Le point de vue sur Grand Etang depuis la RN3

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Faible
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 3h
Distance 5.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 970 - 765 m
Dénivelé positif 350 m
Dernière mise à jour 19/05/2020

Grand Etang, 450 m plus bas

Voici une manière différente et beaucoup plus sportive de visiter le Grand Etang. Si deux tiers du sentier sont en zone plate, la dernière partie est plus ardue. On devine encore aux alentours de la maison Servaux des traces de cultures ainsi que de grands platanes mais la zone est totalement abandonnée depuis longtemps. C'est désormais le domaine des goyaviers et on croise souvent des habitants de la Plaine des Palmistes avec de grands bidons qu'ils remplissent afin de préparer la délicieuse confiture. Outre le point de vue sur Grand Etang, on bénéficie également de beaux panoramas sur la Plaine des Palmistes et les pentes du Volcan menant au Piton Doré ou Textor et l'Océan vers Saint-André.
Ce sentier, délaissé par les autorités, a été tellement envahi par endroits qu'il est passé de l'état de balade sportive à celui de courte aventure. Certains courageux la pratiquent encore. Pour cela, il est fortement conseillé d'emporter le coupe-coupe pour "causer" un peu avec la vigne marronne.

La randonnée débute en bordure de Nationale 3 où le parking est facile à trouver. Il y a peu de place pour se garer mais également peu de postulants à cette randonnée qui, faute d'entretien, voit ses visiteurs diminuer d'année en année. Désormais, seuls les "aventuriers" se risquent sur ce très court aller-retour. Le début de la sortie s'effectue sur un tronçon de l'ancienne route nationale mais il faut de l'imagination pour s'y voir rouler, même en 4x4 ! Les goyaviers sont déjà en place mais côtoient d'autres espèces qu'ils n'ont pas encore réussi à étouffer (Photo 1). Comme partout dans la région de la Plaine des Palmistes, on passe près de grands platanes qui peuvent présenter de superbes couleurs à ce qu'ils pensent être l'automne à la Réunion (Photo 2). Le sentier, encore praticable grâce aux cueilleurs de goyaviers est parallèle à la route sur 300 mètres avant d'obliquer sur la droite en direction de la Maison Servaux. Passé les ruines de la Maison Servaux, la végétation de densifie, principalement les goyaviers, jusqu'à devenir inextricable (Photo 3). Devant, le Piton Camp de Tête présente une forme caractéristique sans doute à l'origine de son nom de baptême (Photo 4). On suit ce semblant de sentier rocheux ou boueux qui comporte quelques portions difficiles avant de traverser plus loin le lit caillouteux de la Ravine Sèche (Photo 5). Contrairement à beaucoup de ravines de la Réunion, elle donne peu envie de l'explorer alors que c'est une des plus belles de la région. Un simple coup d'œil sur la carte permet d'ailleurs de remarquer des beaux bassins en aval comme en amont. Le fond de la rivière est couvert de galets et les rives invisibles dans une végétation également inextricable. Le sentier redevient plat avant de traverser un affluent de la Ravine Sèche puis on arrive au pied des Mornes de l'Etang en commençant déjà à chercher le sentier (Photo 1). La montée est sérieuse mais assez courte, glissante et boueuse. Les marches sont souvent très hautes et demandent de bon coups de rein ; les mains se révèlent très utiles. La forêt de bois de couleurs est splendide mais n'empêche pas les points de vue en se retournant. On peut ainsi voir jusqu'au Piton des Cabris vers le sud (Photo 7) ou apercevoir des habitations de la Plaine des Palmistes (Photo 8). Plus on monte et plus on distingue la ville entre le Piton Tête de Camp sur la gauche et les derniers contreforts du Morne des Etangs (Photo 9). La vue la plus impressionnante est celle de toute la plaine où l'on distingue très bien la coupure de la Ravine Sèche et l'étroite saignée laissée par le sentier (Photo 10). On atteint ainsi le haut du rempart où l'on peut repérer le col abritant le vieux belvédère (Photo 11). On chemine sur la ligne de crête avant de redescendre un peu dans une magnifique forêt de fougères arborescentes (Photo 12). Elles sont ici si nombreuses qu'on pourrait presque les classer en invasives (Photo 13) ! On passe une ravine et un dernier coup de rein sur un sentier étroit et couvert de racines qu'il faut enjamber permet d'atteindre le sommet et le point de vue sur l'étang (Photo 14). La végétation bouche presque tout le point de vue à peine protégé d'une vieille barrière en bois (Photo 15). En face, on devine les pylônes si difficiles à atteindre mais offrant de tout aussi beaux panoramas. On voit surtout la partie Est de l'étendue d'eau entourée de magnifiques montagnes recouvertes de forêts (Photo 17). Les vues vers le Puy de l'Etang est également agréable avec les fanjans qui dépassent, aussi grands que des palmiers (Photo 18). Du belvédère, on remarque sur la gauche un semblant de sentier qui doit probablement être utilisé par les chasseurs de tangues. Les plus courageux l'emprunteront pour admirer de splendides pieds de branles verts poussant dans d'épaisses couches de mousse, dont certains atteignent plusieurs mètres de circonférence (Photo 22). On peut ainsi suivre la crête sur une bonne longueur et obtenir des vues de l'étang vers l'Ouest qui diffèrent des plus classiques.
L'ONF a confirmé son désir de ne rien entreprendre pour entretenir ce parcours. Il deviendra donc, comme beaucoup d'autres, bientôt impossible à retrouver et sera abandonné si nous ne sommes pas plus nombreux à le visiter. Dommage car c'est une randonnée courte et qui donne un beau panorama sur l'étang et la région de Takamaka.

