Le Piton des Cabris par la Route Omega et le Sentier Ligne 500

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 13.1 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1723 - 920 m
Dénivelé positif 900 m
Dernière mise à jour 29/05/2020

Pour traverser les anciens champs de thé

Cette nouvelle boucle comporte une partie très facile et une autre très difficile. Il est conseillé aux familles avec enfants de n'effectuer que la première partie, c'est à dire jusqu'à la fin de la RF Oméga.

Le Morne de St-François est un superbe piton verdoyant à la Plaine des Palmistes. On n'y connaît aucun sentier officiel même si quelques sentes braco le parcourent officieusement. Cette montée au Piton des Cabris diffère du trajet habituel venant en général du Chemin Frémicourt. Elle permet de profiter de vues impressionnantes sur le Grand Bras Piton, dont le fond déchiqueté propose de grands bassins profonds et de s'échauffer sur l'agréable Route Forestière Oméga avant d'entamer la montée de 700 mètres jusqu'au sommet du Piton des Cabris. On sera longtemps à l'ombre des cryptomerias puis des bois de couleurs pour effectuer cette montée assez sérieuse même si la région de la Plaine des Palmistes est le plus souvent pluvieuse. Comme toujours sous les grands conifères, les racines glissantes imposent de regarder autant les pieds que le paysage. La piste forestière prend fin au milieu de la forêt. Il faut prendre un sentier débutant dans un lacet pour grimper fortement vers le sentier officiel. La montée assez fatigante prend fin symboliquement au sommet du Piton des Cabris mais rien n’empêche de visiter la forêt ou pousser jusqu'aux gouffres un peu plus loin avant de revenir par le même sentier. Attention : pas de belvédère, pas de point de vue sur la région mais une forêt magnifique qui justifie à elle seule cette difficile montée. Au retour, ne pas reprendre la Route Forestière Oméga mais emprunter l'original sentier Ligne 500 qui traverse d'anciennes cultures de thé et le Grand Bras Piton. Il débute par un sentier botanique ouvert fin 2019 et aménagé par l'association Plaisir Rando 2P. Comme il est accessible en véhicule par la RF Oméga, souhaitons qu'il soit respecté et que les kiosques ne soient pas vandalisés comme c'est souvent le cas.

