La forêt primaire du Volcan Sud autour de la Source Mirandon

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 9h
Distance 11.1 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1533 - 598 m
Dénivelé positif 1050 m
Dernière mise à jour 25/03/2018

Cailloux ou racines ? Non, cailloux ET racines

Après une première ascension de la pente vers le gouffre situé en plein cœur de la Forêt Domaniale du Volcan Sud, une météo clémente ne pouvait que favoriser une nouvelle reconnaissance de ce magnifique sentier sauvage vers la Source Mirandon.

En arrivant à la Ravine du Baril, nous avons effectué une longue boucle dans la forêt en testant de nombreuses voies "d'extraction" du palmiste pour s'approcher à 60 mètres de la Source Mirandon. Cette boucle a été volontairement retirée de la trace GPX offerte ci-dessous. Chacun prendra donc ses responsabilités pour s'approcher sans danger de la source.

La ville de Saint-Philippe et les villages environnants ne disposent pas de rivière pérenne pour alimenter la population en eau. Durant des décennies, avant l’installation de forages et de l'usine d'embouteillage du Baril, l'eau provenait de la Source Repiquet ou de la Source Mirandon. Cette dernière, située à 1500 mètres d'altitude, est entourée d'une magnifique forêt primaire que l'on peut facilement, mais sportivement, approcher en empruntant un sentier passant au plus près du gouffre situé, lui, à 1150 m. Une partie de cette ascension est décrite pour la visite du gouffre. Le sentier se poursuit vers le nord en montée constante franchissant plusieurs ravines au fond moussu et glissant. Si le sentier est toujours visible pour les habitués, il ne possède aucune caractéristique du GRR2 tout proche. Le sol est essentiellement constitué de racines, cailloux et quelques zones boueuses lorsque le sentier est plat. La Forêt Domaniale du Volcan Sud est peu envahie de goyaviers. On retrouve quelques touffes de vigne marronne qu'il faudrait surveiller en ce début d'envahissement. On est donc assuré de traverser 5 kilomètres de forêt de bois de couleurs abritant orchidées, fougères, mousses et épiphytes. Ces merveilles de la nature font très vite oublier le sentier étroit. Il est tout de même fortement conseillé de se munir d'un GPS car le terrain, aux alentours des 1500 mètres est plus plat que dans la montée et les repères sont difficiles à prendre car tous les arbres moussus se ressemblent. Après lecture de cette fiche, les randonneurs qui effectueront le parcours seront peut être rares cependant il faut souligner que le sentier est très fréquenté comme le prouvent ces dizaines de palmistes coupés à hauteur d'homme ou ces quelques terriers vidés de leurs occupants au poil piquant. Partir très tôt car même si la distance est courte, la marche est assez lente sur un terrain glissant.

