66 - Les Gorges de Galamus par la boucle du Pech d'Auroux

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 13.2 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 929 - 271 m
Dénivelé positif 750 m
Dernière mise à jour 01/11/2021

Balade sous les arbousiers

Les Gorges de Galamus sont très courtes mais impressionnantes. C'est le paradis des canyonistes qui s'en donnent à cœur joie dans les nombreux bassins que l'on peut admirer depuis la route étroite qui les domine d'une centaine de mètres par endroits. La route étroite ne permet pas à tous les véhicules de passer aussi la visite des gorges par la D7 est un vrai plaisir même si certains tronçons peuvent être très vertigineux. De nombreux touristes occupent le parking situé en amont des gorges avant de se rendre à l'Ermitage Saint-Antoine de Galamus par une très courte balade (voir ci-dessous). La région montagneuse qui entoure les gorges mérite également d'être connue et cette boucle assez courte permet de s'en faire une très bonne idée. Les points de vue permettent d'exceptionnels panoramas souvent à 360°, paysages que l'on pourra atteindre par d'agréables tronçons de sentiers bordés d'arbousiers et de chênes verts. Les deux seules difficultés de la boucle se situent à la montée au Pech d'Auroux par une pente assez forte et la vertigineuse descente vers les gorges à partir du Col Das Souls. Une fois sur la D7, de multiples sentiers, parfois abrupts, atteignent le ruisseau de l'Agly mais leur accès est strictement encadré. Il faudra donc s'inscrire pour une journée canyon si l'on veut suivre le cours d'eau dans d'exceptionnels paysages. Il est conseillé d'effectuer la boucle dans le sens proposé afin d'être dans les gorges en milieu de journée au moment où le soleil éclaire le bas de l'étroite vallée.

La randonnée débute au premier parking des gorges en venant de Saint-Paul de Fenouillet. Point de départ vers l'ermitage, le parking est vaste et comporte plusieurs panneaux pédagogiques. On aperçoit l'ermitage dans l'ombre ; il sera ensoleillé cinq heures plus tard en empruntant le sentier dans l'autre sens. Partir vers Saint-Paul en longeant la route et les gorges sur la droite bordées de hautes roches calcaires (Photo 1). Guetter le sentier partant vers la droite après l'oratoire. Il est assez caillouteux par endroits, étroit mais sans danger. Il s'élargit un peu plus loin au milieu des chênes et de plus en plus d'arbousiers (Photo 2). Délaisser le sentier partant à droite vers la passerelle sur l'Agly, emportée par des crues et terminer la descente à la petite route étroite de Borde Masse. Bifurquer immédiatement à gauche, emprunter la piste DFCI n° 23 bis qui grimpe assez fortement au départ vers un col d'où l'on bénéficie des premiers panoramas sur la région partiellement couverte de vignes (Photo 3). Cette piste agréable chemine entre garrigues, champs et vignes abandonnés ou anciennes cabanes tombant lentement en ruine (Photo 4). Rejoindre par un petit sentier entre deux vignes la D7 qu'on traverse pour récupérer, juste en face, une nouvelle piste prenant la direction du Col de Corbasse. La première partie est facile sur piste qui se transforme assez vite en sentier longeant un ruisseau profond sur la gauche dans une végétation touffue de genévriers, petits chênes verts et buis dévorés par les chenilles (Photo 5). La pente s'intensifie le long d'une combe sans jamais devenir raide. Quelques lacets à l'approche du col sont encore bordés d'arbousiers (Photo 6). Il se couvre ensuite, petit à petit, de pierres et de cailloux qui roulent sous le pied (Photo 7). La fin de la pente s'effectue entre de gros rochers calcaires et magnifiques chênes sur un sol fouillé par les groins de sangliers (Photo 8). La pente cesse et le bruit des cloches couvre tous les autres en arrivant dans les prairies du Pla de Brézou. Le troupeau sans chien ni gardien occupe la zone dénudée à près de 700 m d'altitude (Photo 9). Sur la gauche, domine le sommet rocheux du Pech d'Auroux qu'on atteindra dans moins de trente minutes (Photo 10). Couper à travers les pâturages ou rejoindre le croisement de plusieurs sentiers à la fin des prairies. Bifurquer à gauche et prendre les rochers blancs du pech comme point de mire en foulant un très agréable sentier (Photo 11). Marcher jusqu'à la zone de feuillus aux couleurs de l'automne et entamer la rude montée. Les paysages et panoramas s'agrandissent au fur et à mesure de la grimpette (Photo 12). On chemine tout d'abord sous le couvert des chênes très présents sur la pente (Photo 13). A l'approche du sommet, la végétation diminue, allant jusqu'à disparaître par endroit et certaines portions nécessitent les mains pour franchir la rude pente (Photo 14). Bien suivre le balisage régulièrement espacé sur les roches blanches pour trouver la meilleure voie sur les parties abruptes (Photo 15). Gare à la chute sur les rochers ! Effectuer des haltes pour admirer les panoramas en direction du Château de Peyrepertuse qu'on devine à l'horizon, du Roc des Sagnes qui culmine à 848m ou la ferme isolée de la Gigude (Photo 16). Le sentier oblique légèrement sur la gauche mais il est possible de grimper au sommet ou de suivre la crête pour de nouvelles vues magnifiques dans toutes les directions (Photo 17). Une fois sur le sentier, la sortie devient une balade entre buis déplumés et chênes rabougris sur le sentier étroit du tour des Fenouillèdes, presque plat (Photo 18). Il entame ensuite une descente d'où l'on bénéficie de nombreuses vues sur le Pech de Bugarach qui se détache de l'horizon (Photo 19). La végétation s'épaissit à nouveau dans la descente et le sentier sillonne entre les chênes qui créent une ombre agréable (Photo 20). Laisser le tour des Fenouillèdes et marcher en direction du Col das Souls qu'on passerait sans le remarquer si un panneau n'en indiquait l'emplacement. La partie la plus difficile de la boucle approche à partir du premier croisement après le col. Un panneau indique que la descente est très rapide. Elle débute normalement en suivant un petit ruisseau dans le bois. Puis elle devient de plus un plus raide et les mains sont indispensables pour éviter les chutes en s'agrippant aux arbres. Il faut à tout moment éviter ou enjamber racines et grosses pierres et les faux pas sont fréquents (Photo 21). L'arrivée à d'imposants pierriers calcaires annonce la fin de la descente. On devine déjà les imposantes falaises des gorges qu'on descendra en direction du parking (Photo 22). Le sentier débouche enfin sur la D7. L'Agly coule à quelques mètres et l'on peut rejoindre les berges sans effort ni danger même si des panneaux en interdisent l'accès. La rivière, à cet endroit, est calme et agréable entre les premières falaises imposantes (Photo 23). Les autres sentiers rencontrés dans la descente comportent les mêmes interdictions qu'il faut respecter car les passages sont dangereux et abrupts. Suivre la route en se régalant à tout moment des vues sur les falaises ou les bassins qui s'éloignent de plus en plus du regard (Photo 24). Prendre garde en marchant sur la route, non des véhicules très rares, mais des dangers d'une chute dus à la faible hauteur des parapets (Photo 25). On peut s'arrêter à tout moment pour regarder vers le fond du canyon qui se rétrécit continuellement. En arrivant au parking, repérer le départ du parcours de l'ermitage vers la droite. La descente jusqu'au bâtiment s'effectue sur passerelle, escaliers et tunnel creusé dans le calcaire (Photo 26). L'endroit est minuscule comme la plupart des ermitages isolés en montagne. Les rares bâtiments, surmontés d'un grand platane, dominent les gorges de manière assez vertigineuse (Photo 27). Traverser la cour occupée par les souvenirs, visiter la grotte attenante et poursuivre en direction du parking du départ par une série de lacets bien aménagés et très fréquentés. La montée se finit au parking d'où l'on profite une dernière fois des vues sur le canyon et sur l'ermitage repérable à son platane (Photo 28).