La randonnée débute au petit cimetière de la Plaine des Palmistes, juste en face de la Cascade Biberon que l'on voit très bien depuis le lieu de stationnement. Partir en direction de Saint-Benoît et marcher 500 mètres avant de tourner à droite au haricot du début de la Rue Dureau. La balade à plat dans cette rue permet de traverser les habitations du Premier Village les Bas. On parvient au pont enjambant le Grand Bras Piton pour une première halte nature (Photo 1). On remarque, vers l'aval comme vers l'amont, des bassins d'eau claire et des portions de petits canyons qui donnent immédiatement envie de descendre pour explorer la ravine. Tout près, le Morne St-François domine les dernières habitations du village (Photo 2). Quitter le pont et entamer une promenade d'échauffement sur l'agréable petite route goudronnée qui file en direction du morne (Photo 3). Le contourner par la droite en traversant prairies et quelques champs (Photo 4). Marcher ainsi jusqu'aux dernières fermes et maisons puis poursuivre sur la véritable piste forestière qui monte doucement vers les flancs du Piton des Cabris (Photo 5). Le sol rouge tranche avec la verdure omniprésente de la région. La piste devient plus terreuse, effectue quelques virages en se rapprochant des premiers cryptomerias. Après une grille en travers de la route sur une petite ravine et une barre métallique en guise de barrière, un grand panneau et des fascines de goyavier attirent le regard sur la droite (Photo 6). L'association Plaisir Rando 2P a créé et entretenu une partie des terrains situés sur la droite. Le Sentier Ligne 500, qu'on empruntera au retour pour rejoindre la Plaine des Palmistes débute ici. Poursuivre sur la piste forestière sous les cryptomerias qui deviennent de plus en plus touffus (Photo 7). La montée faible est très reposante car la piste, assez peu utilisée par les engins, s'est rapidement recouverte d'herbe courte, très agréable sous la semelle (Photo 8). Après une demi-douzaine de longs virages en pleine nature et au calme le plus complet, la piste s'arrête sans avertissement au milieu des conifères. Dans le dernier virage qui propose de belles vues sur le Morne St-François dépassant la cime des arbres (Photo 9), trouver le sentier qui débute dans le fossé. Il est tout d'abord assez discret dans la verdure qui entoure les pieds de cryptomerias, puis il se met à grimper de plus en plus fortement sur des centaines de racines entremêlées (Photo 10). Le terrain est moussu pour de belles photos quand les rares rayons de soleil réussissent à percer la canopée. Les sabres commencent à envahir la ligne de crête discrète entre deux ravines (Photo 11). On parvient à une passerelle en bois qui franchit la Ravine Fortunée, à peine visible dans la végétation (Photo 12). Le sentier file en direction de la fin de la piste venant de la Plaine des Palmistes. Il est possible d'aller jusqu'au parking qui en marque la fin et de récupérer le sentier montant au Piton des Cabris mais un raccourci sur la gauche file pour moins de 30 m sous les conifères, permettant ainsi de gagner 500 mètres (voir carte). On arrive sur le circuit classique reliant la Plaine des Palmistes au Piton de l'Eau en passant par le sommet du Piton des Cabris. Emprunter ce sentier, large à ce moment et encombré des racines de cryptomerias qui ont été plantés ici par centaines (Photo 13). Entamer une montée qui s'accentue de plus en plus par une série de longs lacets où il est facile de glisser ou coincer une semelle dans les racines (Photo 14). A partir de la limite du parc, c'est la véritable ascension qui débute sur racines, très hautes marches, boue, dans une magnifique forêt. Le sentier est souvent bordé de ces haies invasives de califons (Strobilanthes hamiltonianus) qui offrent de belles couleurs mais gardent la rosée et les gouttes de la dernière pluie (Photo 15). Les cannes marronnes, fougères arborescentes et arbres couverts d'épiphytes se rencontrent partout (Photo 16). La pente est parfois très forte et les rares parties plates permettent de souffler un peu. C'est surtout la boue omniprésente qui représente la véritable difficulté de cette montée sportive. On parvient au sommet du Piton des Cabris sans même le remarquer mais le début d'une descente vers le Piton de l'Eau confirme qu'on l'a bien atteint. Comme le sol est plus plat, on peut à loisir contempler la nature avec sa dizaine d'espèces d'arbres, autant de fougères et encore plus d'épiphytes (Photo 17). On peut également profiter d'une étroite et sommaire aire de bivouac installée entre les arbres. Si aucun autre objectif n'a été fixé, ce point haut situé à 1700 m peut représenter une fin symbolique de cette sortie à la Plaine des Palmistes. Faire demi-tour et entamer la descente jusqu'à la Route Oméga. Après la forte montée vers le piton et la descente glissante et boueuse, le retour par la piste bordée de cryptomerias est un plaisir. Au panneau rencontré dans la montée, prendre à gauche la large allée menant à un premier kiosque de très bonne qualité qui offre un excellent point de vue sur la Plaine des Palmistes (Photo 18). Le kiosque, comme son voisin de fin de boucle, est d'une qualité remarquable qui ne peut qu'être appréciée dans ce cadre de verdure et de paix (Photo 19). Le terrain, bien dégagé, laisse apparaître les premières bornes comportant le nom de l'arbre le plus proche. Les noms vernaculaire et latin sont fixés à une pierre plate. Le sentier botanique s'enfonce dans la forêt de goyaviers et de fougères qui a été défrichée spécialement (Photo 20). Vu la prolifération de ces plantes, il faut espérer qu'elles ne repousseront pas trop vite ou que l'association continuera d'obtenir des crédits de fonctionnement (Photo 21). La boucle est courte, la pente faible, les plantes caractéristiques rares hormis de superbes bois de papaye mais cela n'enlève rien à cette excellente initiative. On parvient à un autre kiosque, signe que la boucle est terminée (Photo 22). Partir alors sur cet original sentier Ligne 500 qui descend, bordé de fascines de goyaviers, directement vers les anciennes plantations de thé (Photo 23). Se remémorer la forme des feuilles avant de chercher les arbustes dans la nature (Photo 24). On en remarque des tous petits en bordure qui repoussent dans les friches laissées par les travaux d'embellissement et de très hauts qui n'ont pas été taillés depuis des décennies. On frôle ensuite les inévitables platanes qui sont dans toute la région de la Plaine des Palmistes. Une descente rapide mène à un arbre magnifique ayant épousé la forme du gros rocher qui gênait sa pousse et dont les branches surplombent le Grand Bras Piton. Les racines et les arbres qui entourent l’ancêtre abritent une niche dédiée à une minuscule vierge blanche (Photo 25). La traversée de la ravine s'effectue sans difficulté sur des gros galets (Photo 26). Les curieux remonteront la ravine sur 150 m pour rejoindre le grand bassin en amont. Remonter par un chemin caillouteux passant devant des travaux dans une grotte pour préparer sans doute la venue d'une Vierge ou un St-Expédit puis poursuivre sur un chemin large bordé de fougères (Photo 27). Il franchit une dernière ravine par quelques marches naturelles pierreuses et arrive à la fin de la Rue Raphaël Babet (Photo 28). Partir vers la ville par une courte traversée du village et regagner le cimetière par un nouveau tronçon de moins de 500 m de RN3.

