Le tour du rocher sacré d'Ayers Rock

Difficulté
Très facile
Indice de confiance Excellent
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 4h
Distance 10 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 840 - 520 m
Dénivelé positif 330 m
Dernière mise à jour 13/06/2020

Gare aux mouches !

Difficile de trouver un article sur l'Australie sans voir le théâtre de Sydney, un kangourou ou le rocher d'Uluru qui est le véritable emblème de cet immense pays. Ce monolithe de 3,6 km de long pour une hauteur de 348 m n'affiche en surface qu'un tiers de sa masse, à la manière des icebergs. C'est en fin d'après-midi que le soleil, toujours présent (sauf le jour de la rando ci-dessous !) donne au rocher ses plus belles couleurs. Ce n'est pas le plus gros mais le plus connu d'Australie. De nombreux sites bordant le monolithe sont sacrés pour les aborigènes et interdits aux visiteurs. Il est également interdit de photographier certains espaces de ces lieux sacrés sous peine de forte amende.
La route 87 d'Alice Springs à Erilunda est étroite et rectiligne. On peut y rouler à 130 km/h mais attention aux "road trains", ces camions de 53 mètres de long qui foncent et ne s'arrêtent que pour faire le plein. Quand on en voit un à l'horizon, on se gare gentiment sur la gauche en attendant qu'il passe dans un nuage de poussière ! Faire attention également aux dromadaires qui traversent la route de Yulara. A grande vitesse, le choc peut être mortel même si de larges bandes de terrain ont été mises en place de chaque côté pour voir venir les kangourous, émeus ou dromadaires. Le nombre de cadavres le long de la route indique bien que le voyage peut être dangereux.

La randonnée débute au parking obligatoire et rejoint rapidement la muraille ; il suffit de prendre à gauche et de suivre le sentier, large, propre et accessible aux handicapés (Photo 2). On circule tranquillement de pancartes explicatives en pancartes d'interdiction et des haltes sont nécessaires assez souvent pour étudier de plus près la géologie des lieux. Des rambardes sommaires indiquent naturellement les lieux qu'il ne faut pas visiter plus près (Photo 3). La pente de la falaise est variable en fonction de la position du marcheur mais il est presque impossible de grimper directement sur le roc (Photo 4). Certaines parties semblent avoir été soulevées de terre et comportent quelques petites grottes (Photo 5). La couleur ocre ressort très bien si un rayon de soleil frappe les hautes falaises (Photo 7). Un peu partout, des trainées noires indiquent l'emplacement des cascades lorsqu'il pleut, ce qui est relativement rare au milieu de ce désert (Photo 9 et 10). Certaines grottes sont assez importantes (Photo 11) mais c'est la vague de grès qui est la plus impressionnante (Photo 12). Il est possible de marcher dessous pour en apprécier la taille et surtout cette forme d'écume rouge figée où l'on s'attend à voir un surfeur (Photo 13). Des eucalyptus arrivent à pousser autour du rocher, signe qu'il y a tout de même de l'eau régulièrement (Photo 15). Des réserves naturelles retiennent l'eau de pluie quelques temps mais peuvent s'assécher en quelques semaines (Photo 16). Des passerelles permettent de s'approcher des principales, sans doute connues des wallabies vivant dans les environs (Photo 17). Parfois, le sol est recouvert de rochers, issus de très anciennes érosions, qui sont accolés ou empilés au plus près du sentier (Photo 19). Prendre tout son temps car il y a toujours une curiosité au plus près du sentier. Il est aussi possible d'effectuer du hors sentier afin d'aller à la rencontre de la faune (Photo 21) où il sera facile de dégoter insectes, oiseaux et wallabies à la tombée de la nuit. Tenter de repérer les centaines de scarabées sortant de sous les écorces une fois le soleil au plus près de l'horizon (Photo 24).
La seule vraie plaie du lieu est l'invasion très énervante de milliers de mouches qui attaquent sans arrêt. Le jeu consiste à prendre un cliché avec le plus de mouches sur le visage sans les chasser. La mission est quasiment impossible tant le chatouillement est insupportable. La solution employée par nombre de visiteurs est de faire l'acquisition de moustiquaires de chapeau qui n'enlèvent pas le bourdonnement mais protègent des insectes.
On peut monter au sommet, lorsque les rangers n'ont pas fermé le sentier ou que des cérémonies aborigènes ne sont pas en cours. C'est souvent la pluie et surtout le vent qui oblige les autorités à fermer le sentier. L'ascension est raide sous le soleil et il ne faut pas oublier une bonne quantité de boisson.
Le voyage est long jusqu'à Uluru mais le souvenir qu'il laisse sera inoubliable, non par la difficulté de la randonnée mais par le symbole que représente le plus connu des cailloux du monde.

Particularités

Balises

Pas de balises

Profil

Aucun profil n'est disponible pour cette randonnée

Carte

Plan de l'itinéraire

Aucune trace n'est disponible pour le moment

Itinéraire

Se rendre à Alice Springs dans le Territoire du Nord en Australie - Quitter Alice Springs vers le sud et rouler sur la Stuart Hwy jusqu'à Erilunda - A Erilunda, tourner à droite en direction de Yulara par la Passeter Hwy et poursuivre après la petite ville jusqu'à Uluru (ou Ayers Rock) - Se garer au grand parking et débuter le tour du monolithe dans le sens des aiguilles d'une montre et rejoindre le début du sentier (s'il est ouvert) qui escalade le rocher et atteint le sommet - Redescendre et prendre à droite pour terminer la boucle.


Commentaire sur cette randonnée (0)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Aucun commentaire

Randonnée ajoutée le : 07/08/2016