La Côte Est de Port Maturin à Port-Sud-Est

Difficulté
Moyen
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h
Distance 22.7 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 40 - 0 m
Dénivelé positif 120 m
Dernière mise à jour 02/01/2021

Des criques paradisiaques

Rodrigues est une très petite île qui peut se visiter entièrement en randonnant. Des chemins et sentiers parcourent toute l'île car les habitants n'ont souvent que ce seul mode de locomotion. On peut donc marcher dans l'intérieur du pays ou longer toute la côte pour en effectuer le tour presque complet. La randonnée ci-dessous présente le plus belle partie de ce tour de l'île par une randonnée un peu longue mais sans difficulté par absence de montées. On longe constamment l'immense et très peu profond lagon de Rodrigues (240 km²) où vaquent constamment des pêcheurs ou les femmes à la recherche des zourites (poulpes) qu'elles capturent à l'aide de harpons ou à la main. On rencontre un peu partout ces céphalopodes séchant au soleil, enfilés dans des baguettes en bois. Mais ce sont surtout les microscopiques et paradisiaques plages de sable blanc, entourées de rochers érodés qui laissent les meilleurs souvenirs. Cette randonnée est un peu longue mais sans grandes difficultés. A la fin, il faut évidemment prendre le bus pour retourner à Port Mathurin mais le voyage vaut largement ce retour original.

La randonnée débute dans le seul port et capitale de l'île : Port Mathurin, qui semble être plus un bourg qu'une ville. Passer par le marché pour acheter quelques fruits à déguster dans une crique plus tard. Suivre la route plutôt que la côte pour rejoindre Grand Baie car l'urbanisation aux alentours de l'Anse aux Anglais n'est pas extraordinaire au départ. Le lagon, déjà large, suivra les marcheurs jusqu'au point d'arrivée. Difficile d'éviter les séchoirs à poulpes souvent installés en bord de mer (Photo 1). Passer entre le terrain de sport et la mer. On parvient à une aire de pique-nique proche de l'estuaire de la très courte ravine Sygangue au fond ensablé (Photo 2). Poursuivre par la route assez peu fréquentée en bord de mer où il est fréquent de croiser des bovins partant à la pâture (Photo 3). Poursuivre sur cette route ou préférer la plage qu'on rejoint par des escaliers bétonnés. On passe deux petites anses avant de reprendre un peu de route jusqu'à un rond-point. Avant de descendre, jeter un œil sur la côte qu'on va longer durant plusieurs heures (Photo 4). La descente est assez raide pour se rapprocher de la longue plage du Baladirou. Repérer les femmes qui chassent les zourites dans le lagon. Il y en a partout dès le lever du jour pour chercher les céphalopodes sous les coraux (Photo 5). La progression est aisée même lorsqu'on se retrouve face à des grosses roches tombées des falaises (Photo 6). Le cheminement est instinctif. Il est aussi possible de trouver le sentier qui longe la plage aux Vaches. Il est couvert d'herbe rasée par les bovins et bordé d'arbres qui peuvent procurer de l'ombre mais surtout des blessures dues aux épines si on s'en approche de trop près (Photo 7). Une source, un peu plus loin, alimente un abreuvoir creusé à même la roche. On retrouve des falaises, des roches un peu partout et des plages où sont échouées les barques de pêcheurs (Photo 8). Il n'y a pas que du côté de la mer que les paysages sont beaux. Profiter des hautes collines sur la droite (Photo 9) ou des vastes prairies verdoyantes où quelques vaches broutent calmement (Photo 10). Si les falaises très hautes ne peuvent se contourner par la plage, suivre le sentier ou les pistes qui éloignent un peu de l'eau qu'on retrouve très vite (Photo 11). On voit très bien l'océan et le lagon depuis ce sentier situé en hauteur parsemé de roches posées au sol (Photo 12). On remarque depuis là-haut qu'on pourrait facilement suivre le lagon au plus près (Photo 13). Le sentier redescend vers la Pointe Coton et l'on repère de loin les infrastructures hôtelières (Photo 14). On comprend pourquoi les touristes sont attirés par l'eau claire et la plage de sable blanc (Photo 15). Après avoir connu la Plage aux Vaches, on arrive à la Plage de Fumier ; un nom qui n'a pas été donné pour faire venir les touristes même si l'eau y est tout aussi claire. Les belles plages vont alors se succéder, longues comme celle de Saint-François (Photo 16) ou très larges quand les roches abritent de la mer comme à l'Anse Philibert (Photo 18). Le cheminement effectue plusieurs dents de scie pour passer les falaises et redescendre vers les plages (Photo 19). Le sentier est souvent caillouteux mais la pente rarement forte pour passer ces écueils de calcaire ravagés par l'érosion et à peine protégés par une couverture de filaos (Photo 20). On quitte pour un temps la verdure des pâturages pour le blanc des falaises et le bleu des lagons (Photo 21). L'arrivée aux premières criques ou petites anses incite immédiatement à la pause, voire à la baignade car la randonnée est presque terminée (Photo 22). Il est très rare de trouver ces endroits paradisiaques déserts mais il y a toujours de la place près des falaises. Les Anses Bouteille, Trou d'Argent et autres petits coins de paradis font vite oublier la chaleur ou la longueur du circuit déjà pratiqué (Photo 23 et 24). De nouvelles plages suivront, moins fréquentées mais tout aussi agréables (Photo 25). La balade continue vers la Plage de Gravier en empruntant quelques portions sous les filaos (Photo 26). En cas de fatigue, il est possible de s'arrêter là car une route remonte vers le centre de l'île et il est possible de trouver des bus. La halte est différente que dans les petits criques mais le paysage y est tout aussi agréable (Photo 27). Poursuivre et terminer cette jonction en marchant jusqu'à l'Anse Mourouk. La route Mon Plaisir arrive à Port-Sud-Est et permettra de rejoindre Port Mathurin en passant par Mont Lubin, point culminant de la petite île.
C'est une expérience inoubliable que de rentrer par les bus, toujours bondés à l'extrême à l'heure de sortie des classes. On peut facilement mettre 100 personnes dans un bus 45 places et 3 ou 4 passagers sont accrochés à l'extérieur sur le marchepied de la porte laissée ouverte.

Balises


Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Depuis la capitale, Port Mathurin, longer la côte par les sentiers, chemins ou routes jusqu'à l'Anse aux Caves où se termine la route - Se rendre à Grand Baie puis se rapprocher au maximum de la côte et trouver le sentier, plus ou moins visible, des pêcheurs qui longe le lagon - Marcher de plages en criques, de caps en pointes jusqu'à Gravier puis l'Anse Mourouk qui peut être la fin du parcours - La suite, jusqu'à Port-Sud-Est s'effectue plus en hauteur et souvent sur route s'il n'y a pas de place pour un sentier pêcheur.


Commentaire sur cette randonnée (0)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Aucun commentaire

Randonnée ajoutée le : 09/08/2016