La boucle du Grand Cap au Brisant par le Sentier des Laves

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h30
Distance 6.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 138 - 18 m
Dénivelé positif 140 m
Dernière mise à jour 06/03/2020

Ici, les goyaviers sont mûrs en février et mars

Boucle en partie refaite en mars 2020 pour la création de la fiche du Grand Brûlé.

Le sentier des Laves, abandonné depuis de nombreuses années a subi un petit nettoyage en début d'année 2020. Des traces de peinture ont été apposées un peu partout et le sentier a été reconnu. Le nettoyage suffit pour traverser sans se perdre mais on n'est encore loin de la possibilité d'y effectuer un footing. Cette courte boucle aurait de toute façon été encore possible car la portion qui longe la mer en utilisant le sentier des Laves demeurait praticable malgré l'envahissement de quelques plantes ou la multiplication des goyaviers. Elle comporte quatre types de cheminement : Un superbe sentier dans les laves de la coulée de 2002 suivi du vestige du Sentier des Laves avant de remonter par une piste boisée abandonnée et donc envahie. Elle rejoint la route pour pouvoir retrouver le véhicule mais sur une courte distance. La circulation est assez faible sur la RN2 et la verdure qui la borde ou les panoramas sur l'Océan permettent de bien supporter ces deux kilomètres de bitume.
Prévoir, avant de partir, quelques croquettes ou restes de la veille car marcher dans cette zone est l'assurance d'y rencontrer des chiens abandonnés et faméliques qui se jetteront avidement sur cette nourriture inespérée. Honte à ces courageux qui roulent jusque là et partent à toute allure en laissant croire à leur bête que c'était l'heure du pipi !

La randonnée débute à la coulée de 2002 qui s'est mêlée à celle de 2001 avant de filer vers l'océan. Un reliquat de piste tient lieu de parking. On débute immédiatement sur un sentier étroit créé par l'élimination des mousses et lichens par les marcheurs sur les gros gratons qui rejoignent la mer (Photo 2). Ce sont surtout les pêcheurs qui tentent ces descentes plus que les randonneurs. C'est dommage car il y a toujours de l'intérêt de marcher sur ces coulées récentes, ne serait-ce que pour y voir reprendre la vie végétale (Photo 3). Attention de ne pas marcher hors de ce sentier car les gratons qui le bordent sont fragiles, autant que ces lichens gris endémiques qui disparaissent une fois piétinés. Le sentier longe une partie végétale épargnée par les coulées (Photo 5). La descente est facile même s'il faut toujours se méfier du cheminement sur ce type de sol qui est très coupant en cas de chute. Le sentier se transforme en piste, très utile aux soldats du feu en cas d'incendie (Photo 6). La vie s'installe plus ou moins rapidement sur ces coulées. Après le lichen, ce sont les fougères qui précèdent les premiers bois de chapelet. Viennent ensuite les filaos qui verdissent en quelques années une coulée (Photo 7). Une bifurcation discrète indique que les pêcheurs partent dans deux directions pour contourner le bois de filaos. Prendre à gauche pour rallonger un peu la boucle. Le sentier se termine à la mer dont les fortes vagues écrasent le bas des falaises (Photo 8). L'endroit est prisé des pêcheurs comme le montrent hélas les résidus de longs stationnements ! Trouver sur la droite le sentier des laves, désormais reconnaissable à ses innombrables taches rouges. Quelques filaos suivis d'une zone de goyaviers se traversent assez facilement (Photo 10). Sur le côté du sentier, difficile de traverser en raison de la végétation inextricable parmi laquelle on devine parfois un pied de vanille sauvage (Photo 11). Après les goyaviers, on rencontre la coulée qu'on a abandonnée récemment par partir à gauche. Sa traversée est courte et rapide sur un sentier tout aussi bien marqué que les précédents (Photo 12). Puis reviennent les filaos qu'on traverse assez près de l'océan (Photo 13). Ils sont envahis de hautes fougères qui rendent la progression plus lente (Photo 14). Viennent ensuite les inévitables goyaviers qui refont leur apparition, parfois très envahis de toutes sortes de plantes (Photo 15). Il faut parfois se baisser un peu pour passer sous leurs branches ou s'arrêter à la saison pour en déguster les fruits (Photo 16). Un petit écart pour contourner une ravine est totalement envahi de ces plantes mais le sentier reste facile à suivre avant qu'il reparte sur la gauche en direction de la mer (Photo 17). Ne pas manquer, à mi-parcours l'effondrement d'un tunnel de lave qui a créé ça et là de belles grottes ou cavernes plus ou moins profondes ou dangereuses (Photo 18). D'autres, moins importants restent dangereux car une chute peut faire très mal (Photo 19). En suivant scrupuleusement le sentier entre les goyaviers, il y a peu de chance d'en rencontrer (Photo 20). On s'approche une dernière fois de l'océan sans marcher sur le bord de la falaise puis le sentier oblique sur la droite et remonte la pente en direction de la RN2. On atteint une vieille piste qui remplace le sentier. Elle est si envahie qu'elle se confondra bientôt avec lui (Photo 22). Sur la gauche d'une ancienne zone de demi-tour, plus large que la piste, on devine le départ du sentier en direction de la coulée de 2007. Certaines parties, anciennement bétonnées, résistent mieux à l'envahissement (Photo 23). Après quelques virages sur pente douce, on parvient à la route des Laves. Partir sur la droite et prendre garde à la circulation, heureusement faible en ce lieu reculé. On effectue très rapidement et à plat ce tronçon goudronné pour retrouver le véhicule en début de sentier.
Les randonneurs préférant les sentiers larges et bien balisés se contenteront d'effectuer ces trois circuits qui empruntent à quelques variantes près l'itinéraire décrit ci-dessus avec l'assurance de revenir sans griffure.

Balises


Balises sur les arbres

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre à Saint-Philippe puis au Tremblet - Rouler en direction de Sainte-Rose et traverser la coulée de 2007 pour poursuivre jusqu'à la coulée de 2002, 3 km plus loin - Se garer juste après la coulée sur le parking qui est au début d'une piste obstruée - Emprunter la trace qui débute plein sud et marcher jusqu'à une sorte de parking sur un semblant de piste, juste avant une forte descente - Prendre alors à gauche ou à droite un des deux sentiers vers Grand Cap sur un itinéraire plus discret que le précédent - A Grand Cap, tourner à droite et longer le littoral sur 2 km en suivant le Sentier des Laves - Après un virage sur la droite et une petite montée, le sentier se termine à une piste - Emprunter cette piste jusqu'à la route et reprendre à droite pour rejoindre le véhicule par la RN2.


Commentaires sur cette randonnée (2)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Chrisdel, 08/10/2018 17:08
Randonnée complétée


La descente vers l'océan se fait sans aucune difficulté. Le parcours le long du rivage de l'océan est un peu plus compliqué. Le GPS est conseillé. Mais après 2 Kms, impossible de continuer le chemin car il est envahi par les goyaviers. Impossible de trouver un passage du coup nous avons fait demi-tour.

Davidnathalie, 03/08/2017 21:35
Randonnée complétée le 03/08/2017 en 2h20

La nature par endroit a repris ses droits. Superbe.

Randonnée ajoutée le : 01/02/2014