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à la Plaine des Palmistes en venant de Saint Benoît - Stationner au tout début du village, au cimetière situé à droite en face de la Ligne Zéro - Marcher vers Saint-Benoît sur la RN3 et tourner immédiatement à droite sur la Rue Dureau - Rejoindre et franchir le Grand Bras Piton et suivre la presque totalité de la Route Forestière Oméga - 150 m avant la fin de la RF, prendre à droite le sentier qui remonte en direction du Piton des Cabris - Franchir une passerelle sur la Ravine Fortunée puis entamer la longue remontée vers le Piton des Cabris - Faire demi-tour par le même itinéraire jusqu'à la barrière fermant la RF Oméga - Prendre à gauche le Sentier Ligne 500 - Effectuer le tour complet du sentier d'interprétation - Reprendre à droite et rejoindre la Rue Raphaël Babet jusqu'à la RN3 - Partir sur la droite et rejoindre le cimetière.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Christian Léautier, 07/06/2020 18:26
Randonnée complétée le 06/06/2020 en 6h00

D'abord une suggestion: établir 2 fiches distinctes tellement le fossé est grand entre la rando "marmaille" sentier dit du"Morne St François et ligne des 500 " avec le plat de résistance "la montée au piton Cabris" . Et cela pour espérer "rentabiliser" les kiosques et le sentier. Le sentier botanique commence déjà à être bien envahi par la végétation. Notons qu'il n' a de botanique que le nom puisque seulement 3 ou 4 arbres sont dénommés parmi des milliers: ambavilles, change écorce et bois maigre!..oui bien maigre autant dire que je n'ai rien appris. Les kiosques tout beaux tout neufs serviront ils car a) les panneaux qui indiquent ces lieux charmants sont bien loin des lieux civilisés pour attirer l'attention b) si continue à subsister un panneau routier "interdit à tous véhicules" à 1 km des kiosques et s'il faut porter soi même ses marmites de cari! à moins de passer outre c) si en outre randopitons ne crée pas une facile indiquant une rando facile qui pourrait inciter les randonneurs du dimanche à venir y pique niquer. La recherche des théiers est un must; les ravines empruntées pour faire la boucle indiquée sont plutôt sympas (ps: l'oratoire après la première ravine est terminé et dédiée à la Vierge.) Bravo à l'association...mais comme toujours il faudra revenir rapidement pour l'entretien. Après l'apéro, passons au plat de résistance et là c'est du costaud: montée très raide, boueuse et glissante au piton Cabris (pas le mythique Piton Cabri de Mafate!!! bien plus coriace) . Les beaux points de vue s'élargissent en montant au prorata des difficultés car les belles marches et contre-marches d'antan sont cassées, de guingois, brinquebalantes: on voit jusqu'à St Benoit, Piton des Neiges, Mazerin, Roche Ecrite mais ce qui domine c'est la luxuriante et magnifique forêt de couleurs. Le GPS nous dit qu'on est au sommet car dans cet océan de verdure, d'arbres et de troncs moussus rien ne nous avertit du but. Mais mon but à moi était autre: poursuivre 40mn environ, sur un sentier plus en plus "technique" ou "sportif" !! (je me félicite et je m'octroie 3 coeurs pour l'intérêt sportif ) pour aller photographier la ravine St François, alléché par la photo 13 de la fiche "Boucle du Piton Textor-Piton de l'Eau-Plaine des Palmistes". Pas déçu du tout car cette ravine verte, moussue , mais large est d'une rare beauté. Au retour, la descente vers la Plaine des Palmistes est vraiment "casse gueule" ...en particulier sur les racines des cryptomérias ;il faudrait faire ce très beau circuit quand il y a moins de boue (si cela existe ?). On pourrait sinon terminer par le sentier Morne St François et là, ça serait le dessert....mais faudrait il alors en avoir encore envie.....Mais qu'on me comprenne bien j'ai adoré. Tout compris 6h environ. (temps donné par randopitons bien respecté. )

Randonnée ajoutée le : 29/05/2020