De Saint Leu (Cayenne) au Grand Bénare par Notre Dame des Champs

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 9h
Distance 24 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 2896 - 10 m
Dénivelé positif 3000 m
Dernière mise à jour 11/10/2019

Longue montée de 0 à 2896 m, pour randonneurs entraînés

Pour les randonneurs moins entraînés, il est possible d'effectuer ce long et difficile circuit en descente. L'astuce consiste à monter au Maïdo par le bus puis rejoindre le Grand Bénare avant d'entreprendre la totalité de ce parcours en descente avant de se décider à remonter un jour. En effet, près de 3000 m de dénivelé séparent l'océan au 2ème point culminant de l'île. Même si le circuit est assez court et ne comporte jamais de grandes difficultés, il faut tout de même un sérieux entraînement avant de l'entreprendre, surtout que le Grand Bénare a été mis ici symboliquement. Il faut, après l'avoir rejoint, retrouver un véhicule qui ne peut avoir été laissé qu'au Maïdo. De plus la descente vers le parking s'effectue essentiellement sur des cailloux qui découragent après ces presque neuf heures de montée. Les randonneurs connaissant bien leurs temps de marche peuvent envisager sans problème d'arriver au Maïdo pour prendre le dernier bus en direction de Saint-Paul à condition d'être à l'aube au-dessus de Cayenne. Le circuit traverse des paysages extrêmement variés comme les zones désertiques de Cayenne ou de la Glacière, d'autres plus urbaines, des forêts, d'anciennes zones incendiées envahies de millions de pestes végétales ou des pâturages dans les Hauts. Mais quel plaisir de contempler Mafate et une partie de Cilaos après ces 8 ou 9 heures de marche. Hélas, quelques portions goudronnées sont inévitables mais elles permettent parfois de reposer les jambes durant quelques centaines de mètres. C'est le cas de cette magnifique route forestière de Colimaçon les Hauts qui devrait plutôt s'appeler Route Bucolique tant la verdure y est omniprésente.Une fois arrivé au sommet, les adeptes du bivouac profiteront des murettes érigées pour protéger du vent et du froid qui peut y être très piquant.

