il y'en à peu dans cette région avec d’innombrables chutes et bassins tous aussi beaux. A voir si vous passer dans le coin (Itinéraire cependant réservé aux amateurs du genre !).

Fanch, 06/10/2017 10:28
Randonnée complétée le 01/10/2017 en 5h00

Et au milieu de cette cité déclinante depuis 30 ans, une ravine luxuriante mêlant verdure envahissante, rocs secs & chocas vivaces, vasques & marmites, chutes & cassés. Où l'on devine des vestiges de vie lontan entre fruitiers abrités des vents cycloniques et murets de pierres sèches ou encore cet ancrage métallique qui donna surement son intitulé au bassin la chaîne. Si près des hommes et pourtant, dans certaines portions, on s'y sent si éloigné et çà fait un bien fou!

Martial, 06/10/2017 08:36
Randonnée complétée le 28/10/2017 en 7h00

Fantastique cette ravine aux multiples bassins et cascades au cœur de St Louis, les amateurs de ravines préféreront la version longue qui pourra également ravir les photographes amateurs d'eau.

Randonnée ajoutée le : 04/10/2017