De l'Ilet à Cordes au captage du Bras de la Vierge par l'Îlet de Grand Coude

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 2h30
Distance 5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 1193 - 930 m
Dénivelé positif 450 m
Dernière mise à jour 02/05/2020

Les îlets du bout du monde

Cette randonnée originale permet de visiter une région assez peu connue des randonneurs dans l'arrière pays de l'Ilet à Cordes. Cet îlet, lui-même très éloigné est entouré de champs de lentilles, de vignes et de cases, perchés au pied du rempart du Grand et du Petit Bénare. De minuscules îlets ou cases seules sont disséminés alentour et sont seulement accessibles par des sentiers étroits et à peine visibles par endroits. C'est vraiment un plaisir de rencontrer les habitants de ces lieux reculés qui prennent toujours le temps de discuter avec les randonneurs de passage, allant même jusqu'à leur prodiguer des conseils ou de nouveaux itinéraires. La randonnée est très courte mais pas accessible à tous les marcheurs en raison de l'étroitesse du sentier qui disparaît parfois pour quelques mètres, de certains précipices ou d'une longue passerelle qui peut handicaper les personnes sujettes au vertige. L'étroitesse du sentier ajoutée à la profondeur des précipices doit dissuader d'y amener des enfants.
En revanche tout le monde peut marcher jusqu'à la passerelle pour visiter l'endroit idyllique où a été installé l'Îlet de Grand Coude, entouré de fruitiers, de vigne, de champs de lentilles ou de fleurs. Une fois arrivé à la passerelle il suffit de faire demi-tour et d'effectuer une partie de la boucle des Îlets du Bras de Saint-Paul.

La randonnée débute à la deuxième rue à droite en arrivant à l'Îlet à Cordes où plusieurs emplacements permettent de stationner. Le meilleur se situe 30 mètres après le croisement si on descend le Chemin du Bras de Saint-Paul bordé de murettes rénovées. Une pancarte très visible indique les noms des îlets à visiter et il est donc impossible de s'égarer dès le départ. Avant d'entamer la plongée, profiter du soleil levant sur les remparts du Petit Bénare (Photo 1) ou sur la Forêt du Tapcal (Photo 2). On suit tout d'abord la petite route qui se termine rapidement par un escalier et une grille au-dessus de l'évacuation des eaux de pluies. Le départ du sentier est à quelques mètres sur la gauche. On descend sur un agréable sentier qui comporte lacets courts et marches de hautes pierres dans les bois de couleurs et lantanas piquants (Photo 3). Il comporte des parties presque plates bordées de gros rochers et encombré de pierres qu'il faut éviter (Photo 4). Heureusement que la descente est courte car les cailloux sont vraiment omniprésents (Photo 5). Les filaos remplacent cette végétation en arrivant aux abords du Bras de Saint-Paul et la marche s'effectue presque à plat. Il suffit de traverser le ruisseau pour rejoindre en face le sentier du captage du bras de la Vierge. Mais le bruit d'une cascade, sur la droite, incite à un détour qui permet de contempler une petite chute d'eau coulant le long de très fines racines des arbres poussant au-dessus (Photo 6). Le bassin est trop étroit pour y envisager un bain mais une corde sur la gauche peut donner envie d'aller voir ce qu'il y a au-dessus en remontant le Bras d'Eustache. On revient sur ses pas ou on longe tout simplement le Bras de Saint-Paul qui est un torrent avec peu de débit (Photo 1). On s'approche des cultures mais le sentier file vers la droite en direction du Grand Coude. Comme on monte rapidement, on s'élève au-dessus des cultures qui sont désormais essentiellement de la lentille qui rapporte plus que les légumes sans doute (Photo 8). En voyant les modestes cases abritées derrière les rochers, on est aussitôt projeté dans le temps où, dans les années 50, les îlets n'étaient pas abandonnés comme aujourd'hui et que les cultures et cases étaient comme ce qu'on a sous les yeux< (Photo 9). Ce moment de nostalgie passé, filer vers l'amont pour retrouver le sentier de l'Ilet du Grand Coude, non indiqué sur les cartes mais très visible malgré la végétation (Photo 10) car utilisé régulièrement par l'habitant du microscopique îlet. La montée s'effectue tout d'abord dans quelques friches couvertes de galaberts (Photo 11). On se retrouve très vite au milieu des bananiers, arbres fruitiers, avocatiers et petits champs de lentilles (Photo 12). Une fois passée la case reconnaissable à son magnifique cadre de verdure (photo 13) et les vignes qui l'entourent (Photo 14), on entre dans une zone reculée et déchiquetée par les nombreuses ravines descendant du rempart du Bénare. Se rapprocher alors du Bras Crochet qui coule au fond de la vallée sur la gauche. On aperçoit au loin la cascade du Bras de la Vierge et le confluent avec le Bras Crochet (Photo 15). Une canalisation longe le sentier qui effectue quelques courbes pour épouser la forme du terrain, assez accidenté dans cette région. (Photo 16). On se retrouve au bord de la vallée du Bras Crochet et on voit tout d'abord des cascades tombant du Bras de la Vierge (Photo 17) puis une passerelle longue et étroite (photo 18). Elle semble déjà impressionnante et le sentier la rejoint très vite. L'édifice est étroit et branlant. Il porte la tuyauterie recouvert d'un grillage où il ne doit passer qu'une personne à la fois car le moindre mouvement crée des balancements inquiétants et dangereux pour la passerelle (Photo 19). En se maintenant fermement à la rambarde, on peut apercevoir en-dessous les bassins et petites chutes arrivant du Bras de la Vierge (Photo 20). Une fois l'obstacle au-dessus du Bras Crochet franchi, il faut s'attendre à une sévère montée qui amène à un premier promontoire d'où l'on voit encore la passerelle (Photo 22). La canalisation se met à grimper fortement et il faut se pencher vers l'avant pour ne pas glisser (Photo 23). Repérer, pour une autre randonnée spéciale, le départ à la Pierre gravée du Tapcal , 350 mètres au-dessus qui s'atteint par une pente parmi les plus raides du cirque. Poursuivre le long du tuyau jusqu'à ce qu'il s'aplanisse un peu. Profiter de ces premiers replats pour admirer les flancs du Petit Bénare qui sont très déchiquetés et totalement inhabitables (Photo 24). Attention sur ce sentier très peu protégé et qui domine le canyon du Bras de la Vierge, étroit et dangereux où les herbes ne ralentiraient pas une chute (Photo 26). Le sentier rejoint très vite le captage du Bras de la Vierge, surmonté de la cascade du même nom (photo 27). Cette dernière portion, très étroite, encombrée du tuyau est à pratiquer avec la plus grande attention et en serrant très fortement le câble de sécurité. Le retour, si aucune autre visite n'est prévue dans le coin, s'effectue par le même itinéraire.
Ce court circuit, assez sportif est totalement dépaysant ; il est régulièrement remis en état, les fuites sont réparées quand il y en a et le parcours s'effectue sans encombre si on ne souffre pas du vertige.

