Maurice : La montée au Piton Savanne depuis la B102

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h30
Distance 6.3 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 715 - 482 m
Dénivelé positif 280 m
Dernière mise à jour 01/11/2017

Attention, interdit en période de chasse

Effectuée par temps maussade, cette randonnée s'est avérée cependant magnifique, ce qui doit encourager à l'effectuer par beau temps car les paysages traversés ainsi que les panoramas observés sont très agréables. Une occasion de traverser une zone couverte de centaines d'arbres du voyageur poussant en touffes réparties sur les flancs des collines. Les derniers hectomètres, comme souvent à Maurice, sont très sportifs mais récompensés par des panoramas de cartes postales. La randonnée s'effectue en deux étapes : une longue et large piste suivie du très beau sentier du Piton Savanne. Comme souvent, les sentiers se poursuivent à partir du sommet mais sont plus étroits car moins fréquentés. Moins connue que les circuits habituels du Parc National de la Rivière Noire, cette balade en aller-retour mérite le déplacement malgré la portion de piste. Attention, la sortie débute sur une piste comportant, en bord de route, un portail souvent ouvert ; un randonneur peint sur une pierre plate confirme la justesse de l'itinéraire. Lorsque ce portail est fermé, surtout en période de chasse au cerf, remettre à plus tard et partir en face vers le Piton Cocotte par exemple ou effectuer une descente vers la Cascade Alexandra.

La randonnée débute à ce portail ouvert, comportant des gonds un peu délabrés laissant à penser qu'on le ferme rarement (Photo 2). La piste empierrée passe près d'une modeste case sur la gauche avant d'en rencontrer une autre sur la droite 400 mètres plus loin. La piste est large et suit un grillage entourant des bois divers. Des pièges sont régulièrement installés (Photo 5), vraisemblablement pour capturer les pigeons des mares (Photo 4). On frôle un autre grillage qui protège une haute antenne relais. La piste est agréable car recouverte d'herbe (Photo 6). Elle effectue quelques virages toujours en descente en offrant parfois des points de vue sur les environs recouverts de forêts. Lors d'un virage vers la gauche, on remarque en face un sentier de latérite en forte montée (Photo 8). Il faut alors poursuivre même s'il n'y a aucune indication. Après une montée très glissante par temps humide (Photo 9), le sentier présente une succession de montées et descentes. Il est bordé de goyaviers, de quelques bois de couleurs (Photo 10) mais surtout de plus en plus de touffes de ravenales (arbre du voyageur, Photo 11). On commence à apercevoir le Piton Savanne et remarquer l'aspect pointu de son sommet (Photo 12). Le sentier monte de plus en plus, toujours dans les goyaviers, ravenales et beaux palmiers (Photo 13). Les cailloux remplacent le sol terreux ou herbeux (Photo 18). L'ascension continue, les rochers se mêlent aux cailloux glissants (Photo 19), le sentier effectue un coude vers la gauche pour un dernier effort jusqu'au sommet (Photo 20) sur lequel on trouve une haute borne vieillissante (Photo 21). Les panoramas sur le sud de l'île valent à eux seuls la sortie (même s'il pleut !). Les feuillages colorés des forêts entourant le sommet indiquent que plusieurs espèces différentes ont été plantées à travers les bois de couleurs originels. Remarquer les deux sentiers se poursuivant vers d'autres pitons, l'un depuis le sommet (Photo 25), l'autre avant la dernière montée. Le retour s'effectue par le même itinéraire en étant prudent lors des premières descentes.

Particularités

Balises

Pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Rouler vers le Sud et le Morne Brabant et après avoir dépassé Tamarin, bifurquer à gauche à Grande Case Noyale vers Chamarel – Remonter jusqu'au croisement avec la B102 en direction de Grand Bassin – Tourner à droite et rouler vers Chamouny durant 1300 m jusqu'au départ de la piste à gauche, reconnaissable à son portail et au parking sommaire près de la route – Suivre la piste jusqu'à une bifurcation à droite (piste et sentier) et rejoindre le sommet par quelques fortes montées – Faire demi-tour par le même itinéraire.
On peut également rejoindre le sentier en empruntant la B102 depuis Chamouny ou depuis Quatre Bornes.


Commentaire sur cette randonnée (1)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
jpv97410, 01/11/2017 20:09
Randonnée complétée le 10/10/2017 en 2h30

A faire sans hésitation par beau temps si possible.

Randonnée ajoutée le : 29/10/2017