De la Cayenne à l'Îlet Eperon, retour (sportif en option) par l'Îlet Bananiers

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 1h30
Distance 3.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 680 - 412 m
Dénivelé positif 280 m
Dernière mise à jour 09/09/2018

Si l'ermite ne vient pas au randonneur, le randonneur laisse l'ermite à sa solitude

Quand on regarde la carte de Salazie, on remarque un sentier qui remonte au-dessus de Camp Lilas. On voit des petits rectangles indiquant des cases. On ignore si elles sont habitées et si la zone est privée mais on est tenté par les paysages alentour. Un des propriétaires de champs situés contre la falaise, croisé dans la montée, confirme que le sentier est accessible à tous, donne le nom des propriétaires et parle même d'Alain, un ermite vivant là-haut au milieu de sa basse-cour. L'Îlet de l'Eperon, 200 mètres au-dessus de la route, peut faire penser, avec la carte, qu'on est en ville mais confirme bien, après 30 minutes de montée, que l'endroit est très isolé. Les panoramas sur la vallée de la Rivière du Mât sont très agréables. Alain, l'ermite quinquagénaire, petit fils d'un habitant des lieux a pris le relais et élève ses quelques poules et canards dans l'isolement le plus complet. Rencontré sur les lieux, l'homme s'avère d'une extrême gentillesse. Ouvert à la discussion il nous conseille même de poursuivre sur un sentier lontan qui permettait à l'époque de rejoindre l'Îlet Bananiers en quelques minutes. Désormais envahi par les fougères, grandes herbes et goyaviers, il nécessiterait un bon nettoyage pour rendre cette boucle idéale pour des balades autour de Salazie.
Deux circuits sont donc possibles ici : un aller-retour pour voir un plateau qui fut habité et une boucle assez sportive en direction de l'îlet Bananiers.

La randonnée débute à ras la route de Salazie (Voir § ci-dessous pour les détails). Le plus difficile est de trouver une place de parking. La route de Bois de Pomme, en cas d'utilisation de l'emplacement décrit plus bas, fait également très bien l'affaire. On traverse tout d'abord des champs bien entretenus. Le sentier est visible malgré de longues tiges de chouchous ou de courgettes. Il grimpe assez fort le plus souvent sur un sol très caillouteux. La pente est constante et les cailloux surchauffés par le soleil. Chocas, fougères et hautes cannes fourragères constituent l'essentiel de la végétation. Après avoir traversé une petite ravine à sec, on s'approche d'une case en tôle encore en très bon état à l'ombre de grands fruitiers qui la bordent (Photo 12). Il ne reste plus rien des champs de l'époque et il faudra hélas s'attendre à voir disparaître ces vestiges avec le temps. De loin en loin, quelques pieds de maïs montrent que les poules sont granivores et qu'il faut bien songer à les nourrir. Quelques embranchements mènent à des cases en moins bon état, des champs presque abandonnés ou des bois de goyaviers. Le dernier embranchent amène à gauche à des vestiges de canne à sucre et à droite à un tuyau d'arrosage coulant en permanence et marquant la propriété privée d'Alain, qu'il faut absolument respecter. La balade prend fin ici et le retour s'effectue par le même sentier. Ceux qui comme nous ont eu la chance de rencontrer Alain, la balade familiale s'est terminées en boucle sportive. Reprendre le sentier de gauche et retrouver les cannes à sucre. Suivre le discret sentier bordé de bois de rempart et change-écorce, recouvert d'herbes, de fougères et de "zerb vache" qui attachent si bien aux jambes. Zigzaguer dans les goyaviers pour franchir la Ravine Pavée souvent envahie de hautes herbes coupantes. Certaines portions de sentier sont en très bon état, d'autres doivent se deviner, ce qui exclue obligatoirement les promeneurs du dimanche. Des vestiges de barrière de goyaviers bordent encore le sentier parfois en forte pente. Après quelques montées et descentes parfois très pentues, on traverse la Ravine Pavée en marchant sur les hautes herbes et taros. Le passage est délicat et il faut même se baisser sur l'autre rive pour passer sous les bambous ayant souffert de gros coups de vent. On parvient à une forêt de cryptomerias envahie de fougères et de goyaviers. Le sentier est toujours visible le plus souvent. Des murettes, destinées à garder les cochons à l'époque, sont écroulées et verdies par les mousses (Photo 15). Commence alors une longue descente dans les bois de couleurs, fougères et cryptomerias pour rejoindre la petite route bétonnée menant à l'Îlet Bananiers. Prendre à droite et longer cette route en lacets pour retrouver la route de Salazie. Le véhicule est sur la droite à quelques dizaines de mètres.