La randonnée débute à Saint-Leu, au lieu-dit Cayenne qui est un charmant village traversé par un escalier en forte pente qui est la seule rue utilisée par les habitants. Sortir de cet escalier principal amène directement en propriété privée. Dès la fin des maisons, le sentier étroit, caillouteux, parfois pavé et bordé de plantes sèches ou d'épineux permet de partir en direction de la route des Tamarins (Photo 1). Un peu d'ombre est donnée par quelques rares tamarins. Le terrain est sec, herbeux, encombré d'épineux auxquels il vaut mieux ne pas se frotter (Photo 2). Le passage est facile sous le pont qui enjambe le Bras Mouton. On retrouve des escaliers métalliques après le passage et on rejoint rapidement une passerelle en bois d'où partent deux sentiers. Prendre celui qui oblique légèrement sur la gauche et rejoint sans grandes difficultés les champs qui bordent Bras Mouton après avoir traversé des zones anciennement habitées comme le montrent les vieilles cases abandonnées et en ruine ou les manguiers. Trente minutes après la Route des Tamarins, le sentier se termine en longeant un champ qui pourrait laisser croire que le lieu est privé mais il n'en est rien (Photo 3). On peut d'ailleurs rencontrer le propriétaire en train de défricher et discuter avec lui de la case plus bas qui lui appartient. Il faut alors emprunter des parties goudronnées du Chemin des Cyprès, Chemin des Badamiers et Chemin des Roses des Bois pour retrouver la RD13 qui traverse le village de Bras Mouton. Guetter les raccourcis qui peuvent faire gagner une minute mais pas de répit pour les jambes (Photo 4). Prendre à gauche sur une courte distance pour emprunter à droite le Chemin Mutel qui passe près de l'école du village et d'une réserve d'eau. Près de la réserve débute un sentier qu'on ne quittera que beaucoup plus haut vers Notre Dame des Champs. Il effleure les lacets de la route et permet de gagner un kilométrage important sans de trop fortes montées. On évite ainsi une dizaine de lacets parfois très longs. On arrive plus loin à quelques cases discrètes dans la végétation. Le sentier est ici assez glissant le long des clôtures (Photo 6). Il se transforme en piste pavée de courte distance avant de se poursuivre sur le Chemin des Goyaviers. Aux premières cases, alterner escaliers et très fortes pentes qui cheminent entre les cases pour rejoindre la Route Hubert Delisle. La pente est si forte par moments qu'on doit se pencher vers l'avant. On peut emprunter le Chemin des Corbeilles afin de ne pas suivre la RD3 sinon profiter des panoramas sur le lagon (Photo 7) et souffler un peu sur le trottoir de la D3 qui chemine à plat dans le village de Notre Dame des Champs en direction des Colimaçons les Hauts. On est à 850 m et il en reste encore 2000 à monter pour voir Cilaos ! Après la Ravine des Colimaçons, prendre à droite le Chemin Augustin Bourdon qui rejoint en une dizaine de lacets un énorme réservoir d'eau sur la gauche de la route. Prendre à droite la route qui ne cessera de monter jusqu'à la Route Vaudeville. Cette route est un pur bonheur au milieu de la campagne ponctuée de quelques fermes. Elle est bordée de prairies du début jusqu'à la fin et permet même de très beaux points de vue sur l'Océan et la Saline (Photo 8). Elle est constitué de deux très longues bandes de roulement bétonnées la rendant un peu sauvage lorsqu'elle n'est pas tondue (Photo 9). Il y a peu de circulation et c'est l'endroit idéal pour y faire du vélo ou y marcher en famille tout en profitant des troupeaux ou des vues sur l'océan. On quitte cette charmante route après la dernière ferme avant le Parc National et la Route Vaudeville. On arrive à une belle aire de pique-nique ombragée, étalée sous de grands cryptomerias. La route Vaudeville, qu'on emprunte vers la gauche, est étroite et permet une belle portion reposante entre les parcelles plantées de cryptomerias (Photo 10). La longer jusqu'à une nouvelle aire de pique-nique. Ne pas dépasser l'aire ni la petite route qui mène à la ferme de gauche et pénétrer sur la Piste Simambry qui permet de rejoindre la Route Forestière des Tamarins sans avoir à passer par le Crédit Foncier et la Ligne de la Grande Ravine (Photo 12). Longer la piste sur toute sa longueur ou prendre le sentier VTT si personne ne l'utilise. Les deux sont parallèles ou se croisent par moments (Photo 13). On sait que les Vététistes n'aiment pas voir des randonneurs sur leurs circuits alors que les randonneurs sont toujours accompagnés par des traces de pneus sur toute l'île ! La végétation, constituée de cryptomerias au début est remplacée plus haut par des tamarins brûlés par plusieurs incendies. Hélas, la