Balises

Pas de Balises

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.
Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Rejoindre la Plaine des Palmistes qu'on dépasse vers l'est de 2,5 km - Garer le véhicule à gauche, au début de l'ancienne route nationale (voir carte) - Suivre la piste jusqu'à la maison Servaux - Tourner à droite - Traverser la Ravine Sèche et le plateau jusqu'au bas du rempart - Attaquer la pente assez forte par endroits et souvent glissante - Arrivé au sommet des Mornes de l'Etang, il reste encore un talweg à traverser avant de remonter vers le belvédère - Un semblant de sentier continue vers l'ouest en longeant l'à-pic et permet des vues différentes sur l'étang, la vallée de la Rivière des Marsouins et Takamaka mais attention quand même - Le retour s'effectue par le même itinéraire.

Time lapse de Guillaume Lescoute

L'ombre des nuages glisse sur les pitons qui entourent Grand Etang.


Commentaires sur cette randonnée (9)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
@reunionisland, 27/10/2019 21:37
Randonnée complétée le 27/09/2019 en 4h00

Faite le 27 septembre 2019 avec un ami. Sentier fermées rempli par la végétation, difficile de trouver son chemin. La prochaine fois je prendrais la machette. Arrivé au point de vu dans les nuages. On voit pas l’étangs Mais la rando vaut le coup pour s’entrainer.

Martial, 14/08/2018 21:49
Randonnée complétée

Anouchka Goyavier, félicitations pour cette ballade et surtout d'avoir pu arriver jusqu'au point de vue. Je l'ai faite il y à quelques années, à l'époque, il y avait encore en haut une rambarde en bois, et une belle vue sur l'ensemble de l'étang.

Anouchka Goyavier, 14/08/2018 21:10

Rando faite ce jour, 14 août 2018. Le chemin est difficilement praticable. La végétation a pris beaucoup de place, on se prend pas mal de ronces, le sol est souvent glissant, il y a quelques trous et il peut arriver de se tromper de chemin. Il faut regarder un peu partout pour éviter tous les "pièges".
Au sommet, la végétation étant également bien touffue, la vue n'est pas si dégagée que ça.
Conseil : ne pas y aller en short et prendre un tee-shirt manches longues ou autre pour se couvrir les bras, vous éviterez de vous griffer. Prenez également une machette, par exemple, pour dégager le passage.
Evidemment, je déconseille avec des enfants.

HydrUra, 28/06/2018 19:36

Rando tentée le 6 Mai 2018 mais on a rebroussé chemin car trompés de route à un moment crucial et on ne trouvait plus le chemin... Bien lire la description plutôt que de se fier au GPS dans des pentes comme ça! A retenter !

Charlor, 09/05/2018 09:03

Bonjour.
Rando tentée le 8 mai 2018 mais non finie en raison de la végétation bien trop dense apres la rivière. Fakir n'a rien arrangé. Dommage

Michelgps, 12/11/2017 17:21

Bonjour
Parcours difficilement faisable comme dit philippe.
Vraiment dommage plus entretenu

PHILIPPE . R, 10/05/2016 18:52
Randonnée complétée en 3h20

Randonnée effectuée le 10/05/2016 . Confirmation l'ascension est rendue difficile a cause de la végétation , on arrive encore a suivre la trace. En plus du coupe coupe il faut s'armer de courage .

David T, 28/03/2016 19:18

Bonjour, randonnée effectuée le 27/03/2016 au matin, en 5h AR.
Sentier pas trop boueux grâce au beau temps de ces derniers jours, première partie assez facile, mais attention à bien repérer les croisements de chemins et les passages de ravines.
Chemin totalement recouvert par les plantes (dont les vignes maronnes...) dans l'ascension, le coupe-coupe était plus que nécessaire. Entre le premier sommet et le point de vue, on navigue à vue, parfois à l’instinct, parfois des erreurs de parcours.
Bref, faire cette rando le matin, par beau temps, avec carte IGN et conseils randopiton, et se munir de coupe-coupe et d'un pantalon.
Mais allez-y, le point de vue vaut le détour, et ce chemin à besoin de nous et de nos bras !

Compte supprimé, 30/01/2016 12:15

Randonnée ajoutée le : 01/05/2010