Balises

Pas de balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Saint-André puis en direction de Salazie - A l'entrée du village, à la Cayenne, dépasser la route de Bois de Pomme puis chercher le parking étroit près d'une petite ravine où coule un mince filet d'eau - Rejoindre le départ du sentier (Voir § ci-dessous) et entreprendre la montée dans les champs de chouchous ou autres légumes - Poursuivre jusqu'à la première case en tôle (Photo 8) puis jusqu'à la suivante, fin de la balade pour qui a choisi cet aller-retour.
Les autres trouveront, à quelques mètres le sentier qui traverse plus loin la Ravine Pavée, puis les goyaviers et enfin les cryptomerias avant de prendre la route bétonnée de l'Îlet Bananiers - Tourner à droite sur cette route et rejoindre Salazie puis à nouveau à droite jusqu'au parking du pont.

Le départ du sentier

Très facile à dénicher sur la gauche de la route avant d'arriver à Salazie. Ralentir après la route de Bois de Pomme (sur la droite), poursuivre et chercher la pancarte du lieu-dit La Cayenne. Le sentier part dans les herbes pour retrouver immédiatement les premières cultures. Plus aucune difficulté pour poursuivre vers le haut en évitant les minuscules sentes qui pénètrent dans les champs.


Commentaires sur cette randonnée (4)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Philippe Pascal, 31/03/2019 18:48

Rando faite ce jour. Aucun problème pour la première partie jusqu'à Cayenne. Après, si on veut faire la boucle, c'est beaucoup plus compliqué : sentier très technique avec des passages pentus, glissants et parfois dangereux car très étroits. Je me suis perdu à plusieurs reprises mais j'ai toujours fini par retrouver le chemin ... A éviter en tout cas par temps pluvieux. Plein de délicieux goyaviers ...

Le crapahuteur, 09/09/2018 09:00
Randonnée complétée le 04/09/2018

Bien lire le texte : "La balade prend fin ici et le retour s'effectue par le même sentier" c'est un sage conseil (et donc plus une boucle) : ce 04-09-18 j'ai fait la boucle, mais ensuite le parcours devient vraiment plus "sportif" et le sentier de moins en moins apparent (et les 2 dans la foret de crypto) pour rejoindre la route bétonnée. Au finale, une balade sympathique quand même - à privilégié par temps sec.

Ousarsiph2, 15/04/2018 17:21
Randonnée complétée le 15/04/2018 en 2h30

Boucle faite ce jour. Chemin impeccable, meme si un peu escarpé quand on part à froid, jusqu'a la dernière case (celle d'Alain je suppose). Pas de trace d'Alain ni de poules et canards. Les arbres fruitiers sont laissés en l'état. Plutot un sentiment d'abandon autour des diverses cases. Peut etre est-ce temporaire. La seconde partie ravira les amateurs du genre : griffures, glissades, branches ou s'accrocher, mais grand plaisir à suivre ce sentier que l'on perd parfois mais que l'on retrouve toujours. A faire seul une fois avant d'y emmener sa famille !

frédéric, 09/06/2016 17:44
Randonnée complétée le 09/06/2016 en 2h20

Le chemin pour le retour "sportif" est assez difficile à deviner par moment, surtout pour traverser la Ravine Pavée. La rencontre avec Alain est un moment atypique.

Randonnée ajoutée le : 18/12/2015