34 - Les grottes et cavités des Gorges de la Cesse depuis Fauzan

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 3h
Distance 6.3 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 305 - 185 m
Dénivelé positif 280 m
Dernière mise à jour 25/11/2021

Grottes, gorges, avens, balmes et arches de tous côtés

Située à l'ouest du village médiéval de Minerve, cette portion de la vallée de la Cesse mérite amplement un détour pour en admirer les merveilles. Une bonne partie de la randonnée s'effectue, comme à Minerve le long du Brian, en empruntant les sentiers dans les falaises surplombant la Cesse. Les alpinistes connaissent cet endroit magnifique depuis des décennies. Des spots impressionnants se rencontrent tout au long du parcours tout comme les grimpeurs suspendus aux longues cordes. Mais ce sont surtout les magnifiques grottes qui incitent à effectuer quelques descentes ou remontées un peu vertigineuses. Certaines, comme celles de la Coquille sont fermées au public et ont fait l'objet de fouilles par les archéologues. Pas de regrets cependant tant il y en a d'autres curiosités géologiques. Les arches et ponts naturels côtoient des grottes connues des spéléologues ; des balmes qui ont abrité des hommes préhistoriques ; des avens dignes des gorges de l'Aveyron. La cesse, en eau seulement quelques mois de l'année, mérite également une balade possible pour tous, tout comme la garrigue qui couvre le plateau. Les sentiers y sont nombreux, créés par les marcheurs, chasseurs ou sangliers. Il est difficile de s'y perdre mais on pourrait s'y égarer par manque d'attention. Comme toujours, ne pas se fier au GPS dans le canyon. La seule difficulté réside dans la recherche de l'étroit sentier escarpé qui permet de rejoindre le haut du plateau.

