Les tortues du Canyon Tiyel et les grottes de l'Anse Quittor

Difficulté
Très facile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h
Distance 7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse -
Dénivelé positif -
Dernière mise à jour 02/11/2017

Visite à la tortue des grottes


Cette randonnée est très courte et évite de prendre un véhicule pour se garer à l'entrée de la Réserve François Légat. On peut ainsi visiter une zone assez sèche en ne marchant que 3 kilomètres. Cette visite peut même s'envisager un jour de départ en après-midi en se rendant à l'aéroport 4 heures avant l'heure de convocation.

La randonnée est sans grand intérêt mais les visites valent la peine de prendre son temps. On visite tour à tour une zone de reboisement en espèces endémiques, une réserve de tortues et des grottes, phénomène assez rare dans cet hémisphère. La plantation, lorsqu'elle sera terminée comportera 150 000 pieds de plantes endémiques ou indigènes chargées de repeupler toute la zone de l'Anse Quitor. Le parc à tortue n'a pas réussi à réintroduire la tortue originelle qui a totalement disparu. En revanche, 3 espèces proches se retrouvent lors de la visite : la géante d’Aldabra (Dipsochelys elephantina), la tortue araignée de Madagascar (Pyxis Arachnoides oblonga) et la tortue étoilée du sud de Madagascar (Astrochelys radiata). On visite d'abord les pouponnières et plus loin la vallée qui abrite les adultes qui vivent ici en liberté dans le Canyon Tiyel qui n'est qu'un effondrement du toit des grottes qui se trouvaient il y a quelques siècles. La grotte Tamarin se visite sur une distance de 600 mètres. On rencontre comme toujours les concrétions de ces cavités calcaires façonnées par les eaux d'infiltration. Rien à voir avec la Dordogne ou l'Ardèche mais le détour vaut la peine, ne serait-ce que pour être au frais durant une petite heure. L'île étant d'origine volcanique, il n'y a pas de calcaire naturel. Ces grottes ont issues d'amoncèlements tassés de sables riches en débris de coquillages et perforés plus tard par les eaux plus acides.

Particularités

Balises

Profil

Aucun profil n'est disponible pour cette randonnée

Carte

Plan de l'itinéraire

Aucune trace n'est disponible pour le moment

Itinéraire

Se rendre l'aéroport de Rodrigues et se garer moins de 50 mètres après le virage de l'entrée au parking de l'aéroport (ou sur le parking de l'aéroport) - Prendre à gauche la piste qui débute en face d'un rond-point et se diriger vers la rivière - Laisser sur la gauche le pont qui enjambe la rivière et poursuivre jusqu'au gué pour la franchir - Poursuivre sur 200 mètres sur la piste et prendre immédiatement à gauche pour rejoindre l'entrée du complexe - Traverser les nouvelles plantations puis visiter la vallée des tortues puis les grottes ouvertes avant de faire demi-tour par le même itinéraire.


Commentaires

Les commentaires sont désactivés pour cette randonnée.

Randonnée ajoutée le : 09/08/2016