Maurice - La montée aux Deux Mamelles à La Laura

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Moyen
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h30
Distance 3.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 642 - 463 m
Dénivelé positif 260 m
Dernière mise à jour 27/10/2017

Deux itinéraires possibles en fonction de l'humeur

Si les trois mamelles ressemblent à tous les pitons de l'île Maurice avec ses premières pentes couvertes de végétation et le sommet rocheux et difficile d'accès, les Deux Mamelles, de par leur forme plus subjective a mérité son nom. Les deux pics qui dominent les champs de canne à sucre s'escaladent mais sont de difficultés très différentes. Celui de droite comporte un sentier pas entretenu mais accessible à beaucoup tandis que celui de gauche est réservé aux habitués des sentiers plus difficiles à suivre. Aucun sentier ne relie les deux sommets ce qui implique de redescendre dans les cannes avant une ascension de l'autre versant pour se rendre au sommet de la mamelle. Dans les deux cas, l'ascension, qui s'apparente quand même à de la randonnée, est très sportive, surtout les derniers centaines de mètres. Là aussi, comme pour tous les pitons de l'île, les panoramas ne se décrivent pas mais se méritent.

Randonnée pour beaucoup de monde : Le circuit débute par une piste plate qui longe la canne à sucre. Devant, le massif de Pieter Both est impressionnant avec son rocher qui domine le piton le plus à droite. On parvient rapidement à un ouvrage en pierre sur la gauche où coule de l'eau claire irriguant du cresson (Photo 2). Plus loin, la piste passe sur le pont d'une ravine où l'on peut admirer des pieds de taro de plus de trois mètres de haut (Photo 3). Comme partout, les angles des champs sont marqués par de gros cailloux comportant l'immatriculation des parcelles peintes sur des plaques de peinture rouge. Prendre à droite et longer un bois de cryptomerias avant d'arriver à une discrète ravine entourée de canaux bétonnés de recueil des eaux. Prendre à droite avant de remonter puis à nouveau à droite en direction de la lisière d'un bois de poivriers et du sentier qui part à droite au pied de la mamelle. Comme il y a de nombreuses pistes dans les champs de canne, se munir de la trace GPS ou de la carte imprimée afin de regagner cette lisière sans trop d'hésitations. Le sentier part sur la gauche et longe également ce bois touffu (Photo 4). Il est un peu envahi de végétation mais se suit sans problème car il y a tout de même assez de visites à ce piton pointu. On parvient sans effort à d'anciennes murettes et à un escalier menant à un col qui s'envahit doucement de longoses. Un sentier traverse les longoses et plonge dans la vallée. Profiter, à cet endroit, de la vue sur les deux pitons rocheux pour évaluer l'effort qu'il faudra pour atteindre le sommet (Photo 5). Délaisser le sentier qui descend pour entamer la montée sur celui qui débute entre deux grands vacoas (pandanus : Photo 7). Le sol est constitué de cailloux d'un grand pierrier couvert de goyaviers (Photo 8). Après un léger replat offrant déjà de beaux panoramas sur la campagne environnante, la véritable montée débute (Photo 9). Le sentier est moins pierreux, plus terreux et étroit en raison de milliers de goyaviers qui cherchent à l'envahir (Photo 10). Ils sont pourtant très utiles pour se cramponner lors de la montée et se freiner à la descente. La très forte pente se termine au sommet après avoir traversé une dizaine de mètres herbeux et sans autre végétation (Photo 13). Quelques gros rochers occupent le sommet d'où l'on bénéficie de belles vues sur les environs et principalement sur le rocher de Pieter Both (Photo 15). Faire attention à la descente abrupte jusqu'aux murettes et l'escalier pour rejoindre les pistes prises à l'aller dans les cannes. La balade est suffisante pour dire qu'on a escaladé une mamelle.

Randonnée pour peu de monde : Les amateurs de sentiers un peu aventureux ne résisteront pas à une autre grimpette pour atteindre le sommet de la deuxième mamelle. Pour cela, rejoindre le premier pont aux immenses taros. Poursuivre sur la piste qui remonte vers des pins en longeant le bois de cryptomerias. Ne pas manquer, entre les pins et les cryptomerias, le sentier qui débute dans les longoses et pourra être un jour difficile à discerner (Photo 17). Il est beaucoup plus envahi que celui de la première mamelle mais on passe tout de même sans encombre (Photo 18). Plus haut, le sentier devenu plus discret coupe une ancienne ligne domaniale ressemblant à un minuscule sentier. Traverser et trouver, en face, le sentier qui débute dans les goyaviers. De la ligne domaniale jusqu'au sommet il restera étroit et extrêmement pentu (Photo 20). L'exercice de montée et de descente est aussi fatigant pour les bras que pour les jambes. Le sentier est rectiligne et monte sans discontinuer à travers les goyaviers. Pas un lacet ne permet de se reposer. On parvient, les jambes et les bras en feu, au sommet battu par les vents (Photo 24). Le sommet, constitué d'un rocher pointu est plus dangereux (Photo 27). Cet aller-retour très sportif s'effectue en une heure et l'on a le plaisir d'avoir gravi les Deux Mamelles.

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Les Deux Mamelles sont très proches de la voie rapide M3 qui relie Port louis à Quatre Bornes par l'Est – Quand on les aperçoit, sortir au rond-point le plus proche et prendre la B49, la route qui relie Beau Bois et Ripailles – Se garer en début de piste fermée de gros rochers dès que l'on est au plus proche des deux pics – Suivre les pistes dans les cannes puis les sentiers pour atteindre les sommets par deux randonnées distinctes avant de revenir à la route.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
jpv97410, 19/10/2017 18:38
Randonnée complétée le 08/10/2017 en 3h30

La durée est indiquée pour les AR des deux pitons. Comme toujours à l'île Maurice les paysages sont somptueux et les pentes rudes.

Randonnée ajoutée le : 19/10/2017