La remontée de la Rivière de l'Est depuis l'océan (1ère partie)

Difficulté
Difficile
Indice de confiance Bon
1-Excellent: Toujours correct : j'y vais sans réfléchir, même seul.

2-Bon: Petite vérification avant de partir. Mini-problème possible sans danger : j'y vais aussi sans réfléchir, même seul.

3-Moyen: Quelques fermetures récentes, climat incertain de la région. Boue, herbes hautes et mouillées, glissades possibles, etc. J'étudie, je me renseigne avant le départ, mais j'y vais.

4-Faible: Souvent fermé, des critiques fréquentes, une végétation non domestiquée. Dangers possibles. Coupe-coupe ou corde dans le sac. À réserver aux initiés. Enfants à la maison. Ne jamais partir seul.

5-Danger/Médiocre: Trop de problèmes partout : végétation invasive, fermeture officielle, difficulté importante, sentier marron difficilement réhabilitable, éboulis, zone infrachissable, guide nécessaire, privatisation d'un passage, etc. À réserver aux aventuriers ou habitués de la découverte très sportive. Il y a d'autres circuits à effectuer avant. Je n'y vais pas.
Durée 5h
Distance 16.5 km
Type de trajet
Altitude haute-basse 425 - 3 m
Dénivelé positif 425 m
Dernière mise à jour 30/08/2016

100% hors sentier, 100% galets

C'est vraiment une sortie hors sentiers officiels, difficile et fatigante qui est proposée ici. Elle est réservée aux sportifs entraînés qui aiment sauter de galets en galets car il n'y a rien d'autre ici à se mettre sous le pied (Photo 2, 4, 5 & 9). On en trouve même sous l'eau lorsqu'il faut traverser et sur la longue plage océanique à la fin du delta de la rivière (photo 3). Les 4 premiers kilomètres peuvent s'effectuer en traversant la rivière par les gués naturels qu'elle propose. Les autres traversées se feront obligatoirement les pieds dans l'eau. L'estuaire est large et couvert de bois de chapelet et de jeunes filaos le rendant à peine attrayant ; il y fait chaud et les galets semblent plus gros qu'ailleurs. A partir des deux ponts, le paysage devient nettement plus agréable et permet de longer des falaises abruptes et verdoyantes (photo 12). Il est conseillé de toujours marcher à gauche de la rivière principale dans l'estuaire : c'est là qu'il y aura le moins de gués à traverser. Au retour, les efforts étant presque terminés, en profiter pour "visiter" l'estuaire. C'est une des régions de l'île ou la quantité de "bois flotté" est la plus importante. On peut en ramasser des petits pour en faire des natures mortes. Cette vallée, très peu visitée abrite une population importante d'oiseaux (papangues, 2 espèces de salanganes, de nombreux butors recherchant de la friture et bien sur ces adorables tec tec encore moins farouches qu'ailleurs.

La randonnée débute à la fin de la petite route du bord de la Rivière de l'Est qu'on emprunte en rive droite et qui amène très vite en bordure d'océan en traversant de grands champs de cannes à sucre. Un rond-point marque la fin de la route et le début d'une piste caillouteuse qui rapproche de la plage de galets. On atteint rapidement le fond de la rivière en suivant la piste puis un petit sentier qui mène à la mer. Un sentier sur la droite part en direction de Piton Sainte-Rose mais il faut prendre à gauche et marcher vers les berges de la Rivière de l'Est. Plusieurs bras coulent dans la verdure. On les traverse d'un pas et on gagne la zone de galets transportés là par les crues successives. Quand on trouve une zone assez dégagée entre les filaos, bois de chandelles ou gros rochers, on a plus qu'à remonter à l'instinct en cherchant toujours le meilleur endroit pour poser le pied. Il faut rapidement passer quelques gués. Paradoxalement, plus on remonte la rivière, plus il y a d'eau. Le phénomène est simple à comprendre : l'eau bouillonnant en amont du pont dans une vallée étroite recouverte de basalte imperméable trouve un estuaire pouvant atteindre un kilomètre de large et plusieurs mètres d'épaisseur de milliards de galets et rochers. C'est d'ailleurs le signe qui permettra de savoir si la sortie est possible ou non : si l'eau de la Rivière de l'Est se jetant dans l'océan est visible, c'est que le débit en amont des ponts sera trop fort pour envisager une randonnée sereine. Plus haut on passe sous les deux ponts au-dessus de la Rivière. Le plus ancien, fermé, attire tous les touristes de passage qui regardent de là haut les fous qui passent en-dessous en se demandant certainement où ils peuvent bien se rendre, surtout sans canne à pêche. Les lacets de la rivière permettent de passer régulièrement de l'ombre au soleil. On alterne marche sur galets, cailloux recouverts de lichens, plages de sable gris, écume bouillonnante ou petits bassins durant toute cette montée. La pente est faible mais l'exercice, surmontable, est relativement sportif. Plus haut un bel éboulis de 100 m de large a déversé des tonnes de roches et de terre dans le lit déjà étroit et créé un beau lac qui marque la fin de cette sortie (photo 22). Il faut donc, pour continuer plus haut (voir dans quelques temps : La remontée de la Rivière de l'Est (2ème partie)) avoir prévu de quoi nager et transporter le matériel dans de grands sacs plastique ou sur une bouée gonflable. Le retour s'effectue par le même itinéraire en rajoutant une variante de la visite de l'estuaire. Il est tellement large et les obstacles si rares que c'est presque un plaisir que de flâner à la recherche de la plus belle racine malgré les rochers.
Ne surtout pas manquer, vers le 6ème km, la vasque d'eau claire alimentée par un filet d'eau coulant dans un rocher creusé spécialement à cet effet durant des millénaires (Photo 6 & 7).

Balises

Hors sentier : pas de balise

Profil

Plan de l'itinéraire

Itinéraire

Se rendre au petit village de la Rivière de l'Est - En venant de Sainte-Rose, tourner à droite avant la Rivière de l'Est sur le Chemin Isidore indiqué "Route du bord de la Rivière de l'Est" - Rouler jusqu'au bout de la route marquée par un minuscule rond-point et se garer à proximité - Emprunter la piste herbeuse qui rejoint le bord de l'océan 100 m plus loin - Bifurquer à gauche et rejoindre le fond de la rivière - Suivre la rivière sur 3 kilomètres et passer sous les deux ponts de la Rivière de l'Est - Poursuivre dans le canyon jusqu'au lac créé par un important éboulis et faire demi tour en empruntant le même itinéraire (ou comme sur la carte, faire encore du hors sentier !) jusqu'au véhicule.


Commentaire sur cette randonnée (0)

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.
Aucun commentaire

Randonnée ajoutée le : 01/07/2011