région ne sera jamais plus comme avant car les bringeliers, fougères et surtout acacias ont largement dominé le terrain sur lequel les rares tamarins encore en vie ne tarderont pas à être étouffés (Photo 15). Plus on monte et plus la piste est large et défoncée en raison des années d'extraction du bois depuis les incendies (Photo 16). On arrive enfin à la Route Forestière des Tamarins pour un nouveau petit tronçon à plat jusqu'au départ du sentier Vaudeville et du Grand Bénare (Photo 17). Plusieurs petits ponts enjambent des ravines aux fonds basaltiques. Elles sont toutes des affluents de la Grande Ravine. Elles peuvent représenter un beau spectacle quand elles sont en eau (Photo 18). Après une nouvelle pause proche du gîte des Tamarins, entamer la longue montée vers la Glacière. On ne décrit plus cet itinéraire classique des Hauts du Tévelave qui est très fréquentés toute l'année. La végétation disparaît au fur et à mesure de la montée et les crevasses, grottes et cavités sont de plus en plus nombreuses. Le sol est le plus souvent terreux ou rocailleux, comporte de hautes marches et un passage protégé pour franchir la Grande Ravine (Photo 21). A quelques centaines de mètres de la Glacière, on rencontre un premier puits ayant servi à stocker la glace (Photo 22). Il est entouré de branles verts de plus en plus petits car, à 2500 mètres d'altitude et avec ce rude climat, la vie des plantes est difficile. Le sol est de plus en plus pierreux à l'approche du Piton de la Glacière (Photo 23). Un petit détour par ce lieu typique, chargé d'histoire et de douleur, ne prend que quelques minutes avant de poursuivre vers le Bord de Mafate en longeant de profondes ravines qui abritent des bassins conservant les eaux de pluie (Photo 26). Si on file tout droit vers le rempart, on bénéficiera de splendides panoramas sur le cirque si les nuages ne sont pas encore installés, ce qui est rare. Il est également possible de poursuivre tout droit sur un sentier fermé officiellement mais ne comportant aucun danger. La montée au Grand Bénare, vu l'échauffement des muscles n'est qu'une formalité malgré les millions de cailloux (Photo 27). Si le chrono a tourné trop vite, bifurquer vers la gauche et rejoindre le Maïdo pour y récupérer un véhicule ou prendre le dernier bus. Sinon, compter une bonne heure pour atteindre le sommet, prendre rapidement une photo de la croix située à 1898 m et repartir vers le parking du Maïdo (Photo 28). Par beau temps, pourquoi ne pas bivouaquer au sommet pour redescendre beaucoup plus facilement à Cayenne le lendemain ? Attention de ne pas laisser d'ordures au sommet car, en 5 minutes, on peut voir arriver d'entre les rochers, une demi-douzaine de petites souris avides de récupérer les miettes des campeurs.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Gagner Saint-Leu puis le village de Cayenne un peu plus au nord - Garer le véhicule ou se faire déposer au parking pour bus en bas du village - Prendre l'escalier qui traverse Cayenne et suivre le sentier qui passe sous la route des Tamarins - Poursuivre à gauche du pont en bois près de la voie rapide pour arriver à Bras Mouton - Remonter le Chemin des Cyprès, le Chemin des Badamiers puis le Chemin des Roses de Bois - Traverser la D13 puis marcher une cinquantaine de mètres sur la gauche pour emprunter le Chemin Mutel - Passer devant l'école et des petits terrains de sport puis arriver à un grand réservoir - Trouver le sentier qui va monter en direction de Notre Dame des Champs en effleurant chaque lacet de la route qui se termine également à Notre Dame des Champs - Le sentier se transforme en courte piste avant de rejoindre le Chemin des Goyaviers qui se termine en forte pente et escaliers pour rejoindre la Route Hubert Delisle par les Chemins des Muriers et Chemin des Bibasses - Marcher dans Notre Dame des Champs en direction des Colimaçons les Hauts, franchir la Ravine des Colimaçons puis prendre à droite le Chemin Augustin Bourdon - Suivre ce chemin jusqu'à un grand réservoir et prendre la route qui monte vers la droite - Suivre cette magnifique route jusqu'à la Route Vaudeville puis tourner à gauche en direction de la Ferme et de la Ravine Simambry - A l'aire de pique-nique du Fond Simambry, prendre à droite la piste Simambry ou le sentier VTT et rejoindre la Route Forestière des Tamarins - Bifurquer à gauche vers le Gîte des Tamarins - Au gîte, prendre à droite le Sentier Vaudeville puis le Sentier du Grand Bénare jusqu'à la Glacière puis le Grand Bénare. Comme on ne peut séjourner en ce lieu qu'en bivouac, il faut alors poursuivre par le sentier de Bord de Mafate pour regagner le parking du Maïdo.


