Le tour de la forêt de camphriers de Jacques Payet à partir de l'école du village

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h45
Distance 8.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1258 - 635 m
Dénivelé positif 680 m
Dernière mise à jour 04/05/2020

Attention aux épines de palmistes

Sur une idée de Mickael, de l'ASPTT Rando, cette petite boucle permet de découvrir de très près la longue forêt de camphriers de Jacques Payet qu'on longe dans la montée comme dans la descente. Les arbres sont hauts et les feuilles difficiles à atteindre mais certaines tombées au sol, rougies comme à l'automne, et qui n'ont pas encore séché dégagent une odeur très agréable lorsqu'on les écrase entre les doigts. Les nombreux sentiers qui parcourent cette immense forêt ne sont pas répertoriés sur les cartes et c'est souvent par hasard qu'on les rencontre. Attention tout de même, il est fréquent de débuter sur le sentier et de se retrouver très vite face à une case ou une pancarte "propriété privée". Les sentiers montent constamment et en ligne presque droite en direction du Piton Lardé qu'on n'atteindra pas puisqu'on attaque la redescente sans aucune transition et sans jamais rencontrer la variante du GR. Le passage de certaines ravines peut s'avérer scabreux si on ne ralentit pas le pas car il faut marcher sur les racines ou les rochers moussus. Peu de panoramas en raison de la végétation hormis les vues sur la Vallée Heureuse. On rencontre une bonne dizaine d'espèces d'orchidées différentes et certaines poussent même au milieu du sentier peu fréquenté. Elle a été classée difficile à cause des ravines à franchir ou des 200 mètres un peu bouchés par la végétation mais tous les amateurs de photos d'oiseaux, de plantes ou d'orchidées se régaleront.

La randonnée commence au village de Jacques Payet, au début du sentier bien indiqué sur la carte IGN. On ne peut le manquer car il part au plus près de la petite ravine à sec avant d'arriver à l'école où un panneau "Attention école" est planté presque au milieu du sentier. La montée est directe sur un sentier herbeux qui domine le fond rocheux de la ravine (Photo 1). Elle se poursuit par des marches en pierres glissantes dans les goyaviers de plus en plus nombreux (Photo 2). Les bois Noël envahissent les bois de rempart, changes-écorces ou jamrosats qui poussent si drus à un moment qu'on croit marcher à la tombée de la nuit. On rejoint ainsi la première petite route. Il faudrait normalement partir tout droit mais des travaux en bordure de route, des grands tas de terre ou les traces de tracteur sur la piste caillouteuse dans la canne coupée en face imposent de suivre le lacet de la route qui permet de retrouver rapidement la piste (Photo 3). Cette belle piste est bordée de fanjans, mahots et de pandanus plantés sur le bord, rendant agréable ce début de boucle (Photo 4). Impossible de manquer le sentier situé à droite, débutant par un escalier en rondins au milieu des sabres (Photo 5). On se retrouve très vite dans un bois de goyaviers très touffu où la pente est régulière sur des marches parfois assez hautes. De beaux arbres, dont des bois maigres tortueux, bordent le sentier (Photo 6). Quelques jeunes palmistes poussent sur le bord (Photo 7). On retrouve les sentiers habituels de la région avec terrain glissant et marches qui conservent l'eau en cas de pluie (Photo 8). Le passage semble important sur ce sentier méconnu car il est parfois creusé dans le sol à force de piétinements (Photo 1). On arrive ainsi à la piste forestière qu'on retrouvera en fin de parcours. Le sentier se poursuit, très légèrement sur la gauche et se repère assez facilement. Après quelques goyaviers ou acacias odorants on arrive enfin aux premiers camphriers qu'on longera sur près de 2 km. Le sentier est plus étroit car beaucoup moins fréquenté mais on ne peut pas le perdre des yeux (Photo 10). La forêt est très agréable malgré son envahissement progressif par plusieurs invasives (Photo 11). Quelques têtes de camphriers arrivées au sol depuis le dernier cyclone se contournent facilement par des sentes créées par des randonneurs sur de très courtes distances. Poursuivre vers le nord en longeant de loin la Ravine Jacques Payet. Certains raidillons sont glissants et des passages de ravines nécessitent une attention particulière. On est amené souvent à se maintenir aux branches ou racines ; attention à bien regarder où on met les mains car de nombreux palmiers bardés de milliers d'épines, même sur les feuilles, peuvent occasionner de douloureuses piqûres. La seule difficulté de la boucle se rencontre aux alentours de la traversée de la très étroite ravine Jacques Payet qui est née moins de 200 mètres plus haut (Photo 12). Le sentier est envahi de sabres (Machaerina iridifolia) qui ne représentent aucun danger comme pourrait le laisser supposer leur nom vernaculaire mais ils ont la fâcheuse tendance à pousser très près du sentier, de le boucher en partie et également de garder beaucoup d'eau de pluie ou de rosée (Photo 14). C'est donc les jambes trempées qu'on termine ces 200 mètres dans une belle forêt de bois de couleur qui ne dépasse pas les 5 mètres de haut. On profite, sur une courte durée, d'un panorama sur le Piton Lardé derrière un petit bois de cryptomerias (Photo 15). Plus loin, on atteint un croisement discret. L'instinct pousse à prendre à gauche pour rejoindre à une trentaine de mètres la variante du GR qui arrive de Foc Foc. Comme on connaît trop bien ce large sentier, tenter l'aventure en prenant à droite. Le sentier se met alors à descendre dans la même végétation (Photo 16). Il devient de plus en plus large et de plus en plus facile avec des bois de négresse à foison sur les bords (Photo 17). Il passe tout d'abord près d'une ligne de cryptomerias, puis on retrouve les camphriers laissés un peu plus haut non sans avoir passé de nouvelles ravines sur des rochers moussus et glissants. La forêt est magnifique avec toutes les essences habituelles de ces altitudes (Photo 19). Les goyaviers refont leur apparition et on rencontre un nouveau sentier venant de gauche n'apparaissant sur aucune carte. Poursuivre par la droite et continuer la descente qui se termine à la piste forestière, herbeuse à cet endroit (Photo 20). On voudrait poursuivre tout droit vers Jacques Payet mais les sentiers en face mènent à des propriétés privées même si certaines cases semblent abandonnées. Rien de grave car, en prenant à gauche, on suit la superbe piste qui se termine en large sentier aux alentours de la variante du GR. On arrive au rempart de la Vallée Heureuse pour de magnifiques panoramas sur l'océan (Photo 22). Le reste de la descente, un classique de la région, s'effectue sur un sentier tellement large qu'on croirait une piste (Photo 23). Enfin, le dernier sentier de la boucle, un classique de la région de Basse Vallée, rejoint le village de Jacques Payet par des portions habituelles avec marches (Photo 24), bien dégagées et nettoyées (Photo 25) ou un magnifique tronçon couvert de pelouse du plus bel effet lorsqu'elle est tondue (Photo 26). Il se finit dans quelques cultures et vergers avant de finir au village où attend le véhicule (Photo 28).