Profil

Plan de l'itinéraire

Site géologique  Sites géologiques, en partenariat avec Laurent Michon, laboratoire Géosciences Réunion.

Itinéraire

Se rendre dans le Cirque de Cilaos et gagner l'Ilet à Cordes - Se garer près de l'école, à un croisement de 3 routes (voir carte) ou sur le Chemin du Bras de Saint-Paul - Débuter la randonnée par la route puis par l'escalier avant le virage à gauche - Descendre jusqu'au Bras de Saint-Paul puis obliquer à droite et longer le Bras jusqu'à son affluent qu'on longe jusqu'à la cascade qui coule parmi les longues racines de filaos - Passer en rive droite de l'affluent puis longer le Bras de Saint-Paul jusqu'à la rencontre du sentier qui mène vers les îlets perdus du Grand Coude - Suivre le minuscule sentier qui contourne l'Ilet du Bras de Saint-Paul puis traverse les champs de l'Ilet du Grand Coude - Passer la dernière case puis poursuivre sur le sentier jusqu'à la passerelle qui enjambe le Bras Crochet - Attaquer ensuite la forte pente qui longe le tuyau pour arriver plus loin au captage.
Le retour emprunte le même itinéraire, sans passer par la première cascade (ne pas oublier de prendre à gauche après les champs de chouchous et de lentilles de l'Ilet du Bras de Saint-Paul)


Commentaires sur cette randonnée (6)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Patocao, 26/05/2020 14:06

Rando effectuée cette semaine. Très belle balade dans un coin peu fréquenté de Cilaos. Le sentier est un peu envahi par ronces et plantes collantes il faut prévoir le pantalon 😉 Quelques passage très raides et glissants et a l'arrivée il n'y a pas de point de vue sur la dernière cascade mais le reste de la rando est très joli. Passage sur la passerelle assez vertigineux mais super beau.

JoG, 26/08/2019 09:28
Randonnée complétée le 24/08/2019 en 5h00

Fait ce WE. Jusqu'à la fin de l'ilet le sentier est impeccable car fréquenté, au delà quelques éboulis réduisent un peu le passage et la végétation reprend ses droits mais heureusement des mains courantes sont la aux endroits les plus délicats. ça reste néanmoins un sentier à faire sans enfants et pour des gens qui n'ont pas peur du vide. Une corde est la bienvenu pour aider à la redescente le long de la canalisation car c'est raide et friable sous les pieds avec parfois le vide pas loin.
Aller retour fait en 5h sans se presser avec repas, pauses photo et pause baignade.

Fanch, 22/07/2018 19:43
Randonnée complétée le 22/07/2018 en 4h00

Retour sous le Petit Bénare. Comme Ousarsiph2, après l'ancien séchoir à tabac, la sente est envahie de peste à colcol mais çà passe. Au delà de la passerelle, les jouvences commencent à bien recoloniser, comme chaque saison, le passage. Quelques éboulements ont réduits la largeur du passage mais çà passe

Ousarsiph2, 20/03/2018 17:06
Randonnée complétée le 20/03/2018 en 4h00

Aller retour ce jour jusqu'à la passerelle. Sentier quasi impeccable quoiqu'un peu envahi apres la dernière case en haut de l'ilet grand coude. Étant seul avec des enfants je n'ai pas osé aller jusqu'au captage. Beaucoup d eau : franchissement sportif du gué du Bras de St Paul avec de l'eau presque à la taille. Impossible de remonter le bras d'Eustache mais de belles cascades partout.

Fanch, 16/12/2017 16:35
Randonnée complétée le 22/07/2018 en 4h00

De retour dans les fins fonds du cirque de CILAOS vers le captage du Bras de la Vierge. Le passage sur la passerelle "des fèces non moulées" reste toujours un moment particulier. J'ai pris le sentier de sortie du canyon du Bras Crochet pour le remonter. Hélas un cassé de taille moyenne (foto) ne permet pas d'aller plus haut. Cet obstacle se situe à environ 30min de la passerelle.

Fanch, 09/10/2016 09:38
Randonnée complétée le 22/07/2018 en 4h00

Détour qui vaut le détour lorsqu'on monte au Tapcal, et ce bien que la cascade ne soit pas pleinement visible. Le suivi de la canalisation se fait sans grande peine et des câbles assurent une main courante bienvenue.

Randonnée ajoutée le : 01/02/2012