Commentaires sur cette randonnée (11)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Martial, 02/10/2019 11:09
Randonnée complétée le 01/10/2019

Nous voulions tester cette sortie depuis longtemps, ce qui s’est concrétiser hier.
Quelles possibilités s’offrent à ceux qui vont la tenter, une fois arrivé au grand Bénare ?
Soit prévoir le bivouac là-haut, ce qui nécessitera de partir beaucoup plus lourd et d’avoir une réserve conséquente en eau.
Rejoindre comme nous l’avons fait l’arrêt de bus du Maïdo, ou il faudra se trouver avant 17h20, pour attraper le dernier bus ; Cela nécessite de bien connaître ses possibilités pour ne pas le rater ; ou alors, se faire récupérer au parking du Maïdo.
En cas de doute, partir très tôt de St Leu, forcément de nuit.
Cela reste une sortie éprouvante à réserver aux marcheurs entrainés.
Notre timing se décompose de la manière suivante ; nous avons choisi de privilégier les bus, qui sont le meilleur moyen de réaliser cette sortie, en restant totalement indépendant.
Départ de St Pierre à 4h30 pour St leu, arrivé à St Leu à 5h10 (arrêt mairie), nous serons au Grand Bénare à 13h45, soit 8h35 arrêt compris.
Nous mettrons 2h47 pour rejoindre l’arrêt de bus, sentier du Maïdo, nous y arriverons à 17h00 ; le timing était parfait.
Ceux qui veulent gagner un peu de temps peuvent rejoindre en descendant du grand Bénare la piste de la Glacière, qui est beaucoup moins difficile que le sentier de bord et qui permettra de gagner une bonne demi-heure.
Photo jointe, notre timing pour cette sortie

Fanch, 01/10/2019 19:21
Randonnée complétée le 01/10/2019 en 11h00

Pile 8h30 pour réaliser ce parcours mais il faudra rajouter 2h30 de plus pour aller jusqu'à l'arrêt de bus du Maido.
C'est rude, c'est très sec actuellement mais ça vaut le coup de forcer sa nature surtout lorsqu'on est bien accompagné

Xavier Lechot, 24/07/2019 20:31

bonjour
Pouvez vous me dire ou se trouve le point d'eau a notre dame des champs svp ?

guimo, 20/03/2019 17:50

Longue randonné que j'ai fait le 7/03/2019 en A/R .Départ de la tortue St leu à 4h30 du matin retour au même endroit à 15h30, donc 11h00.Il faut bien prévoir de quoi s'alimenter et boire ainsi que des protections solaires .Effectivement sans Gps et traces , il y a moyen de se tromper!Mais chouette ballade de 0 m à 2900 m !

Davy.V, 02/08/2017 03:19

Bonjour JPG, je l'ai faite mais elle n'apparait pas correctement dessus! D'ou m'as question! Mais merci pour cette info.

JPG, 01/08/2017 23:29

Pour Davy.V : Sans chercher aucunement à vous vexer, n'oubliez pas de faire apparaître la carte IGN pour obtenir plus de détails. En cherchant la punaise de départ du circuit qui est situé à Cayenne, le petit hameau apparaît immédiatement. Pour info, la carte Openstreet est installée par défaut car je n'ai droit qu'à 2 millions d'affichages gratuits par an des cartes IGN. En cas de recherche de détail, le choix de la carte prend moins de 2 secondes.

Davy.V, 01/08/2017 19:16

Merci beaucoup Christian L.

Christian L, 01/08/2017 17:25

Pour Davy.V rien de plus facile, á St Leu en allant vers St Denis prendre à droite les escaliers très visibles depuis la route un peu àvant Kelonia.. Bon courage car le site indique 8h30 ...sans le retour!!!!

Davy.V, 01/08/2017 15:17

Salut, vous pouvez m'indiquer ou se trouve exactement le village La Cayenne et ou commence le sentier svp. Merci d'avance.

Costello, 20/06/2017 20:56
Randonnée complétée le 20/06/2017 en 6h00

Superbe balade ! Trace indispensable par contre.

Randonnée ajoutée le : 15/07/2018