La randonnée débute au parking situé au début du petit village entourant le gîte. Utiliser la route forestière ou son raccourci pour rejoindre le début du sentier des Puys Ramond en marchant à l'ombre des camphriers. Le sentier de Bras Plat, fermé par l'ONF mais encore en état correct, débute au premier mètre du sentier des Puys Ramond. Il suit la courbe de niveau durant 300 mètres avant de faire un angle vers la gauche puis un grand coude vers la droite 100 m plus loin. C'est à ce deuxième coude qu'il faut poursuivre sur le sentier bien marqué qui file plein nord (Photo 1). A partir de là, les explications seraient presque inutiles car il suffit de suivre ce sentier qui grimpe constamment et effectue des dizaines de petits crochets dans tous les sens pour éviter de gros arbres ou de petites ravines rocheuses. Le sentier est bien marqué jusqu'à la traversée de la Ravine Pérote. Comme toutes les autres ravines qu'il faudra traverser jusqu'au sommet, la recherche du sentier s'effectuera toujours en amont, en rive gauche, après avoir remonté les roches glissantes. La remontée de la Ravine Pérote  sur une quarantaine de mètres est la plus longue (Photo 6). les autres s'effectueront sur une vingtaine de mètres seulement. Cette information est importante car, après avoir marché parfois dangereusement au fond des ravines glissantes, si le départ du sentier n'a pas été repéré, il ne faut pas poursuivre vers l'amont mais redescendre pour enfin trouver ce passage salutaire. Après la Ravine Pérote, le sentier devient plus difficile à suivre mais ne peut tout de même pas se perdre des yeux (Photo 10). Il est plus plat et rejoint un fond de ravine qu'il faudra longer ou emprunter (Photo 8) pour parvenir au pied de la courte pente qui entoure une partie du gouffre. Le sentier se poursuit en contournant le profond effondrement (Photo 9). PRUDENCE pour s'en approcher, obligatoirement en hors sentier. La meilleure manière d'en voir le fond est d'employer la ravine située au nord-est, presque après avoir contourné le trou. La descente est délicate mais la vue impressionnante. Curieusement, les palmistes qui recouvrent un partie des remparts sont intacts et peuvent vivre paisiblement sans craindre les braconniers. Ne pas perdre de temps car la montée, courte en distance, est longue en temps de marche. Le sentier se poursuit dans une forêt de plus en plus moussue et humide. Les points de vue, depuis le départ, sont totalement inexistants. On ne vient pas ici pour les panoramas mais pour admirer une forêt intacte ou presque car on ne compte plus les troncs de palmistes coupés (Photo 19) malgré les longues épines qui sont censées les protéger des prédateurs (Photo 23). On contourne le petit piton boisé qui domine le gouffre et la montée régulière n'est que rarement entrecoupée par de petites ravines. Les pimpins, les sabres, les fougères et fanjans se multiplient. Les zoizos la vierge, zoisos blancs et tec tec viennent jusqu'à 50 cm pour étudier de plus près ces curieux personnages à deux pattes qu'ils sont peu habitués à rencontrer. Les premiers tamarins des Hauts font leur apparition. Couchés ou debout, ils sont parfois impressionnants par leurs énormes troncs recouverts de mousses et autres épiphytes. Il forment souvent des ponts naturels qui obligent à se baisser un peu (Photo 25). On passe près d'une petite arche naturelle (Photo 11) sur un affluent de la Ravine du Baril qu'on remonte de 15 mètres avant de pénétrer à nouveau dans les sous-bois (Photo 12). Plus loin, d'autres ravines proposent de petites cascades des dernières pluies. Plus on monte et moins le sentier semble se rapprocher de la Source Mirandon en restant parallèle à la Ravine du Baril. A 1500 m d'altitude, il tourne enfin vers la droite et y restera plus ou moins pour enfin rejoindre la Ravine du Baril. Il faut plus de 4 heures pour atteindre la Ravine (Photo 27). A partir de ce point, le sentier reste visible mais difficile à suivre car de multiples sentes sauvages partent dans tous les sens. Il est très fréquent d'en emprunter une en croyant être sur le sentier principal et l'on se retrouve nez à nez avec des troncs de palmistes coupés et une végétation inextricable à quelques mètres. Cette partie, avec visite ou non à la Source Mirandon est plutôt à réserver aux aventuriers ne craignant ni les griffures ni les piqûres de palmistes. Le GPS devient obligatoire car l'absence de pente enlève beaucoup de logique au cheminement.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Pique-nique  Tables à pique-nique, en partenariat avec Carte de La Réunion.

Itinéraire

Se rendre à Basse Vallée, entre Saint-Joseph et Saint-Philippe - Tourner à l'église en direction du Gîte de Basse Vallée - Rouler jusqu'au gîte et stationner sur le parking à l'entrée du hameau - Débuter la randonnée par la RF des Camphriers et utiliser le raccourci pour rejoindre le deuxième lacet - Poursuivre jusqu'aux kiosques au début du sentier des Puys Ramond - Emprunter le sentier de Bras Plat et marcher 400 mètres avant de poursuivre vers le nord à la bifurcation - Suivre la trace jusqu'au gouffre puis jusqu'à la forêt primaire proche de la Source Mirandon avant de faire demi-tour par le même itinéraire.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
jpv97410, 24/03/2018 18:00
Randonnée complétée le 22/03/2018 en 9h00

Fait le 22 mars avec Jean-Paul, randonnée sportive et comme le spécifie JPG partir très tôt le matin car ce n'est pas la vitesse du TGV sur ce sentier. Magnifique forêt souillée par endroit à cause des braconniers.

Randonnée ajoutée le : 24/03/2018