La randonnée débute au grand parking très connu des alpinistes se trouvant à une centaine de mètres de l'ancienne usine de phosphates. On a déjà de belles vues sur la vallée de la Cesse du côté de l'amont (Photo 1). Avant d'entreprendre la descente, trouver le sentier qui se rapproche au plus près du haut des falaises. On profite alors de vertigineux panoramas. On distingue très bien les innombrables grottes sur la falaise d'en face (Photo 2). La région est creusée comme un gruyère et rien que cette vue donne envie de s'y rendre aussitôt. Le sentier de descente est facile à trouver dans une faille calcaire. Il descend assez fortement entre les barres rocheuses par de hautes marches (Photo 3). On rencontre immédiatement les premières grottes et arches de la sortie pour les premiers émerveillements. Le calcaire est sculpté, cassé, percé de toutes parts pour un spectacle assuré (Photo 4). Les dernières marches mènent aux premiers spots d'escalade de la rive droite (Photo 5). Les falaises sont verticales et les voies sont visibles, souvent reconnaissables au nom original qui les caractérise. Longer la falaise vers l'amont jusqu'à la Grotte d'Aldène, fermée par une porte en bois qui s'ouvre facilement. Une fois à l'intérieur, prendre le temps de lire les panneaux explicatifs sur cette longue cavité de 4 km au passé chargé d'histoire et aussi de préhistoire (Photo 6). Une grille empêche de poursuivre la visite afin de préserver les lieux qui seraient certainement souillés par les innombrables passages. Revenir sur ses pas jusqu'au sentier de descente et poursuivre le long de la falaise en cherchant les grottes plus ou moins profondes et comportant ou non des concrétions (Photo 7). Ne pas chercher à poursuivre dans les boyaux au fond des cavités qu'il faut laisser aux professionnels de la spéléo. Repérer un sentier partant en direction de la rivière. La descente est aussi rapide que le première et certains passages sont secourus de longues cordes surtout utiles à la remontée (Photo 8). La Cesse a la particularité de disparaître sur certains tronçons durant plusieurs mois. En fonction de la saison, il est très facile de remonter ou descendre cette rivière même si l'eau y coule. On y trouve ainsi d'agréables petites chutes d'eau. En saison sèche, la balade est facile, voire ludique dans de superbes paysages donnant toujours de belles vues sur les falaises (Photo 9). Après cette incursion facultative, revenir au gué et trouver, 15 mètres en aval, le sentier remontant vers les falaises de la rive gauche. La pente est toujours aussi raide mais le sentier moins marqué que de l'autre côté. On rejoint rapidement les premières falaises de calcaire sculptées par l'érosion (Photo 10). Le sentier, beaucoup utilisé par les grimpeurs, atteint les falaises en quelques minutes d'effort soutenu. Le spectacle est au rendez-vous avec les premières cavités et  les parois sculptées montrant parfois des formes humaines (Photo 11). Avant d'entamer la visite, jeter un œil sur les falaises traversées en début de randonnée, reconnaissables à la grande arche surplombant le sentier (Photo 12). On rejoint très vite le clou de la sortie en partant légèrement vers la gauche. Repérer la balme calcaire, l'échelle rudimentaire et les cordes permettant d'atteindre le palier (Photo 13). La grimpette est courte mais sportive et vertigineuse. On se retrouve au cœur des grottes repérées depuis le parking. C'est un festival de failles, grottes, arches, fenêtres donnant sur la vallée (Photo 14). Une nouvelle corde permet de remonter vers un autre palier et d'arriver au pied de la grande arche repérée au départ (Photo 15). On resterait bien plus longtemps pour profiter de cette nature généreuse mais d'autres cavités attendent. Redescendre, passer sous la balme et son rocher coincé et atteindre facilement une dizaine d'autres grottes plus ou moins profondes (Photo 16). Des hirondelles de rochers ont parfois créé des nids de boue et des chauves-souris pendent au plafond dans les parties sombres et plus profondes. Ne surtout pas les déranger ou les effrayer. Attention en s'approchant du bord de certaines fenêtres donnant sur des vides impressionnants (Photo 17). La balade se poursuit vers l'aval en suivant un sentier large en bordure de falaise, à côtoyer des lieux de grimpe donnant le frisson juste en les regardant (Photo 18). Descendre ainsi jusqu'au panneau interdisant toute installation de nouveau spot de grimpe et faire demi-tour jusqu'à la grotte repérée à la descente (Photo 19). A deux mètres de la double cavité peu profonde, débute un sentier vers le haut de la falaise. Il est étroit et discret mais une fois repéré, on atteint le sommet et le haut du plateau sans grands efforts malgré la pente raide entre deux pans de falaise. Une fois sur le plateau, partir vers le nord à la recherche de nouvelles curiosités plus faciles à approcher par le haut en traversant une garrigue touffue (Photo 20). Plusieurs sentiers sillonnent le plateau. Rester toujours au plus près de la falaise pour repérer de nouvelles arches, des hauts de gouffres visités par le sentier du bas ou une immense grotte plus difficile à atteindre (Photo 21). Cet étroit sentier bordé de plantes piquantes en rejoint un autre, bien marqué sur la carte, permettant une longue boucle à la recherche de dolmens vers le Causse Mégié. Cette fiche prévoit de délaisser ce sentier, de faire demi-tour jusqu'au point de remontée et poursuivre vers le Ruisseau du Bouys. Rester sur le sentier pour le chemin du retour et rejoindre ainsi un grand pierrier sans doute issu de l'effondrement de capitelles, ces cabanes en pierres utiles pour abriter les bergers au début du siècle dernier. Quelques abris coupe-vent subsistent (Photo 22). Rejoindre le ruisseau, le traverser et remonter un peu pour trouver un agréable sentier cheminant entre deux falaises bordant la Cesse. Il est également possible de rejoindre une large piste mais moins typique. Nouvelles curiosités assurées lors de cette traversée avec un passage vertigineux en milieu de falaise sur un goulet étroit et glissant demandant plus d'attention (Photo 23). Le parcours est assez aisé malgré l'absence totale de balisage. Les vues sur la vallée sont magnifiques et servent à mieux se repérer (Photo 24). On parvient assez facilement au sentier officiel descendant vers le Moulin d'Azam. La descente est beaucoup plus facile à suivre puisque le sentier est plus large (Photo 25). On a sous les yeux l'ensemble du parcours déjà effectué depuis le départ. Le gué est facile à franchir même avec de l'eau dans le torrent. Le moulin est abandonné mais assez peu en ruine (Photo 26). Le sentier passe au plus près et grimpe en direction de la falaise en rive droite. On a désormais l'habitude de ces passages au pied des falaises offrant toujours une grotte au premier virage. La pente est faible et la végétation haute procure de l'ombre. On aperçoit dans les trouées les alpinistes accrochés sur les falaises qui donnent le frisson ou l'envie de s'inscrire dans un club de grimpe de la région (Photo 27). La vallée de la Cesse est un des trois principaux lieux de grimpe de la région et connait un grand succès. On rencontre plus haut le sentier pris à l'aller pour descendre vers le gué et la jonction avec le sentier de départ est assez rapide (Photo 28). En fonction de l'heure, c'est le moment de flâner dans les dernière grottes dont une, bien abritée, accueille un lit, un âtre et une table pour donner des envies de bivouac. La jonction avec le parking est assez aisée en raison des mains courantes en fer.

Balises

Aucun balisage

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

En venant de Carcassonne, de Narbonne ou de Béziers, prendre la D5 ou la D610 vers Olonzac - Traverser le village et rejoindre Cesseras puis prendre la direction de Fauzan - Avant d'arriver au village emprunter la piste de la Grotte de la Coquille ou de l'ancienne usine de phosphate - Stationner 100 mètres avant l'usine - Descendre par le sentier des alpinistes au pied des falaises et partir à gauche vers la Grotte de la Coquille - Faire demi-tour puis descendre pour franchir le gué de la Cesse - Remonter ou non la rivière en fonction du niveau d'eau (conseillé) - Remonter en rive gauche et visiter les multiples grottes - Trouver l'étroit passage menant au sommet et poursuivre la recherche des curiosités en partant vers le nord - Revenir sur ses pas, franchir le Ruisseau du Bouys avant de rejoindre le sentier du Moulin d'Azam - Passer le gué et remonter au parking en longeant le sentier des alpinistes en rive droite.

Vues sur les falaises depuis le drone

Film assez court mais qui donne une bonne idée de la vallée, des gorges et des falaises. Une minute suffit parfois pour donner envie.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
jpv97410, 27/11/2021 21:31

Magnifiques paysages et une randonnée sportive malgré tout, bravo aux petits enfants.

Randonnée ajoutée le : 25/11/2021