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Langevin puis rouler en direction de Vincendo - Prendre à gauche la D37 et rouler jusqu'au village de Jacques Payet - Au village, poursuivre vers la gauche en direction de l'école - Se garer, 100 mètres avant en face du départ du sentier - Débuter sur le sentier proche de la ravine, affluent de la Ravine Bellerive et marcher jusqu'à la petite route forestière - Traverser la route et filer juste en face dans le champ de canne (il est conseillé plutôt de prendre la route à droite pour une petite rallonge de 100 m) - A la fin du champ, tourner à gauche sur la piste et la suivre jusqu'au premier sentier qui part sur la droite par des escalier de rondins - Suivre sans discontinuer ce sentier qui longe la forêt de camphriers - A l'approche de la variante du GR venant de Foc Foc, bifurquer à droite au discret croisement trouvé dans la montée et poursuivre sur ce sentier qui redescend vers Jacques Payet - Longer les cryptomerias, puis les camphriers, puis les goyaviers avant d'arriver sur la piste forestière - Bifurquer à gauche et rejoindre le GRR2 qui redescend vers le Gîte de Basse Vallée - Au croisement, tourner à droite en direction de Jacques Payet et rejoindre le véhicule.


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Michel Re, 12/12/2017 12:23
Randonnée complétée le 30/11/2017

Au départ du sentier le panneau est toujours là, il signale 1 passage piéton mais il n'y a plus l'inscription "attention école". Pas de problème pour la montée mais le début de la descente est bien envahi de sabres, il faut être prudent car on ne voit pas où on pose les pieds.
Superbe forêt et beaucoup d'orchidées en fleur en ce moment.

kaflontan, 16/06/2017 18:07
Randonnée complétée le 14/06/2017 en 2h30

Nous avons effectué cette rando le 14/06/17 l'école et le panneau n'existent plus.Le sentier débute au chemin des genets, juste après le pont. Avant le pont, à l'angle du chemin volcan il existe un panneau de l' ONF qui indique tous les départs de sentiers à cet endroit. Dommage qu'il soit partiellement caché par une borne de récupération de verre.

Randonnée ajoutée le : 01/08/2014