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

En venant de Carcassonne ou de Perpignan, rouler jusqu'à Saint-Paul de Fenouillet - Emprunter la D7 vers le nord et les Gorges de Galamus - Stationner au premier parking en aval des gorges, point de départ vers l'ermitage - Débuter la marche en direction de Saint-Paul puis bifurquer sur le premier sentier - Rejoindre Las Ribes, couper la D7 et poursuivre par pistes et sentiers vers le Col de Corbasse - Continuer en direction du Pla de Brézou - Bifurquer à gauche, escalader les flancs du Pech d'Auroux puis poursuivre par le Tour des Fenouillèdes - Laisser plus loin ce dernier pour rejoindre le Col Das Souls - Emprunter à gauche la vertigineuse descente vers la route des gorges - Visiter les gorges en descendant vers le parking du départ - Au premier parking, prendre à droite les escaliers de l'Ermitage St-Antoine de Galamus - Visiter la grotte et l'ermitage puis remonter au point de départ.

L'Ermitage Saint-Antoine de Galamus

Le minuscule bâtiment dominant les gorges de Galamus a été construit par plusieurs ermites venus s'isoler tour à tour depuis le XIVème siècle. Les ermites habitèrent tout d'abord la grotte qui fut transformée en église en 1910 par le curé de Saint-Paul de Fenouillet. On y trouve une cavité abritant de grandes sculptures et un bassin alimenté par une source, des bâtiments occupés par une boutique, une cloche, une chapelle et de magnifiques vues sur les gorges à partir des fenêtres du mur d'enceinte. La plupart des visites débutent au parking aval et s'effectuent par le sentier historique, seul manière de rejoindre l'ermitage avant le creusement du tunnel.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
jpv97410, 31/10/2021 22:20

Magnifique, à faire l'année prochaine.

Randonnée ajoutée le : 28/10/2021